Page complète du livre audio gratuit :


BALZAC, Honoré (de) – Le Dimanche – La Grisette – Une prédiction

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Nouvelles


Auguste Hervieu - Le Dimanche au Jardin des Tuileries (1835)

Dans cette deuxième sélection de Les Parisiens comme ils sont, Balzac, amer et ironique, caricature son époque, le temps de ces trois récits.

Le Dimanche :
« Dieu, comme l’assure la sainte histoire, travailla pendant six jours et se reposa le septième. Et tous les catholiques, apostoliques, romains, qui n’ont pas créé le monde, qui même ne font pas grand’chose dans la semaine, se reposent le septième jour catholiquement, apostoliquement, romainement. Or, ce jour de délassement est le dimanche, et, comme chacun a le droit de se délasser à sa manière, c’est assez ordinairement celui où bon nombre de chrétiens se fatiguent le plus. »

La Grisette :
« Et ainsi se renouvelle sans cesse, par une rotation reproductive, cette classe à part, macédoine sociale, à laquelle appartiennent ces petits êtres gentils à croquer, à l’air fripon, au nez retroussé, à la robe courte, à la jambe bien prise, qu’on nomme Grisettes. »

Une prédiction :
« Dans six mille ans d’ici, Paris étant devenu ce qu’est Palmyre ou Babylone, Ecbatane ou Thèbes, ou autres civilisations décédées, ce pays si célèbre n’est plus exploité que par des chercheurs de cubes en grès dont la vingt-troisième époque du globe éprouve le besoin pour sucrer son bol alimentaire. »

Illustration : Auguste Hervieu, Le Dimanche au Jardin des Tuileries (1835).

> Écouter un extrait : Le Dimanche.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Le Dimanche.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
La Grisette.mp3
Une prédiction.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio : Le Dimanche, La Grisette, Une prédiction.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 940 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.