Page complète du livre audio gratuit :


BERGERAT, Émile – L’Horreur humaine – Scipion Garsoulas – L’Enfant perdu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 49min | Genre : Contes


Honoré Daumier - Le Ventre législatif

Trois nouveaux Contes de Caliban d’Émile Bergerat (1845-1923) à ajouter aux 25 déjà parus.

Conte tragique : L’Horreur humaine
« Ordre de l’état-major allemand. Les habitants de la commune ont un quart d’heure pour se réunir tous dans leur église paroissiale, faute de quoi les meubles, immeubles et récoltes seront livrés à l’incendie. Les femmes et les enfants, exceptés seuls de la mesure, pourront se réfugier au château, mais sans leurs animaux domestiques. »

Conte facétieux : Scipion Garsoulas
« Vous a-t-il été donné d’assister à la séance mémorable où Scipion Garsoulas, député de Provence, obtint le plus beau succès d’hilarité parlementaire que l’histoire du suffrage universel disputera un jour à celle de la gaieté française ? Ce fut prodigieux, on se pâmait sur tous les bancs, le Palais-Bourbon ondulait de rire. »

Conte féerique et rustique : L’Enfant perdu
« Et, cependant, elle est toujours triste.
Nul ne peut se vanter de l’avoir vue une seule fois rire ou chanter au rouet, et non seulement depuis la mort d’Eyrnaud, son mari, mais même auparavant. Une ride, creuse comme une ornière, lui fait deux fronts sous un seul bonnet. Et ils ne savent pas, les gars, ils n’ont jamais su la cause de sa mélancolie. Eyrnaud non plus, ne l’a pas sue, le pauvre cher homme ! »

Illustration : Honoré Daumier, Le Ventre législatif (1834).

> Écouter un extrait : L’Horreur humaine.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

L’Horreur humaine.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Scipion Garsoulas.mp3
L’Enfant perdu.mp3


> Consulter les versions textes de ce livre audio : L’Horreur humaine, Scipion Garsoulas, L’Enfant perdu.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, ,

 

Page vue 3 705 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.