Page complète du livre audio gratuit :


HUYSMANS, Joris-Karl – La Retraite de Monsieur Bougran

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 48min | Genre : Nouvelles


Albert Anker - Der Gemeindeschreiber

La nouvelle naturaliste La Retraite de Monsieur Bougran n’a été publiée qu’en 1964, restée dans un carton sauvé d’un incendie peu avant la mort de Huysmans en 1907.

C’est un ouvrage remarquablement écrit qui devrait plus particulièrement intéresser les seniors actuels contraints de prendre une retraite qu’ils n’auraient pas souhaitée…

Monsieur Bougran à 50 ans, mis de force à la retraite, n’arrive pas à quitter ses habitudes administratives et va essayer de trouver des moyens fictifs pour continuer à travailler avec des collègues et des travaux également fictifs.

« Ainsi, c’était vrai ; il était mis à la retraite à cinquante ans ! lui qui s’était dévoué jusqu’à sacrifier ses dimanches, ses jours de fête pour que le travail dont il était chargé ne se ralentît point. Et voilà la reconnaissance qu’on avait de son zèle ! Il eut un moment de colère, rêva d’intenter un recours devant le Conseil d’État, puis, dégrisé, se dit : je perdrai ma cause et cela me coûtera cher. Lentement, posément, il repassa dans sa tête les articles de cette loi ; il scrutait les routes de cette prose, tâtait ses passerelles jetées entre chaque article ; au premier abord ces voies semblaient sans danger, bien éclairées et droites, puis, peu à peu, elles se ramifiaient, aboutissaient à des tournants obscurs, et de noires impasses où l’on se cassait subitement les reins. »

La Retraite de Monsieur Bougran.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 12 114 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. gaumondie le 16 mai 2016

    merci

  2. will hauff le 24 avril 2018

    merci!

  3. Cas le 9 décembre 2018

    cimer albert

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.