Page complète du livre audio gratuit :


JARRY, Alfred – Spéculations (Troisième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


Le Président migrateur

Quatre nouvelles Spéculations (Sélection 1, Sélection 2, 1911) d’Alfred Jarry dont les deux premières ont un parfum d’actualité.

Le Président migrateur,
« Le Président de la République, à l’instar de l’hirondelle, du martinet, de l’omnibus, du pigeon et du commis-voyageur, accomplit des migrations périodiques. La présence du Président de la République française fut signalée naguère au cœur des déserts africains : aujourd’hui, d’une aile rapide, il fend les brouillards d’Albion. »

Quelques viols légaux (=les mariages !),
« Sous l’œil bienveillant de la loi, fréquemment avec l’appui, s’il faut l’avouer, de l’Église, des êtres lubriques ravissent de jeunes filles pures ou livrées pour telles. De louches personnages, flétris du nom obscène de témoins, leur prêtent main-forte. La presse mène depuis nombre d’années une campagne pour aboutir à des rafles. En vain, des colonnes entières de journaux dénoncent les noms, prénoms et repaires de ces bandes de satyres, sous la rubrique « publications de mariages » ou « mariages mondains ».

L’Étude de la langue anglaise,

Copulativement parlant,

Nous disions, dans un précédent billet : « L’auteur satirique et irrespectueux aime ridiculiser toutes les institutions existantes, et son humour éclate. »

Illustration : Henri Aurrens, Caricature du président de la République Armand Fallières (1911).

> Écouter un extrait : Quelques viols légaux.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Quelques viols légaux.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Le Président migrateur.mp3
Copulativement parlant.mp3
L’Étude de la langue anglaise.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 2 910 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.