Page complète du livre audio gratuit :


LE BRAZ, Anatole – Ar Môr

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Anatole Le Braz

« Les Kimris ou Kymris était le nom donné au XIXème siècle à des populations gauloises, principalement du nord de la Gaule, provenant de la Chersonèse Cimbrique (reliée aux Cimbres) ou d’Europe centrale (reliées aux Cimmériens) durant l’âge du fer. » (Wikipédia)

Le grand écrivain breton Anatole Le Braz s’empare de cette légende au moment où ces migrateurs, arrivés en Bretagne, retrouvent les arômes de Ar Môr (la mer).

Le début : « Ce soir-là, quand les chariots de la tribu s’arrêtèrent pour leur halte accoutumée de la nuit, l’odeur singulière qui, depuis plusieurs jours déjà, accueillait la marche des Kymris migrateurs dans leur exode vers les terres du couchant, se fit tout à coup si forte et si pénétrante que les buffles eux-mêmes, au lieu de se répandre dans les herbages, sitôt dételés, restèrent, les naseaux tendus, à humer l’air avec une sorte d’inquiétude. »

La fin : « Et voilà, dit-on, comment, après des siècles d’interruption, et au terme des longues étapes terriennes à travers l’Europe, fut de nouveau scellé l’ancien pacte des Kymris avec la mer. »

Ar Môr.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 4 475 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. patty le 15 décembre 2019

    Quelle belle écriture!
    Cette terre du bout du monde et ses parfums si forts, c’est vrai, agissent comme un aimant….
    La vie y est rude, la terre pauvre, quoique beaucoup moins aujourd’hui, une belle terre pour les rosiers, qui y poussent à merveille, les caractères y sont fiers et entiers, un peu sauvages pour qui ne les comprend pas, bref des récits d’hier, d’aujourd’hui et de demain…
     » Le présent est dans le passé … »
    Merci Monsieur Depasse pour cette magnifique découverte

  2. Christine Roussillon le 10 janvier 2021

    Merci monsieur pour ce récit qui, alors que nous sommes reclus à la maison avec les confinements et couvre-feux successifs, m’a transportée avec ces hommes nomades et apporté l’air du large ! J’ai aimé cette découverte de cette région par l’odeur qui m’a rappelé la perception que j’en avais eue enfant. J’ai aussi découvert avec plaisir cet auteur grâce à vous. Merci encore !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.