Page complète du livre audio gratuit :


LONDON, Jack – Une tranche de bifteck

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 49min | Genre : Nouvelles


A piece of steak

Dans sa nouvelle La Folie de John Harned, Jack London fustigeait la corrida et, sans en vanter particulièrement les mérites, lui préférait la boxe, sport selon lui beaucoup plus courageux, car pratiqué en toute responsabilité par un être humain consentant et luttant à armes égales avec son adversaire. Ici, avec une bouleversante humanité, il évoque la fin de carrière d’un boxeur australien, à bout de souffle, usé par des années d’excès, de mauvais traitements infligés à son corps, de coups reçus et de blessures physiques et morales. Ruiné pour avoir cédé aux facilités d’une gloire éphémère, c’est un être déchu, endetté, qui ne parvient plus à faire vivre correctement sa famille, ni même à se nourrir et encore moins à s’entraîner. Cette évocation très réaliste débouche sur une réflexion amère sur l’absurdité de l’existence : à la Jeunesse il manque l’Expérience, et lorsqu’on a usé sa jeunesse à acquérir l’Expérience, la Jeunesse a disparu et l’Expérience ne sert plus à grand chose… alors la roue tourne !

Traduction : Louis Postif (1887-1942).

Licence Creative Commons

Une tranche de bifteck.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 5 953 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. colin le 2 septembre 2013

    Bonjour,

    La lecture parfaite de ce récit m’ a beaucoup plus et m’a permis de découvrir un texte inconnu Merci

  2. dumoulin le 4 septembre 2013

    Super! formidable! encore du Jack London!

  3. Alain Degandt le 6 septembre 2013

    Merci Colin pour votre appréciation très encourageante. Moi non plus je ne connaissais pas ce texte ; sa lecture m’a été suggérée par Dumoulin, que je remercie très sincèrement pour cela, ainsi que pour sa propre appréciation. L’oeuvre de Jack London est véritablement une « mine du Klondike »(… ou du Yukon), avec de jolies pépites à découvrir! Alors, tous à nos pics, à nos pioches et à nos lampes frontales !

  4. jeannedelaville le 30 septembre 2013

    Je déteste la boxe, et là, comme par miracle je me suis laissée prendre au « jeu ». Votre superbe lecture en est responsable. Merci de m’avoir fait découvrir cette nouvelle de J. London.
    jeannedelaville

  5. Alain Degandt le 1 octobre 2013

    Merci à vous, Jeanne. Je pense qu’à travers cette nouvelle sur les déboires d’un boxeur en fin de (courte) carrière, Jack London en profite pour nous proposer une réflexion sur la vie et le temps, sur la jeunesse, la force de l’âge, l’expérience et la maturité, et la vieillesse.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.