Page complète du livre audio gratuit :


SALON, Olivier – Racine pourpre et lyrique

Donneur de voix : Olivier Salon | Durée : 10min | Genre : Contemporains


Olivier Salon (Bourges, 2004)

Un texte d’Olivier Salon, paru dans la revue surréaliste Supérieur Inconnu.

Ou l’histoire d’une betterave ultraviolette…

Racine pourpre et lyrique.
> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



Olivier Salon est professeur de mathématiques en Classe Préparatoire. Membre de l’Oulipo depuis 2000, il est l’auteur des Gens de légende (livre de contes revisités), le coauteur avec Jacques Jouet de la pièce de théâtre Pas de deux (comédrame booléen) et le coauteur avec Jacques Roubaud de Nouvelles sollicitudes, parutions de la Bibliothèque Oulipienne. Les nuits de pleine lune, et quand il n’écrit pas ses poèmes à dos de girafe, il lui arrive de jouer du piano en compagnie des loups-garous.

Ci-dessous un acrostiche de l’auteur pour compléter sa présentation :

Osons lever le voile :
La vie alors se révèle et voilà le vrai.
Il se verra rêve éveillé,
Valse ensoleillée, voilier ivre.
Il a le rôle :
Eveiller les sens, sans en avoir l’air.
Rallier lèvres, sons, salive.
Sonner le la sans énerver les vilains,
A loisir raisonner, laisser résonner à l’envi
La verve, les vers en vrille,
O le rire, le rire
Né : la liaison.



> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, ,

 

Page vue 15 384 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

10 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Professeur Tournesol le 5 janvier 2008

    Eh bien! Quelle originalité! Cette histoire vous-est-elle réellement arrivée ? Qu’est-devenu cet ange ? Ca se fume le betterave ?

  2. gaiffelet le 6 janvier 2008

    Très amusant ! Chapeau !

  3. merry le 19 janvier 2008

    vous avez une belle voix.
    faite nous plaisir en lison d’autre de vos écrits et les oeuvres des autres.
    j’ai beaucoup aimer ce cote de petterave.
    grand merci.

  4. judith le 5 février 2008

    chapeau ,vous avez beaucoup d’imagination ,le conte est agréable à entendre,prof de maths et écrivain ,quel parcours complet !ai-je raison de voir dans la description de la betterave Le Parti pris des choses de Ponge?

  5. Olivier Salon le 6 février 2008

    Merci à vous, Judith.
    En réalité, Francis a beaucoup emprunté aux autres. D’où ce titre : « le parti pris… » je crois bien qu’il m’a pris une ou deux idées, mais je ne lui en veux pas : mes idées sont à tout le monde. Et l’on dit dans les milieux malintentionnés que Francis est une éponge…

  6. Janico le 11 février 2008

    La présentation d’Olivier Salon n’est pas seulement un acrostiche, mais elle suit une double contrainte : celle du beau présent en acrostiche.
    Le beau présent est un texte (poème ou autre) que l’on souhaite offrir par exemple à une personne et qui ne comprendra que les lettres des prénoms et noms de cette personne. Le poème d’Olivier, auto-beau présent, ne contient donc que 10 lettres. (12-2 puisque 2 sont à la fois dans le nom et le prénom…)

  7. Janico le 20 février 2008

    Ce texte s’inspire du Songe d’Athalie de Racine, acte II, scène 5 :

    C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.
    Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,
    Comme au jour de sa mort pompeusement parée.
    Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté ;
    Même elle avait encor cet éclat emprunté
    Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,
    Pour réparer des ans l’irréparable outrage.
    « Tremble, m’a-t-elle dit, fille digne de moi.
    Le cruel Dieu des Juifs l’emporte aussi sur toi.
    Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,
    Ma fille. » En achevant ces mots épouvantables,
    Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;
    Et moi, je lui tendais les mains pour l’embrasser.
    Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange
    D’os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,
    Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux
    Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.

  8. Olex le 12 mai 2008

    Et bien! On vous sent vraiment dans l’action, on vous sent dans le personnage sans être trop dans la représentation, bref le juste milieu que réclame le théâtre!
    Encore bravo!
    Je suis content de trouver des gens comme vous sur le site.

  9. Françoise le 11 décembre 2009

    Bravo, je suis une fan d’OULIPO et j’ai adoré.
    Je ne vous connaissais pas du tout (c’est une grave erreur)et j’en parle derechef dans mon prochain atelier d’écriture. Merci

  10. colin le 17 février 2013

    Bonjour,

    Je crois que je ne mangerai plus jamais de bettrave sans penser à vôtre texte ,bravo quelle
    imagination? Merci

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.