Livres audio gratuits pour 'Alphonse Karr' :


KARR, Alphonse – Une visite à l’Arsenal

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Un escamoteur

Midi à quatorze heures comporte quatre nouvelles Histoire d’un voisin, Voyage dans Paris, Un homme et une femme et Une visite à l’Arsenal dont le héros est un jeune peintre qui remet chaque jour sa visite à son oncle malade de la rue de larsenal.

Il aime tant flâner, le jeune Arthur ! « Mais… il faut, pour que la flânerie soit douce, qu’elle soit aussi sans crainte et sans remords, sans peur et sans reproche ; il faut avoir conquis le droit de s’y livrer corps et âme ; car ce n’est pas la flânerie véritable, la flânerie pure et entière, que celle à laquelle s’abandonne le corps tandis que l’esprit le gourmande. »

Une occasion pour le lecteur d’assister de nouveau à des spectacles de la rue parisienne des années 1880 et en particulier aux tours de passe-passe des escamoteurs et aux boniments des camelots présentés par le caustique, satirique, ironique et humoriste Alphonse Karr (1808-1890).

Une visite à l’Arsenal.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 214 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Un homme et une femme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Émile Friant - La Petite Barque

« Dans une chambre élégante, au second étage d’une maison de la rue Caumartin, était nonchalamment assise, ou plutôt à demi couchée sur une causeuse, une femme encore jeune ; sa beauté était si bien dans tout son éclat, qu’elle ne pouvait que diminuer… elle avait songé à ces rêves d’amour de sa première jeunesse qui ne s’étaient pas réalisés, et qu’il ne serait bientôt plus temps d’essayer.

Dans une chambre passablement en désordre, au quatrième étage d’une maison de la rue du Sentier, un jeune homme venait de mettre sa cravate ; il se trouvait bien et soupirait. Il songeait à ces rêves d’amour qui charmaient sa mansarde, et dont la réalisation semblait fuir devant lui. »

Ces deux êtres, assez exceptionnels, vont se rencontrer… Un mois après, Lucien écrivait :
« Enfin, je l’ai trouvée, cette femme que j’avais si longtemps rêvée ! C’est bien vous dont mon imagination exaltée me présentait sans cesse la forme vague et incertaine. Il m’a semblé vous reconnaître la première fois que je vous ai vue, etc. »

Deux mois plus tard, madame L… répondait :
« Enfin, je l’ai trouvé, cet homme que j’avais si longtemps rêvé ! C’est bien vous dont mon imagination exaltée me présentait sans cesse la forme vague et incertaine. Il m’a semblé vous reconnaître la première fois que je vous ai vu, etc. »

« En quoi Lucien et madame L… mentaient autant l’un que l’autre. »

La suite de Un homme et une femme n’est pas toujours prévisible.

Un homme et une femme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 640 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Voyage dans Paris

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Nouvelles


Paris vers 1860

Nous sommes en 1865. Chaque fois qu’Alphonse Karr quitte Honfleur où il habite pour un séjour dans la capitale, il est partagé entre l’étonnement et la réprobation. Voici quelques phrases cueillies dans Voyage dans Paris :

« Dans les villes, et surtout à Paris, les logis sont superposés, et les gens logés comme on serre des vêtements dans les différents tiroirs d’une commode. [...] Il faut dire que l’usage absurde de cirer les escaliers et les appartements tient à une sotte et impuissante vanité. Cette ridicule habitude coûte par an la vie à trois ou quatre personnes à Paris, cause un nombre infini de fractures et de luxations, sans parler des chutes qui ne sont que douloureuses. [...] Par le même progrès, on a bien aplani les chemins qui mènent aux honneurs, aux dignités et au pouvoir ; autrefois, il fallait apprendre les lois, la politique, etc. ; il fallait conquérir une grande réputation d’intégrité ou de capacité : cela excluait assez souvent les niais, les imbéciles, les sots, les ignorants, les fripons, en un mot une notable partie des habitants du pays : … le superflu est devenu tout doucement le nécessaire, le nécessaire est traité comme s’il était le superflu ; on s’en occupe… après… plus tard… quand on a le temps, s’il reste de l’argent. [...] Chacun en France, et surtout à Paris, veut paraître plus qu’il n’est ; mais cette passion coûte cher : elle a besoin, pour se satisfaire, que chacun dépense un peu plus qu’il n’a. Cela ruine en totalité tout le monde et n’arrive pas au résultat si ardemment cherché. [...] Sous prétexte de protéger certaines industries, on protège en France certains industriels, et cette protection coûte beaucoup trop cher au pays. [...] Les hommes ont mis dans la tête de certaines femmes certaines idées d’indépendance qu’elles ont eu la folie d’accepter et de faire accepter aux autres. [...] Les bureaux de tabac sont, autant que possible, dans de beaux quartiers, tenus par de jolies filles, qui n’y restent pas longtemps… »

Et ce Voyage dans Paris s’achève par un très long développement inattendu sur le thème : « Croyez-vous au magnétisme ? »

Voyage dans Paris.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 897 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Bourdonnements (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 53min | Genre : Société


Alphonse Karr par Nadar

Ce n’est pas le romancier ni le nouvelliste Alphonse Karr qui publie Bourdonnements en 1880, mais le journaliste ironique et satirique qui, sautant du coq à l’âne, aborde, dans ce long ouvrage que nous avons présenté en quatre fragments (avec quelques rares coupures), les sujets les plus divers :

- Fragment 1,
- Fragment 2,
- Fragment 3,
- Fragment 4.


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 2 762 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Bourdonnements (Fragment 4)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Société


Alphonse KARR

Ce quatrième et dernier extrait de Bourdonnements traite de quatre sujets ayant inspiré le journaliste satirique :
1. L’étrange histoire d’un couple cherchant une séparation sans scandale.
2. Les démarches d’un député qui obtient tout ce qu’il veut par chantage politique.
3. Une évocation des pensums ridicules qui affligeaient les pauvres écoliers du temps d’Alphonse Karr.
4. Et surtout une violente attaque de la valse néfaste des ministres :

« En effet, – voici un homme qui arrive aux affaires, on lui confie un portefeuille. – Va-t-il continuer son prédécesseur ? Jamais, car alors pourquoi lui aurait-on donné sa place, il se serait mieux que personne continué lui-même ; laissera-t-il les choses dans l’état où il les trouve ? Pas davantage, pour plusieurs raisons ; – il n’est arrivé au pouvoir qu’en déblatérant avec une coterie contre ceux dont on voulait prendre les places et en annonçant que tout irait bien aussitôt que les membres de la coterie dont il fait partie auraient remplacé les ministres, membres d’une autre coterie… Comment faire un progrès quelconque, surtout dans l’instruction et l’agriculture,- avec ces changements fréquents de ministres ? – Aux uns comme aux autres, on ne demande ni aptitudes, ni études spéciales… Comment veut-on que les affaires progressent ou seulement se maintiennent avec ces gens qui traversent le pouvoir, montent, descendent, remontent pour redescendre encore ?
On ne marche même pas en zigzag, – en marchant en zigzag, on marcherait et on arriverait tôt ou tard quelque part, on va, on revient, on tourne, on piétine.
Ceux qui sont au pouvoir se défendent contre l’assaut de ceux qu’ils ont renversés, – et ne font rien autre.
Ceux qui font le siège du pouvoir, harcèlent, fatiguent, entravent sans relâche ceux qui les ont remplacés et qu’ils veulent remplacer à leur tour. »

Ces lignes ont été écrites en 1880… par celui qui disait : « Plus ça change, plus c’est la même chose ».

Bourdonnements (Fragment 04).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 034 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Bourdonnements (Fragment 3)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Pauline Sandor, Princesse de Metternich

Deux thèmes dominent dans ces Bourdonnements à bâtons rompus :

1. Le massacre de la langue française

« La corruption et l’avilissement du langage sont les causes ou les effets, mais à coup sûr les signes du relâchement et de l’abaissement des esprits. Les Grecs disaient : « On parle comme on vit. » [...] Une autre cause contribue à faire perdre au langage français cette urbanité, cette finesse dans la plaisanterie et l’ironie. [...] Cette autre cause est dans les journaux. Certes la presse compte un certain nombre d’écrivains distingués, experts dans la science de bien dire, maîtres de leur plume, mais combien, en échange, remplissent les journaux de leur prose, qui n’ont fait aucune étude de l’art d’écrire, qui remplacent les arguments par les injures et la dialectique par la grossièreté ? Il en est de même dans les clubs, dans les réunions soi-disant politiques, etc. Le spectacle qu’a présenté ces jours derniers, l’Assemblée des représentants de la France, n’était pas précisément ce qu’on appelle un joli spectacle, mais ce pourrait, ce devrait être un spectacle édifiant et instructif. » (Attention ! Ce texte n’a pas été écrit hier, mais il y a 130 ans !)

2.  Les femmes qui font « parler d’elles »

« Il a été longtemps en France considéré comme une règle, dans la bonne compagnie, de ne pas parler d’une honnête femme dans un lieu public… C’était alors une forme terrible et écrasante du blâme de dire d’une femme : elle fait parler d’elle ; on ne prenait pas la peine d’expliquer si c’était en bien ou en mal, il suffisait qu’on parlât d’elle et qu’elle y eût donné lieu. [...] Tout cela est changé aujourd’hui. Est-ce mieux ? J’en doute beaucoup. Les femmes y ont-elles gagné ? Je suis convaincu du contraire. À qui la faute ? On ne risque guère de se tromper, en attribuant à peu près toujours à un sexe les fautes et les sottises de l’autre. »

Bourdonnements (Fragment 3).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 548 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Bourdonnements (Fragment 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 56min | Genre : Histoire


Hortense de Beauharnais et le futur Napoléon III

Dans ce deuxième fragment de Bourdonnements, Alphonse Karr continue ses propos satiriques. Après avoir parlé des rumeurs sur la naissance de Napoléon III, il accuse la versatilité du peuple français :
« À ces cris tumultueux, d’autres cris ne tarderont pas à succéder, la foule prendra bientôt une autre direction, mais ce seront des clameurs aussi violentes, aussi furieuses, aussi assourdissantes, des à bas remplaçant des vivats, une folie contraire, mais une folie égale, une course aussi effrénée, mais dans le sens précisément contraire ; hier, on courait à Charybde ; aujourd’hui, on court à Scylla ; toujours on court, et toujours à l’écueil. »
Il déplore ensuite son isolement de critique, apostrophe les bourgeois inconscients du sort qui les attend :
« Ils s’étaient accoutumés à attaquer la royauté, et aujourd’hui, sans le faire exprès, ils ne peuvent s’empêcher, un peu par air et beaucoup par habitude, de se mêler aux attaques dont la nouvelle royauté est l’objet à son tour. »
refuse la loi électorale, ridiculise certains décrets et regrette le trop grand nombre d’avocats à la Chambre.

Bourdonnements.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 869 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KARR, Alphonse – Bourdonnements (Fragment 1)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 57min | Genre : Essais


Alphonse Karr, par Nadar

Ce n’est pas le romancier ni le nouvelliste Alphonse Karr qui publie Bourdonnements en 1880, mais le journaliste ironique et satirique qui, sautant du coq à l’âne, aborde, dans ce long ouvrage que nous enregistrerons par fragments d’une heure, les sujets les plus divers.
Aujourd’hui il mêle, successivement, les baignades hommes-femmes, injures et menaces dont il est la cible, la sagesse, le suffrage universel et les remèdes possibles, l’impôt, le droit, divin ou non, de gouverner, le roi Victor-Emmanuel maltraité par l’archevêque de Paris, la corruption de M.Thiers qui aurait dû prendre exemple sur Cicéron…

« Par exemple, tout le monde est d’accord que la dissolution de l’Assemblée des représentants est imminente, et qu’on ne tardera probablement guères à faire de nouvelles élections. Personne n’ignore les résultats jusqu’ici de ce mensonge imbécile et mortel du suffrage dit universel.
Il a approuvé le crime du Deux Décembre, – il a approuvé et appuyé toutes les folies de l’empire, jusqu’à la guerre déclarée à la Prusse,- crime et folie à la fois. Plus tard, il a envoyé à l’Assemblée, et, de là, dans les places, un tas d’avocats sans études, sans talents, sans conviction, sans patriotisme etc… »

Dans le fragment suivant il attaquera la famille de Napoléon…

Bourdonnements (Fragment 1).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 784 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Alphonse Karr :


12>