Livres audio gratuits pour 'Auguste de Villiers de l’Isle-Adam' :


VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – La Machine à gloire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


La Salle Le Peletier pendant une représentation de l'opéra « Robert le Diable » (1832)

Les 27 Contes cruels occupent déjà une grande place sur notre site.

Villiers de l’Isle Adam imagine dans La Machine à gloire que l’ingénieur Bottom (ainsi appelé parce qu’il va au « fond » des choses ?) met au point un nouveau système de « claque » au théâtre.

« Nous constatons et affirmons, nous, que plus une œuvre dramatique secoue la torpeur publique, provoque d’enthousiasmes, enlève d’applaudissements et fait de bruit autour d’elle, plus les lauriers et les myrtes l’environnent, plus elle fait répandre de larmes et pousser d’éclats de rire, plus elle exerce, – pour ainsi dire, de force, – une action sur la foule, plus elle s’impose, enfin, – plus elle réunit, par cela même, les symptômes ordinaires du chef-d’œuvre et plus elle mérite, par conséquent, la gloire. »

Trois questions se dressent a priori :
1° Qu’est-ce que la Gloire ?
2° Entre une machine (moyen physique) et la Gloire (but intellectuel) peut-il être déterminé un point commun formant leur unité ?
3° Quel est ce moyen terme ?

Cette super claque électrique révolutionnaire ne semble pas avoir vu le jour depuis 1893 !

Illustration : La Salle Le Peletier pendant une représentation de l’opéra Robert le Diable (1832).

La Machine à gloire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 284 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Les Demoiselles de Bienfilâtre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Les Demoiselles de Bienfilâtre

Les Demoiselles de Bienfilâtre est le trente-septième conte de Villiers de l’Isle-Adam (1836-1889) que notre site accueille depuis 2008 !

« Pascal nous dit qu’au point de vue des faits, le Bien et le Mal sont une question de « latitude ». En effet, tel acte humain s’appelle crime, ici, bonne action, là-bas, et réciproquement. Ainsi, en Europe, l’on chérit, généralement, ses vieux parents ; en certaines tribus de l’Amérique on leur persuade de monter sur un arbre ; puis on secoue cet arbre. S’ils tombent, le devoir sacré de tout bon fils est, comme autrefois chez les Messéniens, de les assommer sur-le-champ à grands coups de tomahawk, pour leur épargner les soucis de la décrépitude. S’ils trouvent la force de se cramponner à quelque branche, c’est qu’alors ils sont encore bons à la chasse ou à la pêche, et alors on sursoit à leur immolation.
[...]
Le point mystérieux qui gît au fond de cet immense malentendu est cette nécessité native où se trouve l’Homme de se créer des distinctions et des scrupules, de s’interdire telle action plutôt que telle autre, selon que le vent de son pays lui aura soufflé celle-ci ou celle-là : l’on dirait, enfin, que l’Humanité tout entière a oublié et cherche à se rappeler, à tâtons, on ne sait quelle Loi perdue. »

Le début de ce premier des Contes cruels est prometteur.

Illustration : Les Demoiselles de Bienfilâtre, par Paul Destez (1909).

Les Demoiselles de Bienfilâtre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 899 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – L’Amour sublime

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Georg Friedrich Kersting - Couple à la fenêtre (1815)

Ce n’est pas la première fois que Villiers de l’Isle-Adam plaisante sur un thème sérieux.

L’Amour sublime (1893) pourrait avoir comme sous-titre « L’innocence prise en flagrant délit par un commissaire de police ».

« C’était l’absurde s’installant dans la vie réelle » écrit (ou s’écrie) l’auteur…

L’Amour sublime d’un député peut-il se sublimer ?

Illustration : Georg Friedrich Kersting, Couple à la fenêtre (1815).

L’Amour sublime.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 263 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Le Réalisme dans la peine de mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Histoire


James Gillray - Le Bourreau (1798)

« Villiers de L’Isle-Adam, raconte Léon Bloy, avait la passion de courir le guilledou des exécutions capitales, et les messieurs de la guillotine le considéraient comme un amateur éclairé. »

Nous en avons deux confirmations.

En 1883 il publia Le Secret de l’échafaud où nous avons lu :

« Brusquement, la bascule joua, le carcan s’abattit, le bouton céda, la lueur du couteau passa. Un choc terrible secoua la plate-forme ; les chevaux se cabrèrent à l’odeur magnétique du sang et l’écho du bruit vibrait encore, que, déjà le chef sanglant de la victime palpitait entre les mains impassibles du chirurgien de la Pitié, lui rougissant à flots les doigts, les manchettes et les vêtements. »

En 1890, Le Réalisme dans la peine de mort approfondit les questions que chacun peut se poser !

« Soudain – pendant qu’il jette un coup d’œil presque furtif sur le couteau – la pesée d’un aide fait basculer le condamné sur cette passerelle de l’abîme ; l’autre moitié de la cangue s’abaisse : l’exécuteur touche le déclic… un éclair glisse… plouff ! – Pouah ! quel éclaboussis ! Deux ou trois grosses gouttes rouges sautent autour de moi. Mais déjà le tronc gît, précipité, dans le panier funèbre.
L’exécuteur, s’inclinant très vite, prend quelque chose dans une espèce de baignoire d’enfant, placée en dehors, sous la guillotine… »

La pensée directrice de Villiers est : « Bref, on va se venger ici, c’est-à-dire équilibrer le meurtre par le meurtre, – voilà tout, c’est-à-dire commettre un nouveau meurtre sur le prisonnier ligoté qui va sortir et que nous guettons pour l’égorger à son tour. »

Illustration : James Gillray, Le Bourreau (1798).

Le Réalisme dans la peine de mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 434 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – La Couronne présidentielle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Histoire


La Couronne présidentielle

Dans Chez les passants (recueil posthume de fantaisies, pamphlets et souvenirs, 1890) Auguste de Villiers de l’Isle-Adam présente avec humour le compte rendu d’une séance du Congrès à Versailles, où la Chambre et le Sénat réunis, doivent discuter, non pas de la déchéance de nationalité, mais de La Couronne présidentielle (Chapitres : L’Ordre du jour ; Le Projet de Loi ; À la tribune ; Au Palais de l’Élysée ; Au Congrès ; La Séance de nuit ; L’Incident final).

Le Président de la Troisième République portera-t-il sur la tête une couronne ou non ? L’existence d’un tel ornement satisferait la droite, mais la gauche sentirait trop le souvenir de la couronne royale ou de la couronne impériale.
Ce qui complique le problème, c’est que le Président Jules Grévy est absolument opposé au pouvoir présidentiel. En prenant sa charge, Grévy annonce aussitôt qu’il renonce à user du droit de message et du droit de dissolution. Le deuxième pouvoir auquel il renonçait avec affectation était celui de dissoudre la Chambre. Il était inscrit dans la Constitution et permettait à un Président de droite de dissoudre tant qu’il en avait envie, avec l’accord du Sénat, une Chambre de gauche, ou inversement.
En 1887 éclate le scandale des décorations : le gendre du Président, Daniel Wilson a été convaincu de trafic d’influence. Il vendait des nominations dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Les chambres contraignent alors Grévy à la démission le 2 décembre.

L’actualité et les sujets sont différents, mais vous trouverez certains passages qui nous y ramènent.

> Écouter un extrait : 01. Ordre du jour – Projet de loi.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 475 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Fragment de roman – Le Meilleur Amour

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


Childe Hassam - Un couple de Bretons à Pont-Aven

Des sept contes de Propos d’au-delà (1893) de Villiers de l’Isle-Adam, L’Élu des rêves est sur le site. Viennent le rejoindre Fragment de roman et Le Meilleur Amour.

Ces quelques lignes révèlent le ton et le style de Fragment de roman :

« Madame,
Vous m’avez fait l’honneur de m’adresser quelques paroles. Une circonstance, que je viens vous apprendre, les a suivies. [...]
Voici la supposition :
Vous êtes une reine persane ; — je suis un prince lointain, que vos armées ont surpris et fait captif.
Familier, je porte à la cheville votre bracelet d’argent. — Ce soir, comme vos femmes venaient d’allumer les flambeaux, vous m’avez fait un signe.
J’ai dressé devant vous la grande plaque d’airain poli, votre miroir. Autour de lui sont entrelacées des branches d’ébène, sculptées de faces d’Esprits.
Accoudé au sommet, sur le front le plus affreux, moi, je rêve aux arbres titaniens sur mes vallées, âmes chariots dispersés, à la lune, à la rébellion future. »

Le Meilleur Amour aura-t-il une fin heureuse ?

Le jeune Breton nommé Guilhem Kerlis « était un grave cœur, plein de croyances, dont les sentiments étaient à la fois purs, ardents et stables. Yvaine était joueuse, engageante et d’un babil d’oiseau ; peut-être un peu trop rieuse. Ils se fiancèrent avec d’innocents baisers, de doux projets de ménage.
Et c’était une longue étreinte silencieuse, lorsqu’ils se quittaient. »

Fragment de roman.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 403 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – L’Enjeu – L’Élu des rêves

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Wilhelm Bendz - Réunion de fumeurs (détail)

Les Contes cruels de Villiers de l’Isle-Adam (plus de 30 sur le site) sont moins obscurs que ceux de son ami Mallarmé, mais il aime nous dérouter…

La morale de L’Élu des rêves, extrait du recueil Propos d’au-delà est qu’il faut posséder ses rêves comme s’ils étaient réels :

« Tous deux, en nobles « esthéticiens » s’attardent, chaque soir, au fond de ces tavernes hantées de nos jeunes écrivains futurs, auxquels ils s’efforcent, à coups de théories, de démontrer « qu’il faut toujours voir les choses… telles qu’elles sont. » »

L’Enjeu est la révélation par un abbé en soutane du « secret » de l’Église :

« Et, regardant, avec une fixité froide, les brillants écouteurs, l’abbé Tussert prononça, d’une voix plus basse, mais qui sonna comme un coup de glas, cette damnable, cette fantastique parole :

- Le secret de l’Église ?… C’est… c’est qu’il n’y a pas de « purgatoire ». »

Illustration : Wilhelm Bendz, Réunion de fumeurs (détail, 1828).

L’Enjeu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 773 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Sylvabel – L’Amour du naturel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Carl Spitzweg - Der Gustherr

La belle nouvelle épousée Sylvabel exige des conditions curieuses, que vous découvrirez, pour se sentir totalement à son mari.

L’Amour du naturel permet à Villiers de l’Isle-Adam de fustiger le faux naturel de son époque (1888), mais ce qui donne du piquant à son récit, c’est qu’il met en scène le Président de la République, seul, en promenade, rencontrant deux jeunes vacanciers qui ignorent qui il est et lui expriment des doléances telles que :

« Or, que faut-il, de nos jours, aux yeux de la majorité des électeurs, pour mériter la médaille législative ? Savoir se garder, tout d’abord, d’écrire – ou d’avoir écrit – le moindre beau livre ; savoir se priver d’être doué, en aucun art, d’un immense talent ; affecter de mépriser comme frivole tout ce qui touche aux productions de pure Intelligence ; c’est-à-dire n’en parler jamais qu’avec un sourire protecteur, distrait et placide ; savoir, habilement, donner de soi l’impression d’une saine médiocrité ; pouvoir tuer le temps, chaque jour, entre trois cents collègues, soit à voter de commande, – soit à se prouver, les uns aux autres, que l’on n’est, au fond, que de moroses hâbleurs, dénués, sauf rares exceptions, de tout désintéressement ; – et, le soir, en mâchonnant un cure-dents, regarder la foule, d’un œil atone, en murmurant : « Bah ! Tout s’arrange ! tout s’arrange ! » Voilà, n’est-il pas vrai, les préalables conditions requises pour être jugé possible. – Une fois élu, l’on éprouve neuf mille francs d’appointements (et le reste), car on ne se paye pas de mots, à la Chambre ! – l’on s’appelle l’ « État »… et l’on décerne, entre-temps, un ou deux brillants bureaux de tabac. »

Remplacez Mr C. par le président que vous voulez…

Sylvabel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 172 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Auguste de Villiers de l’Isle-Adam :