Livres audio gratuits pour 'Auguste de Villiers de l’Isle-Adam' :


VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Fragment de roman – Le Meilleur Amour

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


Childe Hassam - Un couple de Bretons à Pont-Aven

Des sept contes de Propos d’au-delà (1893) de Villiers de l’Isle-Adam, L’Élu des rêves est sur le site. Viennent le rejoindre Fragment de roman et Le Meilleur Amour.

Ces quelques lignes révèlent le ton et le style de Fragment de roman :

« Madame,
Vous m’avez fait l’honneur de m’adresser quelques paroles. Une circonstance, que je viens vous apprendre, les a suivies. [...]
Voici la supposition :
Vous êtes une reine persane ; — je suis un prince lointain, que vos armées ont surpris et fait captif.
Familier, je porte à la cheville votre bracelet d’argent. — Ce soir, comme vos femmes venaient d’allumer les flambeaux, vous m’avez fait un signe.
J’ai dressé devant vous la grande plaque d’airain poli, votre miroir. Autour de lui sont entrelacées des branches d’ébène, sculptées de faces d’Esprits.
Accoudé au sommet, sur le front le plus affreux, moi, je rêve aux arbres titaniens sur mes vallées, âmes chariots dispersés, à la lune, à la rébellion future. »

Le Meilleur Amour aura-t-il une fin heureuse ?

Le jeune Breton nommé Guilhem Kerlis « était un grave cœur, plein de croyances, dont les sentiments étaient à la fois purs, ardents et stables. Yvaine était joueuse, engageante et d’un babil d’oiseau ; peut-être un peu trop rieuse. Ils se fiancèrent avec d’innocents baisers, de doux projets de ménage.
Et c’était une longue étreinte silencieuse, lorsqu’ils se quittaient. »

Fragment de roman.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 877 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – L’Enjeu – L’Élu des rêves

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Wilhelm Bendz - Réunion de fumeurs (détail)

Les Contes cruels de Villiers de l’Isle-Adam (plus de 30 sur le site) sont moins obscurs que ceux de son ami Mallarmé, mais il aime nous dérouter…

La morale de L’Élu des rêves, extrait du recueil Propos d’au-delà est qu’il faut posséder ses rêves comme s’ils étaient réels :

« Tous deux, en nobles « esthéticiens » s’attardent, chaque soir, au fond de ces tavernes hantées de nos jeunes écrivains futurs, auxquels ils s’efforcent, à coups de théories, de démontrer « qu’il faut toujours voir les choses… telles qu’elles sont. » »

L’Enjeu est la révélation par un abbé en soutane du « secret » de l’Église :

« Et, regardant, avec une fixité froide, les brillants écouteurs, l’abbé Tussert prononça, d’une voix plus basse, mais qui sonna comme un coup de glas, cette damnable, cette fantastique parole :

- Le secret de l’Église ?… C’est… c’est qu’il n’y a pas de « purgatoire ». »

Illustration : Wilhelm Bendz, Réunion de fumeurs (détail, 1828).

L’Enjeu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 240 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Sylvabel – L’Amour du naturel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Carl Spitzweg - Der Gustherr

La belle nouvelle épousée Sylvabel exige des conditions curieuses, que vous découvrirez, pour se sentir totalement à son mari.

L’Amour du naturel permet à Villiers de l’Isle-Adam de fustiger le faux naturel de son époque (1888), mais ce qui donne du piquant à son récit, c’est qu’il met en scène le Président de la République, seul, en promenade, rencontrant deux jeunes vacanciers qui ignorent qui il est et lui expriment des doléances telles que :

« Or, que faut-il, de nos jours, aux yeux de la majorité des électeurs, pour mériter la médaille législative ? Savoir se garder, tout d’abord, d’écrire – ou d’avoir écrit – le moindre beau livre ; savoir se priver d’être doué, en aucun art, d’un immense talent ; affecter de mépriser comme frivole tout ce qui touche aux productions de pure Intelligence ; c’est-à-dire n’en parler jamais qu’avec un sourire protecteur, distrait et placide ; savoir, habilement, donner de soi l’impression d’une saine médiocrité ; pouvoir tuer le temps, chaque jour, entre trois cents collègues, soit à voter de commande, – soit à se prouver, les uns aux autres, que l’on n’est, au fond, que de moroses hâbleurs, dénués, sauf rares exceptions, de tout désintéressement ; – et, le soir, en mâchonnant un cure-dents, regarder la foule, d’un œil atone, en murmurant : « Bah ! Tout s’arrange ! tout s’arrange ! » Voilà, n’est-il pas vrai, les préalables conditions requises pour être jugé possible. – Une fois élu, l’on éprouve neuf mille francs d’appointements (et le reste), car on ne se paye pas de mots, à la Chambre ! – l’on s’appelle l’ « État »… et l’on décerne, entre-temps, un ou deux brillants bureaux de tabac. »

Remplacez Mr C. par le président que vous voulez…

Sylvabel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 699 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE ADAM – Auguste (de) – Les Brigands – Impatience de la foule

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Jacques-Louis David - Léonidas aux Thermopyles

Les Contes cruels réunis par Villiers de l’Isle Adam (une vingtaine sur notre site) sont d’une grande diversité. Leur dénominateur commun est, effectivement, la cruauté.

Dans Les Brigands, les bourgeois de deux villages voisins s’entretuent, en se prenant réciproquement pour des brigands. La métamorphose provoquée par la peur chez des petits bourgeois de province, l’attitude symétrique des deux villages, la bêtise des notables de Pibrac semblable à celle des nantis de Nayrac produisent un comique de renversement parfois savoureux… malgré les morts !

Le comique est absent d’Impatience de la foule qui brode sur un épisode de la deuxième guerre médique raconté par Hérodote (La Bataille des Thermopyles). Au Vème siècle avant J C, un envoyé de Léonidas arrive à Sparte pour raconter l’héroïque résistance des soldats spartiates, mais il est lynché par la foule qui croit qu’il a fui et vient annoncer une défaite honteuse.

Donc les deux contes ont pour sujet les conséquences sanglantes d’une erreur d’interprétation des faits…

Les Brigands.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 768 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – La Maison du bonheur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Philosophie


Auguste de Villiers de L'Isle-Adam - La Maison du bonheur, illustration par Armand Rassenfosse

Avec La Maison du bonheur au style proche de celui de son ami Mallarmé, Villiers de l’Isle-Adam nous offre un récit étrange, à classer parmi les contes ou la philosophie…
Cette maison idéale isolée est très spéciale : « La solennité, le silence de cette habitation sont doux et inquiétants comme le crépuscule. Là, c’est un tel isolement des choses ! – Un rayon de l’Occident, sur les fenêtres – empourprées tout à coup – de la blanche façade, – la chute d’une feuille qui, de la voûte d’une allée, tombe, en tournoyant, sur le sable, – ou quelque refrain de pêcheur, au loin, – ou telle fuite plus rapide des nuages de mer, – ou la senteur, soudain plus subtile, d’une touffe de roses mouillées qu’effleure un oiseau perdu, – mille autres incidences, ailleurs imperceptibles, semblent, ici, comme des avertissements tout à fait étranges de la brièveté des jours. »

Elle est habitée par un couple extraordinaire :
« On eût dit d’éternels enfants, destinés à mourir comme les oiseaux s’envolent et que le lis du matin serait la seule fleur oubliable sur leurs chastes tombes.
Mais ils étaient prédestinés à vivre, – et l’Humanité est venue avec ses luttes et ses stupeurs.
[...]
Elle ni lui n’étaient, en effet, du nombre de ces esprits-créateurs, trempés de manière à tenir tête fût-ce au scandale de toute l’Humanité et dont le fulgurant souffle d’infini refoulerait les plus rugissantes rafales : ce n’étaient que deux exquises intelligences, merveilleusement douées, – que cette qualité d’épreuve fit fléchir, comme deux fleurs sous la pluie. »
L’amour est présenté dans La Maison du bonheur comme une divine attirance entre deux êtres prédestinés l’un à l’autre dans l’existence antérieure et qui se trouvent sur cette terre ; c’est le mystique hymen de deux âmes sœurs. La possession charnelle en est exclue. Ce Sentiment éternel préexiste à la vie terrestre et lui survit ; la mort d’un des deux ne détruit pas pour le survivant les liens qui l attachaient au défunt.
Ce rêve de perfection ne laisse pas le lecteur indifférent…

La Maison du bonheur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 175 706 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – L’Intersigne

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Contes


L'Intersigne, illustration de Armand Rassenfosse

« La conversation tomba sur un sujet des plus sombres : il était question de la nature de ces coïncidences extraordinaires, stupéfiantes, mystérieuses, qui surviennent dans l’existence de quelques personnes. »

Le narrateur a un songe qui l’étonne… Les faits lui prouvent, plus tard, que son rêve était prémonitoire.
L’Intersigne, un des nombreux Contes cruels (une trentaine déjà publiée sur notre site) de Villiers de L’Isle-Adam est l’illustration vécue de cette définition :
« Les intersignes annoncent la mort. Mais la personne à qui se manifeste l’intersigne est rarement celle que la mort menace. Si l’intersigne est aperçu le matin, c’est que l’événement annoncé doit se produire à bref délai (huit jours au plus). Si c’est le soir, l’échéance est plus lointaine ; elle peut être d’une année et même davantage. Personne ne meurt sans que quelqu’un de ses proches, de ses amis ou de ses voisins, n’en ait été prévenu par un intersigne. Les intersignes sont comme l’ombre, projetée en avant, de ce qui doit arriver.
Si nous étions moins préoccupés de ce que nous faisons ou de ce qui se fait autour de nous en ce monde, nous serions au courant de presque tout ce qui se passe dans l’autre. »

L’Intersigne.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 491 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Le Socle de la statue

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Depute

Villiers de l’Isle-Adam se livre à une violente attaque des méthodes des députés trompant la crédulité publique au moyen de mots astucieusement arrangés.

Extraits de la confession de Gambade fils, député de Paris :
« Quant à émettre des « idées » dans mes discours… J’ai là un vieux solde (laissé au rebut, et pour compte, par d’anciennes Chambres), de mots de sept et huit syllabes : environ deux cent cinquante-sept ; par exemple, les mots : gouvernemental, constitutionnel, parlementarisme, concordataire, dans cette enceinte, etc. Enfin, DEUX CENT CINQUANTE-SEPT. J’ai mis dix-huit mois à les recueillir dans tous les discours qui ont « porté » à cause, uniquement, qu’ils étaient émaillés de ce vocable. J’affirme qu’il suffit de les écrire un à un, sans se presser, sur de petits bouts de papier, tous les deux cent cinquante-sept, puis de les jeter dans un chapeau et de les remuer ensuite, d’une main légère, pour qu’ils donnent des combinaisons de phrases à perte de vue, sans qu’il soit besoin d’aucune idée autre que celles qu’ils ont l’air de représenter par eux-mêmes. [...] Plus on émet d’idées, plus on s’émiette ! Moins donc on paraît sérieux, puisque on se livre dans ses idées, chacune d’elles semblant donner notre mesure !!! Donc, JAMAIS d’idées ! [...] N’ayant pas le temps de discuter avec la niaiserie publique, je suis déterminé à être en paroles, toujours et quand même, de son avis. »
Il est vrai qu’un siècle a passé et que les 257 mots ont pu changer (« Concordataire » a disparu, par exemple, mais « solidarité » a du succès…).

Le Socle de la statue.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 517 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE ADAM, Auguste (de) – La Reine Ysabeau

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Isabeau de Bavière

De nombreux Contes cruels de Villiers de l’Isle Adam, sont déjà sur le site.
« Vers 1404, Ysabeau, femme du roi Charles VI, régente de France, habitait, à Paris, l’ancien hôtel Montagu, sorte de palais plus connu sous le nom de l’hôtel Barbette.
Là se projetaient les fameuses parties de joutes aux flambeaux sur la Seine ; c’étaient des nuits de gala, des concerts, des festins, enchantés tant par la beauté des femmes et des jeunes seigneurs que par le luxe inouï que la cour y déployait. »

La Reine Ysabeau.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 341 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Auguste de Villiers de l’Isle-Adam :