Livres audio gratuits pour 'Edgar Allan Poe' :


POE, Edgar Allan – Philosophie de l’ameublement

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Arts


Lampe d'Argand

Philosophie de l’ameublement (1871) est un titre peu alléchant littérairement, mais écrit par le grand Bostonien Edgar Poe et traduit par le grand Parisien Baudelaire, l’ouvrage prend un grand intérêt proclamant d’entrée :

« Il ne peut rien exister de plus directement choquant pour l’œil d’un artiste que l’arrangement intérieur de ce qu’on appelle aux États-Unis, – c’est-à-dire en Appallachie -, un appartement bien meublé. Son défaut le plus ordinaire est un manque d’harmonie. Nous parlons de l’harmonie d’une chambre comme nous parlerions de l’harmonie d’un tableau. »

Poe n’est pas d’accord avec son temps qui remplace le bon goût par la soumission au dollar : « Un malheur qui naît de nos institutions républicaines, c’est qu’ici un homme possédant une grosse bourse n’a généralement qu’une très-petite âme à mettre dedans. »
« Nous sommes violemment affolés de gaz et de verre. Le gaz, dans la maison, est complètement inadmissible. Sa lumière, vibrante et dure, est offensante. Quiconque a une cervelle et des yeux refusera d’en faire usage. Une lumière douce, ce que les artistes appellent un jour froid, donnant naturellement des ombres chaudes, fera merveille, même dans une chambre imparfaitement meublée. »

Ce qu’il aime dans cette chambre ? « Chacune de ces peintures est d’un ton chaud mais sombre. Elles ne contiennent pas ce qu’on appelle de brillants effets. De toutes émane un sentiment de repos. Aucune n’est de petite dimension. Les trop petits tableaux donnent à une chambre cet aspect moucheté, qui est le vice de plus d’un bel ouvrage d’art fastidieusement retouché. [...] Quelques tablettes, légères et gracieuses, dorées sur leurs tranches, et suspendues par des cordelettes de soie cramoisie à glands d’or, supportent deux ou trois cents volumes magnifiquement reliés. »

Philosophie de l’ameublement.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 427 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Fritures d’archives à la sauce pastiche

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : -h –min | Genre : Humour


Poisson d'Avril 2013

Nous vous proposons de passer cette journée de premier avril avec le sourire grâce à notre sélection de récréations littéraires et de pastiches, sans oublier quelques poissons…

- ALLAIS, Alphonse – Trois Poissons d’avril
- ANONYME – Elle vire, Parodie du Lac de Lamartine (Poème)
- ANONYME – Le Sermon en proverbes
- ARVERS, Félix – Quatre Pastiches
- BÊTISIER LITTÉRAIRE
- DIVERS – Huit Pastiches de La Fontaine
- DIVERS – Le Poisson d’avril : origine
- DIVERS – Quelques Virelangues
- FLAUBERT, Gustave – Dictionnaire des idées reçues : extraits d’auteurs célèbres
- JOLIMONT, Théodore (de) – Monologie du mois d’avril. Poissons d’avril
- LATTAIGNANT, Abbé (de) – Le Mot et la chose (Poème)
- PIIS, Augustin (de) – L’Harmonie imitative de la langue française (Fin du chant premier)
- POE, Edgar Allan -Le Canard au ballon


Page vue 8 503 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Cottage Landor

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Le Cottage d'Edgar Allan Poe

Il est évident que Charles Baudelaire poète n’a pas dû vibrer de tout son être en traduisant Le Cottage Landor.

Ce conte de Poe, Le Cottage Landor, peut avoir été inspiré par son propre cottage.
Un ami de longue date de Poe a écrit : « Le cottage avait un air de goût et de distinction… Le plus soigné, le plus pauvre, le moins meublé, et pourtant le plus charmant logement que j’ai jamais vu ». Dans une lettre à un ami, Poe écrit lui-même : « L’endroit est beau ». Maria a écrit plus tard : « C’était le plus doux petit cottage qu’on puisse imaginer. Oh, comme nous étions suprêmement heureux dans notre cher cottage. »

Cette description rigoureuse du lieu, de sa superficie, à un pied ou à un yard près est un document intéressant mais dont la poésie n’éclate pas à chaque détour du long chemin d’accès…

Le Cottage Landor.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 344 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – La Découverte de Von Kempelen

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Wolfgang Von Kempelen

Le Turc mécanique, ou L’Automate joueur d’échecs, d’Edgar Poe, est un canular célèbre construit à la fin du XVIIIème siècle : il s’agissait d’un prétendu automate doté de la faculté de jouer aux échecs. Construit et dévoilé pour la première fois en 1770 par Johann Wolfgang von Kempelen, le mécanisme semble être en mesure de jouer contre un adversaire humain,
Le baron Kempelen, gentilhomme de Presbourg, en Hongrie, postérieurement le céda, avec le secret de ses opérations, à son propriétaire actuel.

Edgar Poe a consacré un autre récit à ce baron qu’il aurait personnellement connu. On ne sait vraiment pas si La Découverte de Von Kempelen de la fabrication de l’or est encore une histoire inventée.

« Mais s’il est rien que l’on puisse affirmer sans hésitation, c’est que cette découverte, il y a six mois, aurait exercé une influence énorme sur l’émigration en Californie.
Quant à l’Europe, les résultats les plus remarquables jusqu’à présent de la révolution économique causée par Von Kempelen, ont été une hausse de 200% sur le prix du plomb et de 25% sur celui de l’argent. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

La Découverte de Van Kempelen.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 428 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Un événement à Jérusalem

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


Jean Fouquet - Pompée dans le Temple de Jérusalem

Texte historico-religieux d’Edgar Poe, traduit par Baudelaire, sur la prise de Jérusalem par Pompée. Quelques renseignements pour l’éclairer : une fois entré à Jérusalem, dont la population est divisée, Pompée assiège les partisans d’Aristobule retranchés sur le Mont du Temple. Celui-ci est emporté d’assaut et, de cet épisode, l’histoire retiendra que Pompée pénétra dans le Saint des Saints du temple de Jérusalem, ce qui constituait un sacrilège pour les Juifs, mais ne toucha à rien. L’assaut du Temple fait plus de 12.000 morts, mais très peu du côté de Pompée. La Judée est tout de suite soumise. Pompée ne restaure cependant pas la royauté : il se borne à réintégrer Hyrcan dans ses fonctions de grand prêtre du temple de Jérusalem

« Hâtons-nous d’aller aux remparts, – dit Abel-Phittim à Buzi-Ben-Lévi et à Siméon le Pharisien, le dixième jour du mois Thammuz, en l’an du monde trois mille neuf cent quarante et un ; – hâtons-nous vers les remparts qui avoisinent la porte de Benjamin, qui est dans la cité de David, et qui dominent le camp des incirconcis. C’est la dernière heure de la quatrième veille, et voici le soleil levé ; et les idolâtres, pour remplir la promesse de Pompée, doivent nous attendre avec les agneaux des sacrifices. »

Mais les agneaux se révèlent être « un cochon de proportions peu communes ».

Illustration : Pompée dans le Temple de Jérusalem, Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, enluminure de Jean Fouquet, vers 1470-1475.

Un événement à Jérusalem.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 085 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Marginalia (Préface – Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Essais


Extrait du manuscrit de « Marginalia »

Edgar Poe explique bien dans la préface de Marginalia (1844-1849) son dessein :

« Quand mes notes sont trop longues pour tenir dans l’espace d’une marge, je les confie à une feuille de papier que je glisse entre les pages et que je fixe par de la gomme. Il se peut que tout cela ne soit qu’une manie, quelque chose de banal et d’inutile. Cependant j’y prends plaisir… Les notes marginales ne sont pas des notes mnémotechniques et n’ont pas les défauts de ces dernières. « Ce que je mets sur le papier, dit Bernardin St Pierre, je le remets de ma mémoire, et par conséquent je l’oublie. » Remarque parfaitement juste. Pour se débarrasser d’un souvenir, il n’y a qu’à le fixer par écrit. »

Nous vous proposons les vingt premières, à la suite de la Préface ; certaines sont moins intéressantes que d’autres : il n’est pas question de lire les 108 !! Des sélections pourront suivre si des lecteurs le demandent.
Aimez-vous celle-ci :
« Voir distinctement le mécanisme d’une œuvre d’art, ses rouages, ses pignons, est sans contredit un plaisir par lui-même, mais un plaisir que l’on ne peut goûter, qu’autant que l’on renonce à jouir des effets voulus par l’artiste. En fait, il arrive souvent que considérer analytiquement les œuvres d’art, revient à les considérer par ces miroirs du temple de Smyrne qui réfléchissaient déformées les plus belles images » ?

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

Illustration : Reproduction du manuscrit de Marginalia.

Marginalia (Préface – Sélection).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 721 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Ne pariez jamais votre tête au diable

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Contes


Un pont couvert aux États-Unis

Ne pariez jamais votre tête au diable est bien souligné « conte moral », parce qu’ Edgar Poe tient à s’y défendre et répondre à ses détracteurs : « Il n’y a aucune justice dans l’imputation lancée contre moi par certains ignorants, qui prétendent que je n’ai jamais écrit de conte moral ou, plus précisément, de conte qui eût une morale. Mes dénigreurs, tout simplement, ne sont pas les critiques prédestinés qui doivent m’interpréter et faire ressortir mes tendances vertueuses. Voilà le secret. »

Il dit ailleurs : « Un romancier, par exemple, n’a nul besoin de se creuser la cervelle au sujet de sa morale. Elle est là, c’est à dire elle est quelque part. La morale et les critiques n’ont qu’à s’arranger entre eux. Quand le moment sera venu, tout ce que ce Monsieur a voulu dire et tout ce qu’il n’a pas voulu dire, seront mis en pleine lumière dans le Quotidien et la Revue du temps, à ne pas oublier tout ce qu’il aurait dû vouloir dire et tout ce qu’il avait évidemment l’intention de vouloir dire ; en sorte que finalement tout ira pour le mieux. »

« J’offre à mes détracteurs la triste histoire qui va suivre, histoire dont la moralité ne peut être mise en doute, puisque celui-là même qui se contenterait de parcourir superficiellement mon œuvre, serait forcé de lire dans les lettres capitales du titre, la leçon qu’elle comporte. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

Ne pariez jamais votre tête au diable.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 701 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Duc de l’Omelette – L’Homme sans souffle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


Le duc de l omelette

Le Duc de l’Omelette (1832) est un des Derniers Contes et L’Homme sans souffle (1832) fait partie des Contes grotesques, mais tous deux relèvent du fantastique et souvent du farfelu, comme beaucoup de nouvelles d’Edgar Poe.
Ainsi ce dialogue comique entre Sa Majesté le diable et le duc :
« « Allons, monsieur, déshabillez-vous. »
« Me déshabiller ? — Ce serait vraiment du joli, ma foi ! — Non, monsieur, je ne me déshabillerai pas. Qui êtes-vous, je vous prie, pour que moi, Duc de l’Omelette, Prince de Foie-gras, qui viens d’atteindre ma majorité, moi, l’auteur de la Mazurkiade, et Membre de l’Académie, je doive me dévêtir à votre ordre des plus suaves pantalons qu’ait jamais confectionnés Bourdon, de la plus délicieuse robe de chambre qu’ait jamais composée Rombert — pour ne rien dire de ma chevelure qu’il faudrait dépouiller de ses papillottes, ni de la peine que j’aurais à ôter mes gants ? »
« Qui je suis ? » dit sa Majesté. — « Ah ! vraiment ! Je suis Baal-Zebub, prince de la Mouche. Je viens à l’instant de te tirer d’un cercueil en bois de rose incrusté d’ivoire. » »
Finalement, le duc, qui avait provoqué Satan en duel, lui propose une partie d’écarté.

Ou ces réflexions d’un pendu par erreur :
« Je m’abstiens de dépeindre mes sentiments de pendu. Pourtant je pourrais sans doute en dire long. Le sujet n’a été jusqu’ici que piètrement traité. En fait, pour écrire sur cette matière, il faut soi-même avoir passé par le gibet. Tout auteur devrait se borner à ce qu’il connaît par expérience. C’est ainsi que Marc Antoine composa un libelle sur l’ivrognerie.
Cependant je ferai aussi bien de dire tout de suite que, quant à mourir, je ne mourus pas. Mon corps était bien suspendu, mais non pas mon souffle, que j’avais perdu. » (L’Homme sans souffle)

Traductions : Félix Rabbe (1840-1900) pour Le Duc de l’Omelette, Émile Hennequin (1858-1888) pour L’Homme sans souffle.

Le Duc de l’Omelette.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 539 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Edgar Allan Poe :