Livres audio gratuits pour 'Edgar Allan Poe' :


POE, Edgar Allan – Le Canard au ballon

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Contes


Le Canard au ballon

Le Canard au ballon (Histoires extraordinaires, 1844) est le titre d’un article de journal écrit par Edgar Allan Poe racontant la traversée de l’Atlantique en montgolfière en 75 heures par le célèbre aéronaute Monck Mason. On y trouve de nombreuses descriptions techniques, un peu fastidieuses, et un compte rendu détaillé et plausible de ce voyage en dirigeable. Poe agence son récit de manière à rendre l’événement crédible… et on y croit !

Mais c’est un canular ! Cet exploit n’a été réalisé que beaucoup plus tard : « Le ballon Double Eagle a enfin traversé l’Océan du 12 au 17 Août 1978. »

Edgar Poe nous mystifie, avec la complicité de son traducteur Charles Baudelaire. N’oublions pas qu’il s’agit d’un conte… déguisé en reportage.

Le Canard au ballon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 205 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Philosophe Bon-Bon – Quatre Bêtes en une

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 53min | Genre : Contes


Edgar_Allan_Poe_-_Bon-bon.jpg

I

Extrait de Contes grotesques, Le Philosophe Bon-Bon est une discussion très alcoolisée entre un philosophe et Sa Majesté Satan, en particulier sur l’âme.

« Alors, Monsieur, je vous prie, qu’est-ce que l’âme ?
- Ce n’est ni ça, ni ça, Monsieur Bon-Bon, répliqua sa Majesté en méditant. J’ai goûté… c’est-à-dire, j’ai connu de très-mauvaises âmes et d’autres passables.
[...] Mais si j’ai un faible, Monsieur Bon-Bon, si j’ai un faible, c’est pour les philosophes. Cependant, laissez-moi vous dire, qu’il n’est pas donné à tout diable… hum…, à tout le monde, de savoir choisir un bon philosophe. Les longs ne valent rien, et les meilleurs sont enclins à sentir un peu le ranci, à cause de la bile… Il est rarement possible de conserver vivante une âme plus de deux ou trois heures. Et après la mort, à moins qu’on ne les marine immédiatement, – et une âme marinée ne vaut rien – elles commencent à… sentir… vous comprenez, hein ? Quand les âmes nous viennent par la voie ordinaire, il est toujours à craindre qu’elles ne soient gâtées. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

II

L’impertinent Baudelaire a dû être sensible à l’humour de Poe en traduisant en 1884 Quatre bêtes en une : l’homme caméléopard, publié dans Nouvelles Histoires extraordinaires.

« Supposons, gracieux lecteur, que nous sommes en l’an du monde trois mil huit cent trente, et, pour quelques minutes, transportés dans le plus fantastique des habitacles humains, dans la remarquable cité d’Antioche, en Syrie.

Mille, mille, mille,mille,
Avec un seul guerrier, nous en avons égorgé mille !
Mille, mille, mille, mille, Chantons mille à jamais !
Hourra ! — Chantons Longue vie à notre roi,
Qui a abattu mille hommes si joliment !
Hourra ! Crions à tue-tête
Qu’il nous a donné une plus copieuse Vendange de sang
Que tout le vin que peut fournir la Syrie !

Toujours est-il que je ne vois qu’une foule tumultueuse d’idiots et de fous qui s’empressent de se prosterner devant un gigantesque caméléopard, et qui s’évertuent à déposer un baiser sur le sabot de l’animal. »

Le Philosophe Bon-Bon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 124 539 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – L’Inhumation prématurée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


L'Inhumation prématurée, illustration de Harry Clarke

Quand on sait que « Les causes de la mort d’Edgar Poe n’ont pas pu être déterminées et ont été attribuées diversement à l’alcool, à une drogue, au choléra, à la rage, à une maladie du cœur, à une congestion cérébrale, etc. » (Wikipédia), on peut supposer qu’il parle vraiment de lui, dans L’Inhumation prématurée, en évoquant, avec une telle précision, les états cataleptiques.

Le thème traité est le suivant :

« Être enterré vivant est certes la plus terrible des extrémités qui se soient jamais appesanties sur une créature mortelle. Que cela soit arrivé fréquemment, très fréquemment, aucun homme de sens ne le niera. Les limites qui séparent la mort de la vie sont, à prendre les choses au mieux, obscures et vagues. Qui dira où l’une finit et où l’autre commence ? Nous savons qu’il existe des cas pathologiques dans lesquels toutes les fonctions apparentes de la vie semblent cesser et ne sont, à proprement parler, que suspendues. »

PS : Pour information, titres d’un chapitre de l’ouvrage de Gaston Le Bon, Observations de mort apparente et d’individus enterrés vivants (1866) :
« Faits dont l’authenticité est démontrée. – Mort apparente considérée comme réelle, par plusieurs médecins, après un examen approfondi. – Enfant mort-né en apparence enterré par sa mère et rappelé à la vie – Individu enterré vivant, pendant une épidémie de choléra, et revenu à la vie au moment où on jetait de la terre sur son cercueil. – Femme revenue à la vie pendant les préparatifs de son ensevelissement. – Exemples d’inhumations prématurées, rapportés au Sénat par Mgr Donnet et M. Tourangin. – Fréquence des inhumations prématurées en France. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

NB : Une autre traduction, celle de Félix Rabbe (1840-1900), est disponible sous le titre L’Ensevelissement prématuré.

L’Inhumation prématurée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 034 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Du principe poétique

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Poésie


Edgar Allan Poe

Edgar Poe précise bien dès le début de Du principe poétique : « le principal but que je me propose est d’appeler l’attention sur quelques-uns des petits poèmes anglais ou américains qui sont le plus de mon goût, ou qui ont laissé sur mon imagination l’empreinte la plus marquée. Par petits poèmes j’entends, naturellement, des poèmes de peu d’étendue… Je soutiens qu’il n’existe pas de long poème. » Les poètes qu’il prendra pour exemples ne nous sont pas tous familiers : Shelley, Willis, Longfellow, Bryant, Pinkney, Moore, Byron, Tennyson et Motherwell, et nous ne pouvons pas apprécier leur rythme original puisq’ils sont traduits…

Sa grande idée directrice est la suivante :
« De même que l’Intellect recherche le Vrai, le Goût nous révèle le Beau, et le Sens moral ne s’occupe que du Devoir… Pour récapituler, je définirais donc en peu de mots la poésie du langage : une Création rythmique de la Beauté. Son seul arbitre est le Goût. Le Goût n’a avec l’Intellect ou la Conscience que des relations collatérales. Il ne peut qu’accidentellement avoir quelque chose de commun soit avec le Devoir soit avec la Vérité ; je ne me suis proposé que de vous suggérer cette réflexion : c’est que, si ce principe est strictement et simplement l’aspiration de l’âme humaine vers la beauté surnaturelle, sa manifestation doit toujours se trouver dans une émotion qui élève l’âme, tout à fait indépendante de la passion qui enivre le cœur, et de la vérité qui satisfait la raison. »

Il est intéressant de comparer cette conception de la poésie avec celle des Trois réflexions sur le beau de Baudelaire, admirateur et traducteur de Poe.

Traduction : Félix Rabbe (1840-1900).

Du principe poétique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 105 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Une mystification

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Une mystification

Une mystification, un des Contes grotesques de Poe, met en scène un baron Hongrois, que nous dirions « pince sans rire », dont l’humour prend un ton très sérieux pour créer ses blagues aux dépens de ses victimes… Il s’agit ici de la notion de duel devenue objet de dérision.

« La beauté, si je puis ainsi m’exprimer, de son art de mystificateur, était dans l’habileté consommée du baron Ritzner von Yung (résultat d’une connaissance presque intuitive des hommes, et d’un sang-froid surprenant), par laquelle il ne manquait jamais à faire paraître que les drôleries qu’il s’occupait à mener à point, se produisaient, soit malgré lui, soit par suite de ses efforts pour les prévenir, pour préserver le bon ordre et la dignité de l’université. La profonde, poignante, suprême mortification qui, à chaque insuccès de ses vertueuses tentatives, se marquait sur tous les linéaments de sa physionomie, ne laissait pas la moindre place aux doutes sur sa sincérité, dans l’esprit de ses compagnons, même les plus sceptiques. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

Une mystification.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 309 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Œuvre intégrale

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : -h–min | Genre : Contes


Poe's Tales of Mystery and Imagination, illustration de Arthur Rackham (1935)

Edgar Allan Poe (1809-1849) est un poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain, ainsi que l’une des principales figures du romantisme américain. Connu surtout pour ses contes, genre dont la brièveté lui permet de mettre en valeur sa théorie de l’effet, suivant laquelle tous les éléments du texte doivent concourir à la réalisation d’un effet unique, il a donné à la nouvelle ses lettres de noblesse et est considéré comme l’inventeur du roman policier. Nombre de ses récits préfigurent les genres de la science-fiction et du fantastique. (Source : Wikipédia).

Le catalogue de Littérature audio.com vous propose désormais une vaste sélection des œuvres de cet auteur, dans les traductions inoubliables de Charles Baudelaire (1821-1867), Stéphane Mallarmé (1842-1898), Maurice Rollinat (1846-1903), Félix Rabbe (1840-1900), William Little Hughes (1822-1887) et Émile Hennequin (1858-1888)…

Prose

A

- L’Ange du bizarre (Histoires grotesques et sérieuses, 1844)
- Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall (Histoires extraordinaires, 1835)
- Aventures d’Arthur Gordon Pym (1837, traduction de Charles Baudelaire)

B

La Barrique d’amontillado (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1846)
- Bérénice (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835) (Version 1, Version 2)
- Bon-Bon (Derniers Contes, 1832)

C

- Le Cadavre accusateur (Contes inédits, 1844)
- Le Canard au ballon (Histoires extraordinaires, 1844)
- La Caisse oblongue (Contes inédits, 1844)
- Le Chat noir (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1843)
- La Chute de la maison Usher (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)
- Le Cœur révélateur (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1843)
- Colloque entre Monos et Una (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1841)
- Comment s’écrit un article à la Blackwood (Derniers Contes, 1838)
- Conversation d’Eiros avec Charmion (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)
- Le Cottage Landor (Histoires grotesques et sérieuses, 1849)
- La Cryptographie (Derniers Contes, 1841)

D

- Les Débuts littéraires de Thingum Bob (Contes inédits, 1844)
- La Découverte de Von Kempelen (Contes grotesques, 1849)
- Le Démon de la perversité (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Une descente dans le Maelstrom (Histoires extraordinaires, 1841)
- Le Diable dans le beffroi (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)
- Le Domaine d’Arnheim (Histoires grotesques et sérieuses, 1846)
- Double Assassinat dans la rue Morgue (Histoires extraordinaires, 1841)
- Du principe poétique (Derniers Contes, 1850)
- Le Duc de l’Omelette (Derniers Contes, 1832)

E

- Éléonora (Histoires grotesques et sérieuses, 1841)
- L’Ensevelissement prématuré (Derniers Contes, 1844)
- Un entrefilet aux X (Contes grotesques, 1849)
- Eureka (1848, traduction de Charles Baudelaire)
- Un événement à Jérusalem (Histoires grotesques et sérieuses, 1832)

F

- La Filouterie considérée comme science exacte (Derniers Contes, 1843)

G

- La Genèse d’un poème (Histoires grotesques et sérieuses) : Le Corbeau (1845) et
Méthode de composition (1846)

H

- L’Homme d’affaires (Derniers Contes, 1840)
- L’Homme des foules (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1840)
- L’Homme sans souffle (Contes grotesques, 1832)
- Un homme usé (Contes inédits, 1839)
- Hop-Frog (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1849)

I

- L’Île de la fée (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1841)
- L’Inhumation prématurée (Contes grotesques, 1844)

J

- Le Joueur d’échecs de Maelzel (Histoires grotesques et sérieuses, 1836)
- Le Journal de Julius Rodman (Contes grotesques, 1840)

L

- La Lettre volée (Histoires extraordinaires, 1845) (Version 1, Version 2)
- Ligeia (Histoires extraordinaires, 1838)
- Lionnerie (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)
- Les Lunettes (Contes inédits, 1844)

M

- Manuscrit trouvé dans une bouteille (Histoires extraordinaires, 1833)
- Marginalia (Contes grotesques, 1844-1849)
- Le Masque de la mort rouge (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)
- Mellonta Tauta (Derniers Contes, 1849)
- Metzengerstein (Histoires extraordinaires, 1832)
- Le Mille et deuxième conte de Schéhérazade (Derniers Contes, 1845)
- Morella (Histoires extraordinaires, 1835)
- Le Mystère de Marie Roget (Histoires grotesques et sérieuses, 1842)
- Une mystification (Contes grotesques, 1837)

N

- Ne pariez jamais votre tête au diable (Contes grotesques, 1841)

O

- Ombre (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)

P

- Petite Discussion avec une momie (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Le Philosophe Bon-Bon (Contes grotesques, 1832)
- Philosophie de l’ameublement (Histoires grotesques et sérieuses, 1840)
- Politien (Contes inédits, 1835)
- Le Portrait ovale (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)
- Puissance de la parole (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Le Puits et le pendule (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)

Q

- Quatre bêtes en une (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1833)
- Quelques secrets de la prison du magazine (Derniers Contes, 1845)

R

- Le Rendez-vous (Contes inédits, 1834)
- Révélation magnétique (Histoires extraordinaires, 1844)
- Le Roi Peste (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)

S

- Le Scarabée d’or (Histoires extraordinaires, 1843)
- La Semaine des trois dimanches (Contes inédits, 1841)
- Silence (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)
- Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe (Histoires extraordinaires, 1844)
- Le Sphinx (Contes inédits, 1846)
Le Système du docteur Goudron et du professeur Plume (Histoires grotesques et sérieuses, 1844)

V

- La Vérité sur le cas de M. Valdemar (Histoires extraordinaires, 1845)

W

- William Wilson (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)

Poésie

Les Poèmes d’Edgar Poe, traduction en prose de Stéphane Mallarmé (1888-1889)

- Le Corbeau (Version 1, Version 2)
- Stances à Hélène
- Le Palais Hanté
- Eulalie
- Le Ver Vainqueur
- Ulalume
- Un Rêve dans un Rêve
- À Quelqu’un Au Paradis
- Ballade de Noces
- Lénore
- Annabel Lee
- La Dormeuse
- Les Cloches
- Stances
- Terre de Songe
- À Hélène
- Pour Annie
- Silence
- La Vallée de l’Inquiétude
- La Cité en la Mer
- La Romance
- Eldorado
- Un rêve
- Israfel
- Féerie
- Le Lac
- À la rivière
- Chanson
- À M. L. S.
- À ma mère
- À M. L. S.
- À F.-S. O.
- À F.
- Sonnet à la Science
- Le Colisée
- À Zante

Le Corbeau (traduit par Charles Baudelaire)
Le Corbeau (traduit par Maurice Rollinat)

Autres

- Edgar Poe, sa vie et ses œuvres (Introduction de Charles Baudelaire, Histoires extraordinaires)
- Notes nouvelles sur Edgar Poe (Introduction de Charles Baudelaire, Nouvelles Histoires extraordinaires)
- Vie d’Edgar Allan Poe (Introduction d’Émile Hennequin)


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 3 470 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – La Chute de la maison Usher

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


La Chute de la maison Usher

La Chute de la maison Usher (1839), traduite par Baudelaire, est souvent citée comme la plus célèbre nouvelle d’Edgar Poe.
L’hypocondriaque Roderick Usher est habité par la terreur, la fatalité et la culpabilité ; il agonise dans sa maison, délabrée comme lui et le bâtiment joue un grand rôle dans l’histoire. La critique a souvent pensé que la maison symbolisait l’inconscient et sa profonde fissure un trouble de la personnalité multiple. Les thèmes développés sont la maladie mentale, le double (Roderick a une sœur jumelle), la mort et la résurrection d’une enterrée vivante.

« Je regardais le tableau placé devant moi, et, rien qu’à voir la maison et la perspective caractéristique de ce domaine, – les murs qui avaient froid, – les fenêtres semblables à des yeux distraits, – quelques bouquets de joncs vigoureux, – quelques troncs d’arbres blancs et dépéris, – j’éprouvais cet entier affaissement d’âme, qui, parmi les sensations terrestres, ne peut se mieux comparer qu’à l’arrière-rêverie du mangeur d’opium, – à son navrant retour à la vie journalière, – à l’horrible et lente retraite du voile. C’était une glace au cœur, un abattement, un malaise, – une irrémédiable tristesse de pensée qu’aucun aiguillon de l’imagination ne pouvait raviver ni pousser au grand. Qu’était donc, – je m’arrêtai pour y penser, – qu’était donc ce je ne sais quoi qui m’énervait ainsi en contemplant la Maison Usher ? »
Cette impression du début subsistera jusqu’à la fin de la nouvelle, plusieurs fois adaptée au cinéma.

La Chute de la maison Usher.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 033 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Démon de la perversité – L’Homme des foules

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Nouvelles


L'Homme des foules, illustration de Harry Clarke (1923)

Avertissement : il faut affronter ce texte comme un traité de métaphysique et subir un raisonnement parfois compliqué sur Le Démon de la perversité. Mais nous comprenons que ces préliminaires abscons étaient nécessaires :

« Si je vous en ai dit aussi long, c’était pour répondre en quelque sorte à votre question, – pour vous expliquer pourquoi je suis ici, – pour avoir à vous montrer un semblant de cause quelconque qui motive ces fers que je porte et cette cellule de condamné que j’habite. Si je n’avais pas été si prolixe, ou vous ne m’auriez pas du tout compris, ou, comme la foule, vous m’auriez cru fou. Maintenant vous percevrez facilement que je suis une des victimes innombrables du démon de la perversité. »

On ne sait pas auparavant que le narrateur n’est pas un métaphysicien, mais un condamné à mort qui purge sa peine, parce que ce démon, mal étudié, l’a poussé à avouer son crime.

L’Homme des foules est un vieillard mystérieux qui ne peut vivre que parmi les autres, mais sans contact avec eux : nous le suivons, avec l’auteur, une nuit, et quand le jour arrive, nous ne savons toujours rien sur lui. Le grand art de Poe est de maintenir notre curiosité éveillée sans la satisfaire, mais les descriptions des diverses foules de Londres sont très pittoresques :

« Il y avait bon nombre de ces individus d’une apparence brillante que je reconnus facilement pour appartenir à la race des filous de la haute pègre dont toutes les grandes villes sont infestées. J’étudiai très curieusement cette espèce de gentry, et je trouvai difficile de comprendre comment ils pouvaient être pris pour des gentlemen par les gentlemen eux-mêmes. L’exagération de leurs manchettes, avec un air de franchise excessive, devait les trahir du premier coup. »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Le Démon de la perversité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 371 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Edgar Allan Poe :