Livres audio gratuits pour 'Emile Souvestre' :


SOUVESTRE, Émile – Les Récits de la muse populaire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Histoire


Albert Anker - Dimanche après-midi (1861)

Les Récits de la muse populaire est une présentation historique très documentée des origines, des racines de la littérature du terroir et de son évolution. Elle tend, déjà à l’époque d’Émile Souvestre (1806-1854), à disparaître, éclipsée par les sujets d’actualité contemporaine (et les bergers conteurs sont en diminution…).

L’idée générale de l’article se trouve dans ces lignes :

« Quelles que soient sa teinte ou ses broderies, la tradition a une tendance étrangère au sujet, au lieu, au temps, et, pour ainsi dire, humaine. Regardez bien, en effet, et vous reconnaîtrez derrière les mille fantaisies de son enveloppe les trois éternelles aspirations de notre existence terrestre : sortir des bornes du réel ; – être heureux ici-bas ; – vivre au-delà du monde visible.Le premier de ces instincts a créé les sorciers, les fées, les lutins, en un mot, tous les êtres surnaturels qui ont renversé les barrières entre le monde du fait et celui de la pensée du second sont nées les croyances aux trésors cachés, aux talismans, aux dons merveilleux. Le troisième a brisé les portes de la mort et rendu l’immortalité palpable en donnant une apparence aux âmes disparues.
Voilà les véritables origines des contes populaires. »

Illustration : Albert Anker, Dimanche après-midi (1861)

Les Récits de la muse populaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 342 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – La Fileuse

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Nouvelles


La Vieille Fileuse

Depuis Le Philosophe sous les toits en 2009, une dizaine de nouvelles d’Émile Souvestre (1806-1854) ont vu le jour sur le site.
Nous disions alors que Les Récits de la muse populaire, dont fait partie La Fileuse (1849) procède des mêmes préoccupations littéraires que Le Philosophe sous les toits : Émile Souvestre part d’une anecdote, d’un fait divers qui déclenche des réflexions philosophiques.

La fileuse est une très vieille femme : « Tout à coup les lèvres qui semblaient scellées s’entr’ouvrirent » et nous l’entendons mélanger les lutins, les farfadets avec les domestiques qui l’entourent.
D’où la théorie de Souvestre : « l’invention n’avait fait que traduire l’esprit d’une race, car là est surtout le côté sérieux et pour ainsi dire historique des superstitions populaires. Outre l’instinct général et humain, elles expriment, dans leurs variantes infinies, le caractère particulier des différentes populations. Le monde fantastique de chaque contrée lui appartient aussi réellement que son ciel, sa végétation, ses fleuves ou ses montagnes. C’est la traduction symbolisée de son âme, la forme que prennent chez elle le rêve et le désir. »

Ajoutons trois notes explicatives :
« Le premier homme s’était écrié, en sentant qu’une partie du fruit défendu lui restait à la gorge : A tam (le morceau), et la première femme lui avait répondu : Eve (bois), d’où étaient venus pour tous les deux les noms d’Adam et d’Ève. »

« Cos coumte Ramoun, cela est comte Raymond, c’est-à-dire cela est juste. Ce proverbe s’est établi par suite des souvenirs de droiture et d’équité qu’a laissés dans le Languedoc Raymond V, comte de Toulouse, qui vécut au XIIe siècle. »

« Saint Plouradou est un de ces saints inventés par l’imagination populaire, comme saint Lâche, sainte Adresse, etc. Tous les détails qui précèdent expriment des superstitions ou des usages du Midi. Les pierres de petite vérole sont ces instrumens connus des antiquaires sous le nom de haches celtiques. Comté, l’homme sauvage ; dans le reste de la France, saint Hubert ou le veneur Caïn. »

> Écouter un extrait : 01. Le Goubelino.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 254 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Le Gardien du vieux phare

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h | Genre : Romans


Jean Antoine Théodore de Gudin - Un phare de la côte de Bretagne (1845)

Scènes et mœurs des rives et des côtes (1852) d’Émile Souvestre (auteur breton du Philosophe sous les toits) contient six récits dont Le Gardien du vieux phare.

« L’histoire des côtes est pleine de faits qui prouvent ce fanatisme héroïque. On a vu, par exemple, des gardiens de phares flottans refuser de fuir leurs pontons à moitié démolis par la tempête, et sombrer sous leur fanal comme le Vengeur, sous son sublime drapeau ; d’autres, atteints par la fièvre jaune, se traîner jusqu’à la salle des appareils et allumer d’une main mourante la lumière protectrice. Pendant la dernière guerre contre les Anglais, un gardien, attiré hors de sa tour et sommé par une péniche anglaise d’éteindre son feu, dont la disparition devait compromettre une escadrille française, qui cherchait le port, préféra jeter ses clés à la mer et se faire massacrer par l’ennemi. »

Trois centres d’intérêt émergent de cette belle et triste histoire maritime : le sens du devoir du vieux gardien, les querelles de marins, ceux du ponant et les provençaux, et le destin de la pauvre petite simple d’esprit, Georgi, qui pour venger son frère Donatien péri en mer, n’hésite pas à provoquer le naufrage de « La Bisquine », en éteignant le phare protecteur.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 051 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – La Chasse aux trésors

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h | Genre : Nouvelles


Le Mont Jallu

Les Récits de la muse populaire, dont La Chasse aux trésors, procède des mêmes préoccupations littéraires qu’Un philosophe sous les toits paru la même année 1850 ; Émile Souvestre part d’une anecdote, d’un fait divers qui déclenche des réflexions philosophiques…

Dans La Chasse aux trésors il entre en contact avec deux chercheurs de trésors, Jean Marie le sourcier et Claude le « rouleur », très différents d’aspect et de comportement, mais qui, en fait, se ressemblent dans la pensée et dans l’action.

Nous apprenons que :
« Il y a trois espèces de trésors : ceux qui appartenaient au vilain (c’était le nom que Claude donnait au démon), ceux qui appartenaient à un trépassé, et ceux que gardaient les génies, les fées ou les morts ajournés, c’est-à-dire destinés à une résurrection terrestre. Les premiers comprenaient toutes les richesses enfouies sous la terre et restées cent années sans voir l’œil du ciel ; les seconds, celles qu’on avait cachées en égorgeant un être vivant et qui étaient gardées par le fantôme de la victime ; les troisièmes enfin, celles que des esprits ou des hommes puissans avaient autrefois entassées dans de mystérieuses retraites. La recherche et la conquête de chacun de ces trésors étaient soumises à différentes conditions. »

« Vous ne connaissez pas l’implacable ténacité de ces chasseurs de rêves ! Pour arriver au but qui fuit devant eux, ils ne regardent point si leurs pieds marchent dans les ruines ou dans le sang. Livrés à une seule idée, comme les possédés du démon, ils ne voient rien autre chose. »

> Écouter un extrait : 01. Maître Jean le sourcier.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 339 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Le Mari de madame de Solange

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 45min | Genre : Nouvelles


Vladimir Makovsky - Au revoir, Papa

Une femme dominatrice de son mari, devenu vieillard débile, imposant un mariage à sa fille qui aime ailleurs et ne veut pas du prétendant, un comte peu scrupuleux :

« Dans notre siècle, il faut de la philosophie, mon cher… La dot de la petite me servira d’ailleurs à acheter une charge importante ; avec mon nom je puis arriver à tout. »

sont les quatre principaux personnages qui évoluent dans la tragédie familiale Le Mari de Madame de Solange que l’on doit à Émile Souvestre (1806-1854), auteur de sept récits publiés sur le site.

La nouvelle commence en 1775 pour s »achever le 9 thermidor 1794 avec la chute de Robespierre.

> Écouter un extrait : Chapitres 01 et 02.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 350 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Au bord du lac : L’Apprenti

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 14min | Genre : Romans


Filature

Pour clore les quatre récits symboliques d’Au bord du lac (L’Esclave, Le Serf, Le Chevrier de Lorraine), le jeune apprenti modèle en filature Frédéric, dans les années 18.., pourvu de toutes les qualités et au service du meilleur des patrons, est le héros d’une nouvelle très édifiante… presque trop belle pour être vraie !

L’Apprenti illustre parfaitement, en apothéose, les souhaits d’amélioration sociale de l’auteur : « L’être fort modifie toujours un peu le milieu dans lequel il est appelé à vivre ; l’être faible le subit. L’Esclave, le Serf et l’Apprenti sont comme les symboles de trois sociétés qui se sont succédé. J’ai pensé que montrer l’avantage de chacune de ces sociétés sur la précédente, pouvait être utile à ceux qui ne se sont point encore décidés à « avoir des yeux pour ne point voir. » En regardant ce qu’était le passé, on est plus indulgent pour le présent, on attend avec plus de confiance l’avenir. »

Quel jeune « symbolique » Émile Souvestre pourrait-il prendre comme exemple aujourd’hui ?

L’Apprenti.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 396 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Brest à deux époques

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 1h 13min | Genre : Histoire


souvestre-emile

Brest, enclave francophone située au nord d’une Basse-Bretagne longtemps bretonnante, prend de l’importance comme principale base navale sur l’Atlantique à compter de 1631, lorsque Richelieu, tirant parti de sa magnifique rade et de ses eaux profondes, fait construire un arsenal sur les rives de la Penfeld. S’il faut en croire Émile Souvestre, qui me paraît exagérer quelque peu le caractère hybride et cosmopolite de la population, la ville et le port connurent une période de déclin au début du XIXe siècle. L’intérêt du présent article est de nous présenter un tableau à la fois pittoresque et contrasté de Brest sous l’Ancien Régime finissant, époque où le Grand Corps de la « Royale » exerce sur une population mécontente mais apeurée une domination quasi tyrannique, puis en 1794, quand les « Bleus » se vengent de leurs anciens maîtres en faisant régner la terreur tandis qu’affluent les masses des blessés de la guerre navale en cours contre une Europe coalisée.
Émile Souvestre, né à Morlaix en 1806, souligne : « J’ai rédigé cet article sur des notes laissées par mon père, et c’est lui que je laisse parler » et assure que « tout le récit » final d’une exécution publique « est de la plus rigoureuse exactitude », comme le sont les détails atroces concernant le sort réservé aux cadavres de certaines femmes guillotinées. Il est bon de rappeler que tous les Bretons, il s’en faut, ne soutinrent pas la révolte pro-royaliste des Chouans et que les « Bleus » ou Républicains eurent dès le début de la Révolution la haute main dans les grandes villes.
Encore quelques précisions. Le « maximum » est le nom populaire de la « loi du maximum », votée en 1793, « fixant une limite supérieure de prix pour certaines denrées » (Dictionnaire Robert). La « ville d’Aëtius » est le nom savant de la ville de Carhaix. Certaines traditions ont la vie dure et le terme « la Royale » est encore usité de nos jours pour désigner notre Marine nationale.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 207 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOUVESTRE, Émile – Au bord du lac : Le Chevrier de Lorraine

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 20min | Genre : Nouvelles


La Jeunesse de Jeanne d'Arc

Émile Souvestre annonçait dans sa préface d’Au bord du lac trois récits sur la condition des enfants (L’Esclave, Le Serf). Il ajoute Le Chevrier de Lorraine dont l’action se passe au moment où Jeanne d’Arc vient de délivrer Orléans ; celle-ci a d’ailleurs sa place dans cette histoire du jeune Rémy qui retrouve sa mère. Le dernier récit L’Apprenti sera publié plus tard.

Jeanne apparaît ainsi à Rémy : « En retour de ses confidences, la jeune fille lui apprit qu’on l’appelait Romée, du nom de sa mère, et Jeanne, de son nom de baptême, et que son père avait une maison et quelques champs dont le produit les faisait vivre pauvrement. »
Une part de légende se mêle évidemment à des souvenirs historiques…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 006 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Emile Souvestre :


12>