Livres audio gratuits pour 'Eugène Marsan' :


MARSAN, Eugène – Éloge de la paresse

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Philosophie


Pieter Bruegel - La Paresse

Eugène Marsan (1882-1936) est un écrivain, journaliste et critique littéraire français. Il écrivit, entre autres, quelques essais charmants en réaction contre la vulgarité et l’inélégance de textes réalistes ou naturalistes qui lui déplaisaient.

Éloge de la paresse (1926) commence par l’évocation d’une réunion d’amis dans un coquetel (cocktail !) :
« Fabrice, Charlemagne, Ghirlandaio, Colbert, Ajax, Savonarole, Livingstone, nous étions plus de six, et deux dames avec nous. Mme Reine, la dame du château, qui semble une reine, en effet, ou plutôt une bonne sainte de nos églises. Renoir l’a peinte, dans son éclat, mais il l’a épaissie ; la postérité en soit prévenue. Mme Reine et sa belle-fille, la femme de Savonarole : nous la nommions Minerve, parce qu’elle est la raison même, cela va sans commentaires. »

Ces joyeux et cultivés amis parleront de la paresse dans un récit divisé en 9 chapitres :

- 1. Coquetel au bord du Loir,
- 2. La Belle Lendore,
- 3. Les Meilleurs Paresseux de France,
- 4. La Plus Sage de nos passions,
- 5. Le Bonheur par la paresse,
- 6. Véritable Intention de Dieu,
- 7. La Paix Universelle,
- 8. L’Oisiveté mère de tous les biens,
- 9. Épilogue et morale.

Ils diront, par exemple : « Elle est clémente, parce que la rigueur et l’oppression veulent un tracas, parce qu’elles ont des suites qui la fatiguent par avance. Elle est modérée : la modération est son climat. Elle est constante, par haine naturelle du changement. Elle appréhende les affres de la rupture, les sapes des raccommodements, les campagnes d’une nouvelle conquête. Et elle est exempte, aussi bien, de toute envie. La face décharnée, la face travaillée de l’Envie lui ferait horreur, si elle n’évitait spontanément même de la concevoir. »

Ils citeront La Bruyère : « Il ne manque à l’oisiveté du sage qu’un meilleur nom, et que méditer, parler, lire, et être tranquille, s’appelât travailler. »

La phrase « Ils ne causèrent point toute la matinée de Paul Lafargue et du socialisme » est une occasion d’écouter ou de réécouter Le Droit à la paresse ici enregistré en janvier 2014.

Éloge de la paresse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 478 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |