Livres audio gratuits pour 'Grazia Deledda' :


DELEDDA, Grazia – Elias Portolu

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 5h 49min | Genre : Romans


Grazia Deledda (1926)

Grazia Deledda (1871-1936) est née et a grandi en Sardaigne. Elle est l’auteur de plus de 30 romans et de nombreuses nouvelles, qui ont tous pour cadre son île natale. Les plus célèbres de ses roman sont Canne al vento (Roseaux sous le vent), La Madre (La Mère), et Elias Portolu. En 1926 elle se voit décerner le prix Nobel de littérature. Sauf erreur, elle est la seule Italienne à avoir obtenu ce prix.

Elias Portolu nous plonge à l’intérieur d’une conscience écartelée entre l’attrait irrésistible de le la volupté et la terreur du péché. Ayant purgé une peine de prison de trois ans dans un pénitencier du « continent », Elias retrouve sa famille à Nuoro, en Sardaigne. Il rejoint avec joie la bergerie familiale, mais lors d’un pèlerinage il tombe amoureux fou de Maddalena, l’accorte fiancée de son frère Pietro. Le mariage de Pietro et Maddalena, loin de mettre un frein à cette passion coupable, semble au contraire l’attiser. La jeune femme, qui se refuse à son mari – homme brutal et querelleur – tombe enceinte alors que son amant, soucieux de son salut éternel, va prendre la décision de devenir prêtre. Pietro meurt soudain. Quelques mois plus tard, Maddalena va supplier Elias de l’épouser et de reconnaître l’enfant. À la veille d’être ordonné prêtre, Elias reviendra-t-il sur une engagement jugé par lui irrévocable ?

Notes : En Sardaigne, on donne le nom de zio et de zia ( oncle, tante) à tous les hommes et à toutes les femmes d’un âge un peu avancé.
Les tancas sont de vastes pâturages entièrement clos par des murs de pierres sèches.

Traduction : Georges Hérelle (1848-1935).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 377 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DELEDDA, Grazia – Les Deux Justices

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


George Washington Wilson - Mendiant à Orvieto

Vous trouverez quelques renseignements biographiques sur l’Italienne Grazia Deledda, un des quinze prix Nobel féminins de Littérature depuis un siècle, dans le billet présentant La Ressemblance, lu ici en 2012.

L’œuvre de Grazia Deledda (1871-1936) traite des thèmes forts de l’amour, de la douleur et de la mort, qui nourrissent les sentiments du péché et de la fatalité.

Les Deux Justices :

« Zio Chircu était plus pauvre que les mendiants… Cependant il était sain et robuste, et son beau type rappelait celui des Celtes, taille haute, cheveux roussâtres, yeux toujours souriants.
Mais était-ce sa faute si on l’avait élevé comme ça, si on lui avait appris seulement à couper le bois et le vendre. [...]
Malgré tout, il était souvent de bonne humeur et vivait plus tranquille que M. Saturnino Solitta, le richard dont la vaste maison neuve semblait bâtie avec de la neige où l’on aurait mis çà et là, pour ornement, des bandes de ciel. »

Ce Conte sarde nous relate qu’un jour Zio Chircu est arrêté à tort pour avoir assassiné Saturnino Solitta et le calvaire que, innocent, il endure au bagne.
Mais il y a une deuxième Justice, la divine !

De belles pages sur la nature (fréquentes chez cette auteure) illuminent la vie de Chircu (forme sarde de Chirico).

Traduction : Georges Hérelle (1848-1935).

Les Deux Justices.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 324 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DELEDDA, Grazia – La Ressemblance

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 44min | Genre : Contes


Grazia Deledda

Comme tous les jours depuis trois semaines, Jorgi attend la jolie Nania près de la source. Leurs rendez-vous sont purement platoniques : Jorgi aide Nania à remplir sa cruche, ils bavardent quelques instants et Nania rentre très vite chez elle, de peur que son père ne s’aperçoive de quelque chose. Jamais Jorgi « n’aurait osé seulement effleurer le bord de sa jupe sans qu’elle le permît ». Mais ce jour-là, Jorgi est bien décidé à obtenir son premier baiser. Or Nania ne vient pas…

Grazia Deledda (1871-1936) publia ce joli conte plein de délicatesse en 1895 dans un recueil intitulé Racconti sardi. Cette femme de lettres sarde, autodidacte (elle n’a jamais terminé l’école primaire), auteur de plusieurs romans (Âmes honnêtes, Roseaux au vent… ), obtint le Prix Nobel de Littérature en 1926.

Traduction : Georges Hérelle (1848-1935).

Licence Creative Commons

La Ressemblance.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 955 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |