Livres audio gratuits pour 'Jean de la Ville de Mirmont' :


LA VILLE DE MIRMONT, Jean (de) – La Mort de Sancho – Entretien avec le diable

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Contes


Célestin Nanteuil - Sancho Panza

Au Jean de La Ville de Mirmont poète mort à la guerre en novembre 1914, se joint le conteur de :

La Mort de Sancho (Panza)
« Quand il n’avait personne avec qui raisonner, Sancho s’adressait à son âne. Il lui parlait à cœur ouvert, comme à soi-même, bien sûr d’être compris. Il faisait seul tous les frais de l’entretien, ce qui lui plaisait, n’aimant guère la contradiction. »

et de Entretien avec le diable
« Voyez-vous, Diable, je m’ennuie autant qu’un homme peut le faire sur cette planète… Je voudrais que vous m’offrissiez un spectacle capable de me procurer de l’enthousiasme pendant seulement dix minutes… Déchaînez quelque cataclysme inédit, faites sonner toutes seules les cloches de Notre-Dame et s’envoler vers le ciel, comme une flèche, la tour Eiffel. »

Illustration : Célestin Nanteuil, Sancho Panza (1855).

La Mort de Sancho.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 662 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA VILLE DE MIRMONT, Jean (de) – Quinze Poèmes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Poésie


Jean de la Ville de Mirmont

Jean de La Ville de Mirmont était un poète et homme de lettres, mort, à 27 ans, sergent, à la guerre, sur le Chemin des Dames… Il est, entre autres, auteur du roman Les Dimanches de Jean Dézert (préfacé par son ami d’enfance François Mauriac) et de L’Horizon chimérique, recueil de poèmes posthume dont nous vous offrons une quinzaine  qu’il est juste de sortir de l’oubli.

« Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte ;
Le dernier de vous tous est parti sur la mer.
Le couchant emporta tant de voiles ouvertes
Que ce port et mon cœur sont à jamais déserts.

La mer vous a rendus à votre destinée,
Au-delà du rivage où s’arrêtent nos pas.
Nous ne pouvions garder vos âmes enchaînées ;
Il vous faut des lointains que je ne connais pas

Je suis de ceux dont les désirs sont sur la terre.
Le souffle qui vous grise emplit mon cœur d’effroi,
Mais votre appel, au fond des soirs, me désespère,
Car j’ai de grands départs inassouvis en moi. »

« Un peu plus tôt, un peu plus tard,
Lorsque viendra mon tour, un soir,
Amis, au moment du départ,
En chœur, agitez vos mouchoirs !

Un peu plus tard, un peu plus tôt,
Puisqu’il faut en passer par là,
Vous mettrez sur mon écriteau :
« Encore un fou qui s’en alla ! » » (Épitaphe)

> Écouter un extrait : Je suis né dans un port.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 985 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |