Livres audio gratuits pour 'Jean Lombard' :


LOMBARD, Jean – L’Agonie

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 17h 52min | Genre : Romans


Jean Lombard - L'Agonie

Nous sommes en l’an 218. Alors qu’Elagabalus s’apprête à faire son entrée dans Rome, les Romains s’interrogent… Que va devenir l’empire, sous le joug de cet empereur de quinze ans venu d’Orient et qui prétend instaurer le culte de la Pierre Noire, symbole de l’androgyne et de « l’amour mâle » ? Que deviendront les cultes traditionnels polythéistes ? Et les Chrétiens, toujours plus nombreux, pourront-ils continuer à adorer leur Kreistos, ou seront-ils à nouveau persécutés ?

Que l’audiolecteur ne s’attende pas à découvrir un roman historique, plein de dates et d’intrigues politiques… Qu’il ne s’attende pas non plus à une exaltation du christianisme primitif, avec des méchants Romains et des bons Chrétiens…
Les grands moments du court règne d’Héliogabale (Elabalus dans le roman, 218-222) – depuis son entrée triomphale dans Rome jusqu’à son brutal assassinat, et le plongeon lamentable de son cadavre dans le Tibre, en passant par des jeux du cirque entre le burlesque et l’obscène, ou des débauches sexuelles en public – se succèdent ici à la manière d’un film documentaire sans dialogues mais chatoyant de couleurs, de musiques et de parfums, qui serait projeté sur une toile de fond, tandis qu’au premier plan vont s’entrecroiser les destins de plusieurs personnages inoubliables – réels ou fictifs. Des proches d’Elagabalus : sa mère Sœmias, Attilius, le primicerius de la garde prétorienne, et sa sœur Attilia, Madeh, l’affranchi et amant d’Attilius, prêtre de la Pierre Noire… Des Chrétiens, orientaux ou occidentaux, divisés sur la façon d’adorer Kreistos : le potier Ghéel, l’énigmatique Zal, la patricienne convertie Severa, ou le traître Atta… Des figures du petit peuple de Rome, le poète parasite Zopiscus, le barbier Typochronos ou le vendeur de porc salé Scebahous… Et même des « touristes », venus à Rome pour assister à l’avènement du nouvel empereur, comme le sympathique marchand de lentilles d’Alexandrie, Amon…

Grande fresque historique et sociale sur la fin d’une ère, L’Agonie (1888) est aussi un roman déroutant, au sujet duquel Octave Mirbeau écrivit, dans sa préface nécrologique sur l’auteur : « il est possible que quelques-uns soient choqués par ce style barbare, polychrome, et forgé de mots techniques, pris aux glossaires de l’antiquité, bien que ce style ait vraiment une grande allure, des sonorités magnifiques, un fracas d’armures heurtées, de chars emportés et comme l’odeur même – une odeur forte de sang et de fauves des âges qu’il raconte. Mais il est impossible que personne ne soit frappé par la puissance de vision humaine, d’hallucination historique, avec laquelle ce cerveau de plébéien a conçu, a reproduit les civilisations pourries de Rome, sous Héliogabale, et de Byzance. C’est très grand et d’une monotonie splendide. »

Né en 1854, Jean Lombard, ouvrier bijoutier, syndicaliste anarchisant, érudit autodidacte, mourut dans la misère à l’âge de 37 ans, laissant à sa veuve et ses trois enfants deux romans publiés et un troisième inachevé.

NB : Ce roman contient des scènes de violence susceptibles de choquer la sensibilité de certains lecteurs.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Préface d’Octave Mirbeau.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 543 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |