Livres audio gratuits pour 'Louise Michel' :


MICHEL, Louise – Poèmes dédiés à Victor Hugo

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 6min | Genre : Poésie


Victor Hugo

Trois poèmes de Louise Michel en hommage à Victor Hugo exilé.

À Victor Hugo

« Quand le poète prend tous les cris de son âme,
Tout le sang de son cœur, tout ce qu’il a de flamme,
Tout ce qu’il a de beau
Il l’enferme en un chant ou de harpe ou de cuivre,
Dans la strophe grondante, et le met dans un livre
Ainsi qu’en un tombeau. »

Guernesey

« Voyez-vous dans la brume un rocher couvert d’ombre :
C’est là qu’est le maître exilé. »

À Victor Hugo le poète

« Dans la poudreuse ornière, assis sur son vieux char,
S’endormait le Génie, et l’antique nectar
De ses dieux décrépits s’échappait des amphores. »

Illustration : Victor Hugo dans le jardin de Hauteville House à Guernesey (188?).

> Écouter un extrait : Guernesey.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 992 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MICHEL, Louise – La Vieille Chéchette

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Asher Brown Durand - Forest in the morning light

Louise Michel a écrit les contes du recueil Contes et Légendes (1884) surtout pour la jeunesse. D’autres contes ont été publiés ici sous le titre Légendes et chansons de geste canaques

Cette histoire a pour cadre le bois où vit La Vieille Chéchette.

« La maison de Chéchette, c’était le bois ; son magasin, c’était le bois ; le nid de son enfance, l’asile de sa vieillesse, c’était toujours le bois. »

Illustration : Asher Brown Durand, Forest in the morning light (ca. 1855).

La Vieille Chéchette.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 440 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MICHEL, Louise – La Poésie – Nox – Paris (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Poésie


Zdenka Brauerová - Paris

Les quatorze Légendes et chansons de geste canaques (1875) de Louise Michel en prose sont rejointes par ces trois belles poésies posthumes.

La Poésie
« Oh ! comme il était beau, ce rayon des étoiles!
Oh ! comme il était doux et léger dans les voiles,
Cet orage divin !
Et les lueurs disaient une hymne parfumée
Tandis qu’harmonieux, dans la nue enflammée
Montait le chant sans fin.

Partout le ciel avait des splendeurs inconnues,
Une aurore nouvelle éblouissait les nues,
Les cieux disaient : planez !
Envolez-vous ! disaient les aigles aux colombes ;
Venez, disait l’azur ; venez, disaient les tombes,
Et tout disait : aimez ! »

(Non ! ce n’est pas de Victor Hugo !!)

Nox
« Où va le rameau vert, où va la feuille sèche,
Âmes, souffles, parfums, où vous en allez-vous ? »

Paris
« On dirait qu’à la fois les pâles réverbères,
Tous les souffles glacés de toutes les misères,
Les fantômes vivants et les froids trépassés,
Les bandits embusqués sous les portes dans l’ombre
S’en vont au même point, vers la morgue, où sans nombre,
En entrant, ils sont effacés. »

Illustration : Zdenka Brauerová, Paris (1896).

> Écouter un extrait : La Poésie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 462 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MICHEL, Louise – Légendes et chansons de gestes canaques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Jules Girardet - L'Arrestation de Louise Michel

Louise Michel (1830-1905), institutrice de profession et de vocation, est, en décembre 1871, condamnée pour sa participation à la Commune de Paris et envoyée en déportation avec des milliers de Communards en Nouvelle Calédonie. Installée à Nouméa, elle enseigne à l’école communale de filles auprès des enfants de déportés, donne des cours gratuits le dimanche, chez elle, aux petits Mélanésiens, se convertit à la pensée anarchiste et n’accepte de rentrer en France qu’en 1880 une fois que l’amnistie totale des Communards est accordée.

Son action en faveur des Kanacks exploités et opprimés par les Blancs se traduit aussi par des récits et des chants berceurs de toute l’humanité à son premier âge qu’elle appelle Légendes et chansons de gestes canaques (1875).

« C’est bien là ce ton mélancolique, ce sont bien là ces chants uniformes et tristes que la nuit quelquefois l’on entend sortir d’une cour isolée ou qui s’élèvent tout à coup autour d’un brasier à demi éteint.
C’est bien là ce chant de guerre que doivent vociférer nos insulaires ; les pilous pilous pacifiques que nous avons autrefois vu exécuter à Nouméa peuvent nous en donner une idée. »

> Écouter un extrait : 01. À nos amis d’Europe.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 574 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |