Livres audio gratuits pour 'Louise-Victorine Ackermann' :


ACKERMANN, Louise-Victorine – Pensées d’une solitaire

Donneuse de voix : Domi | Durée : 57min | Genre : Essais


Louise-Victorine Ackermann

Louise-Victorine Choquet (1813-1890) est née à Paris, de parents parisiens, d’origine picarde.
Louise vécut une enfance solitaire. Envoyée en pension à Paris, elle est surnommée l’« ourson » par ses camarades de classe, mais devient vite la favorite de son professeur de littérature, Félix Biscarrat grâce à qui elle découvre les auteurs contemporains, les auteurs anglais et allemands, Byron, Shakespeare, Goethe et Schiller.
Elle épouse le linguiste français Paul Ackermann, ami de Proudhon : « je faisais simplement un mariage de convenance morale ».
À sa grande surprise, ce mariage sera parfaitement heureux, mais bref : Paul Ackermann décède à l’âge de 34 ans. Très éprouvée par son veuvage, Louise rejoint une de ses sœurs à Nice, où elle achète un petit domaine isolé. Elle consacre plusieurs années aux travaux agricoles, jusqu’à ce que lui revienne l’envie de faire de la poésie. Ses premières publications ne suscitent que peu d’intérêt, mais retiennent tout de même l’attention de quelques critiques, qui en font la louange tout en blâmant son pessimisme.
Son autobiographie révèle une pensée lucide, un amour de l’étude et de la solitude, ainsi que le souci de l’humanité qui transparaîtra dans ses textes.
(D’après Wikipédia)

Pensées d’une solitaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 159 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ACKERMANN, Louise-Victorine – Poésies philosophiques

Donneur de voix : Sualtam | Durée : 1h 19min | Genre : Poésie


Louise Ackermann

« Pour écrire en prose, il faut absolument avoir quelque chose à dire ; pour écrire en vers, ce n’est pas indispensable. »

> Écouter un extrait : Mon livre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 697 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ACKERMANN, Louise-Victorine – Le Positivisme (Poème)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 1min | Genre : Poésie


Louise Ackermann

« Il s’ouvre par-delà toute science humaine
Un vide dont la Foi fut prompte à s’emparer.
De cet abîme obscur elle a fait son domaine ;
En s’y précipitant elle a cru l’éclairer.
Eh bien ! nous t’expulsons de tes divins royaumes,
Dominatrice ardente, et l’instant est venu
Tu ne vas plus savoir où loger tes fantômes ;
Nous fermons l’Inconnu.

Mais ton triomphateur expiera ta défaite.
L’homme déjà se trouble, et, vainqueur éperdu,
Il se sent ruiné par sa propre conquête
En te dépossédant nous avons tout perdu.
Nous restons sans espoir, sans recours, sans asile,
Tandis qu’obstinément le Désir qu’on exile
Revient errer autour du gouffre défendu. »

Le positivisme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 980 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ACKERMANN, Louise-Victorine – L’Amour et la mort (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9min | Genre : Poésie


Louise Ackermann

Louise-Victorine Ackermann (1813-1890), grande poétesse française, dit d’elle-même : « Mon enfance fut triste. Aussi haut que remontent mes souvenirs, je n’aperçois qu’un lointain sombre. Il me semble que le soleil n’a jamais lui dans ce temps-là. J’étais naturellement sauvage et concentrée. » Elle fit sa première communion, pour respecter les conventions mondaines, mais son adhésion fervente alarma son père qui lui fit lire Voltaire, et l’esprit du philosophe créa le premier divorce entre elle et le catholicisme. « Considéré de loin, à travers mes méditations solitaires, le genre humain m’apparaissait comme le héros d’un drame lamentable qui se joue dans un coin perdu de l’univers, en vertu de lois aveugles, devant une nature indifférente, avec le néant pour dénouement. »
Elle écrivit de nombreux recueils dont vingt Poésies philosophiques parmi lesquelles la bien pessimiste L’Amour et la mort où certains vers ont une résonance hugolienne (Victor Hugo l’a conseillée dans sa jeunesse).

« Amants, autour de vous une voix inflexible
Crie à tout ce qui naît : « Aime et meurs ici-bas ! »
La mort est implacable et le ciel insensible ;
Vous n’échapperez pas.

Eh bien ! puisqu’il le faut, sans trouble et sans murmure,
Forts de ce même amour dont vous vous enivrez
Et perdus dans le sein de l’immense Nature,
Aimez donc, et mourez ! »

L’Amour et la mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 414 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |