Livres audio gratuits pour 'Maurice Renard' :


RENARD, Maurice – Les Mille et un Matins (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Nouvelles


Suzannah

Maurice Renard, très présent sur notre site, a confié plusieurs articles à des journaux (L’Intransigeant, Le Matin…) réunis sous le titre Les Mille et un Matins dont voici quatre nouvelles :

- Elle,
- Sous le joug du rêve,
- L’Emmuré,
- Suzannah.

Pour faire pleurer les âmes sensibles :

« Suzannah, la dernière girafe du monde, allait mourir. Dans son hall du Jardin Zoologique, – son hall bien chauffé, à la température équatoriale, – elle gisait sur une épaisse litière. Des couvertures enveloppaient son grand corps difforme et pourtant gracieux. Son cou s’allongeait, sans force, éloignant comme à l’écart la fine tête cornue ; et ses vastes yeux noirs, pleins de tristesse et de douceur, se ternissaient, peu à peu, au ras du sol.
Avec elle, toute une race agonisait ; des millions de girafes étaient mortes avant elle ; mais, semblait-il, elles mouraient définitivement de la mort de Suzannah, la dernière de toutes. »

Note : On n’en est pas encore là, mais selon l’UICN, le nombre de girafes a dramatiquement chuté ces 30 dernières années faisant ainsi passer ces animaux dans la catégorie des « espèces vulnérables ».

Illustration : Une victime de l’inondation de 1910 : la girafe, la veille de sa mort par refroidissement, Muséum national d’histoire naturelle (Paris).

> Écouter un extrait : Elle.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 019 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – L’Homme qui voulait être invisible

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


L'Homme qui voulait être invisible

Dans le billet consacré à Maurice Renard Les Mains d’Orlac il est écrit : « Dans cette histoire où l’occultisme tient une grande place, Maurice Renard, comme dans L’Homme au corps subtil, laisse voir l’influence de H.G. Wells… mais, hélas !, L’Homme invisible est encore impubliable jusqu’en 2017… »

Nous publions aujourd’hui L’Homme qui voulait être invisible (1923) de Renard dont la lecture sera bien plus enrichissante si vous prenez connaissance, auparavant, de L’Homme invisible de Wells, point de départ de la nouvelle.

« M. Patpington emmagasina bientôt une quantité impressionnante de fioles et de cornues. Hopkins (son neveu, médecin) cependant, avait relu L’Homme invisible, par une sorte de précaution. Quand il vit pénétrer chez lui ces bataillons de récipients et d’engins, il ne douta plus que M. Patpington ne se fût mis en tête de retrouver le secret chimérique…
Certainement, il poursuivait la découverte de l’invisibilité ! Il était convaincu qu’un traitement approprié pouvait rendre un homme aussi invisible que l’air. La chose se résumait en ceci : prêter au corps humain le même indice de réfraction que l’atmosphère. Wells, d’ailleurs, l’avait admirablement exposé… »

Illustration : Chaos in a chemistry lab, par Xenia Alexiou et Marina Sagnou (licence Cc-By-Sa-4.0).

L’Homme qui voulait être invisible.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 447 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – L’Image au fond des yeux

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


L'Image au fond des yeux

Nouvelle à la manière de Maurice Renard dont le début ne laisse aucunement prévoir la fin, comme Le Lapidaire par exemple.

Le sujet : Il y a des milliardaires qui peuvent se transformer au contact de la misère et de la souffrance des autres et guérir de leur propre maladie en soulageant celle d’autrui.

L’Image au fond des yeux, relatée par un ophtalmologiste, nous donne un exemple émouvant de cette possibilité.

L’Image au fond des yeux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 240 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – Les Mains d’Orlac

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9h 15min | Genre : Romans


Conrad Veidt dans « Les Mains d'Orlac » (1924)

Les Mains d’Orlac est un roman fantastique, publié en 1921 et quatre fois adapté au cinéma ; la première adaptation fut tournée en Autriche en 1924 : ce film muet de près de deux heures peut être vu en toute légalité sur le site Internet Archive.

Maurice Renard précise : « Il y avait déjà beau temps que l’histoire singulière se déroulait, lorsque je fus appelé à jouer, parmi ses personnages, le rôle effacé de figurant attentif ; et c’est de Mme Orlac que je tiens le récit du commencement… Si j’étais un conteur , j’aurais sans doute entamé l’histoire par le milieu, sinon par l’épilogue, comme font nos romanciers les plus experts, afin de frapper le grand coup le premier. Mais il m’a déplu de rompre l’inouï crescendo de terreur et de curiosité qui fait des Mains d’Orlac une ascension passablement bizarre. »

Le pianiste virtuose Stephen Orlac, victime d’un accident de chemin de fer, est blessé grièvement à la tête et privé de ses mains. Un célèbre docteur lui greffe celles d’un assassin fraîchement guillotiné. Dès lors, Orlac se demande s’il n’a pas hérité de penchants criminels. Constamment déprimé, il semble souffrir d’hallucinations. Rosine, son épouse, enquête pour le sauver, mais les mystères et les crimes se multiplient autour d’Orlac.

Dans cette histoire où l’occultisme tient une grande place Maurice Renard, comme dans L’Homme au corps subtil, laisse voir l’influence de H.G. Wells… mais, hélas ! L’Homme invisible est encore impubliable jusqu’en 2017…

> Écouter un extrait : 01. La catastrophe de Montgeron.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 633 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – La gloire du Comacchio

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 50min | Genre : Nouvelles


Persée et Andromède

Nous sommes à Comacchio, une « petite Venise » non loin de Ferrare, vers la fin de la Renaissance italienne. Un concours a été organisé pour récompenser le meilleur sculpteur d’une Andromède. Pour devenir La Gloire du Comacchio un concurrent a recours à l’envoûtement pour triompher de son principal adversaire.

« Voyez-vous, on mêle à la cire de l’huile baptismale et des cendres d’hosties. La cire n’est pas rituelle, c’est une substance commode et voilà tout ; quant à l’huile et aux cendres, une cérémonie cabalistique peut y suppléer. Mais la ressemblance de la momie doit être aussi parfaite que possible. (Sans cela, je ne m’adresserais pas à la fleur des statuaires ! ) Ensuite, vous habillez la momie avec des nippes ayant appartenu au condamné ; vous lui administrez les sacrements ; vous prononcez sur elle des formules d’exécration et de malédiction… Le tour est joué. À partir de cette minute, tout ce qu’on fait à la copie, l’original en souffre, et la chair succombe aux blessures de la cire. C’est le septième des sept maléfices, celui qui provoqua la mort du roi Dufas d’Ecosse, de Charles IX de France… »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 820 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – Le Brouillard du 26 octobre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Nouvelles


Pithecanthrope

« Feu Chanteraine, le botaniste, de son vivant directeur du Muséum, a laissé de curieux mémoires. Nous détachons du manuscrit ces pages descriptives où, par exception, l’auteur ne traite pas des hommes d’à présent. »

Deux savants, un jour de brouillard 1907, se trouvent plongés lors d’une promenade non dans le néocène, ni dans le pliocène, ni dans l’oligocène mais dans le miocène puisqu’ils aperçoivent un dinothérium… et des hommes volants. « Quand nous désirons d’acquérir des ailes, nous pleurons, sans le savoir, nos ailes arrachées, comme sans le savoir, lorsque nous éprouvons la nostalgie de la mer, ce qui nous émeut si largement c’est la tendresse de l’exilé pour sa patrie désormais défendue ! … Non ! non ! il ne faut pas apprendre aux hommes qu’ils sont des anges déchus. Ce serait trop triste. » est la conclusion de cette narration fantastique d’un mirage.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 583 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – L’Homme au corps subtil

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 58min | Genre : Nouvelles


Rayons X

Le goût du merveilleux scientifique et du fantastique et l’influence de Wells (ici, de L’Homme invisible) ont poussé Maurice Renard à écrire cette étonnante histoire sur les rayons X et la lumière Y.

« Pendant mon irradiation, j’étais chaussé de bottines badigeonnées d’antilux. Alors, mes pieds sont restés ce qu’ils furent depuis ma naissance, c’est-à-dire impuissants à traverser les autres solides comme à se laisser traverser par eux ! … Songez donc qu’une fois gorgé de lumière Y, il ne m’était plus permis de m’appuyer contre un arbre : je l’eusse traversé ! Si j’avais tenté de mettre mon pardessus et mon chapeau, tous deux auraient dégringolé à travers mon anatomie exactement comme au travers d’un corps de fumée ! Croyez-vous, même, que j’aurais pu les saisir avec mes doigts ? Eh non ! Mes mains subtilisées étaient incapables de prendre quoi que ce fût, d’agir sur quoi que ce fût ! »

L’Homme au corps subtil.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 692 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENARD, Maurice – La Cantatrice

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 53min | Genre : Nouvelles


La Cantatrice

Neuvième « histoire singulière » de Maurice Renard (1875-1939) spécialiste de science-fiction et de fantastique.

« Vous vous rappelez qu’il y a dans Siegfried un oiseau qui chante, c’est-à-dire une femme, dans la coulisse, qui prête à l’oiseau le prestige des mots et de la mélodie.

Donc, une femme invisible se mit à chanter soudainement. Et alors il nous sembla que tous les autres n’avaient fait que miauler, rugir ou braire depuis le lever du rideau, et les sonorités de l’orchestre impeccable devinrent tout à coup criardes et fâcheuses – tant cette voix était une féerie. Sa pureté n’avait d’égale que sa force. Elle réunissait toutes les vertus que les sons peuvent acquérir, et cela d’une manière si incomparable, inouïe et surhumaine, qu’on se demandait en premier si vraiment une gorge mortelle émettait le chant prodigieux, ou si ce n’était pas une étrange voix indépendante, qui vivait toute seule… Mais à l’écouter, non, non : ce soprano caressant révélait une âme féminine, un cœur ardent de jeune fille qui l’exhalait avec un naturel charmant, comme une fleur donne son parfum… A l’écouter, on devinait à sa source une bouche vermeille et des seins blancs qui palpitaient… On frémissait, à l’écouter, ainsi qu’à regarder la fraîcheur d’une vierge trop belle. »

La Cantatrice.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 588 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Maurice Renard :


12>