Livres audio gratuits pour 'Rodolphe Töpffer' :


TÖPFFER, Rodolphe – Elisa et Widmer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Nouvelles


Rodolphe Töpffer

À chaque lecture d’un texte de Rodolphe Töpffer (1799-1846), nous avons mentionné La Bibliothèque de mon oncle, « une suite de souvenirs autobiographiques très agréables à lire ; dans cette Nouvelle genevoise l’auteur, avec beaucoup d’humour, ravive des épisodes de sa jeunesse », comme ouvrage de référence de ses souvenirs de famille qui jonchent ses œuvres, y compris Elisa et Widmer (1834) qui offre deux intérêts majeurs :

- une grande partie autobiographique :

« Je vais quelquefois au cimetière : c’est un lieu qui m’émeut plus qu’il ne m’attriste. À mesure que j’avance en âge, il me semble que les liens qui m’attachent aux vivants vont se dénouant, et que d’autres se forment en secret qui m’entraînent vers les morts, cette future société, chez qui je vais bientôt descendre. »

- et la belle histoire d’amour d’Elisa et de Widmer :

« C’est pour moi que je le pleure (dit la vieille servante de Widmer), mon bon monsieur ; pour lui, la mort l’a délivré : il n’aimait plus la vie. Quant à son histoire, je vous dirai ce que j’en sais : peu de chose. Il ne causait jamais de ses chagrins ; ce que j’en ai appris, c’est d’ailleurs. Tout jeunes, ils s’étaient aimés avec une jeune demoiselle, se promettant d’être l’un à l’autre, mais ils n’avaient pas de fortune. Il prit un état, travailla de bon courage pendant bien des années, et, une fois ses affaires avancées, ils s’épousèrent. Je ne les ai pas connus dans ce temps, si ce n’est qu’un jour je vis cette dame, bien jeune et bien pâle, qui regardait à cette fenêtre. C’est pas bien loin de là qu’elle mourut. »

Un récit très touchant d’un grand écrivain.

Elisa et Widmer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 884 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – Le Lac de Gers

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Nouvelles


Le Lac de Gers

Quand un promeneur ami de la poésie et de la nature, traversant la Savoie se trouve dans une région infestée de contrebandiers surveillés par des douaniers est confondu, tout à coup, avec un contrebandier et attaché à un mélèze, l’affaire est tragique.
Heureusement Rodolphe Töpffer, de la plume qui a écrit La Traversée ou La Bibliothèque de mon oncle, atténue la dureté de la situation !

« Messieurs, leur dis-je, messieurs, je… vous vous trompez… permettez… baissez d’abord ces armes… Messieurs, je suis le plus honnête homme du monde (ils froncèrent le sourcil)… baissez, je vous prie, vos armes, qui pourraient partir sans votre volonté… Je suis homme de lettres… tout particulièrement étranger aux douanes… marié, père de famille… Baissez, je vous en conjure, vos armes, qui m’empêchent de recueillir mes idées. Daignez continuer votre chemin sans vous inquiéter de moi… »

Le Lac de Gers.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 184 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – La Traversée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Ilya Repin - Bossu (1882)

La Traversée de Töpffer est une des Nouvelles genevoises de l’auteur de La Bibliothèque de mon oncle des années 1840.

C’est l’histoire des déboires d’un bossu victime, jusqu’à son mariage, de sa disgrâce physique, qui, des États-Unis jette un cri vibrant pour dénoncer le racisme :

« Dans ce pays-ci, un bossu fait son chemin, ne rencontre nulle entrave, s’il est actif, industrieux, probe, même médiocrement ; il devient époux, père, juge, président, que sais-je ! Et dans ce même pays tout fier, tout fanatique de démocratie, de liberté, d’égalité, un homme, s’il est beau, brave, probe, mais noir ; s’il est bon, généreux, aimable, mais mulâtre ; s’il est actif, industrieux, habile et entreprenant, mais quarteron ; cet homme est tenu pour marqué d’une tache indélébile, il est repoussé, méprisé, exclu à toujours de toute échange d’affection, de tout lien de société et de famille avec les blancs ; il n’épouse point leurs filles, il ne s’assied point à leurs places, il est parqué dans les villes, parqué dans les théâtres, parqué dans les églises… Voilà ce que l’opinion, l’opinion libre, républicaine par excellence, toute fière, toute hautaine de ses théories de démocratie et d’égalité, trouve ici juste, ordinaire, naturel ! Quelle folie barbare, inconséquente, gratuitement inhumaine ! »

On croirait entendre le pasteur Luther King assassiné en 1969.

La Traversée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 808 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – Le Presbytère

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Nouvelles


Le Presbytère

Encore des souvenirs d’enfance de l’auteur de La Peur et de La Bibliothèque de mon oncle.

Dans Le Prestytère, il s’agit des premiers émois amoureux du jeune Charles qui apprend qu’il est un « enfant trouvé », situation qui est très méprisée dans son village helvète. Mais, le pasteur qui l’a élevé et le chantre qui ne veut pas lui donner sa fille Louise vont réussir à s’entendre… Le même monde que dans La Bibliothèque de mon oncle, et la même saveur du style de Rodolphe Töpffer vous attendent.

« Il m’arrivait aussi de tourner les yeux sur le vieux presbytère, à cinquante pas de la mare, derrière moi. Je n’y manquais guère lorsque l’aiguille de l’horloge approchait de l’heure, et qu’à chaque seconde j’attendais de voir, au travers des vieux arceaux du clocher, le marteau s’ébranler, noir sur l’azur du ciel, et retomber sur l’airain. Surtout j’aimais à suivre de l’oreille le tintement sonore que laissait après lui le dernier coup, et j’en recueillais les ondes décroissantes, jusqu’à ce que leur mourante harmonie s’éteignît dans le silence des airs.
Je revenais alors au presbytère, à ses paisibles habitants, à Louise ; et, laissant retomber ma tête sur mon bras, j’errais, en compagnie de mille souvenirs, dans un monde connu de mon cœur seulement. »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 550 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – La Peur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


La Peur

Après La Bibliothèque de mon oncle, ce sont encore des souvenirs d’enfant de sept ans ayant pour origine une promenade avec son grand-père dans un cimetière genevois que Rodolphe Töpffer nous propose avec humour dans La Peur.

Enfant d’un naturel peureux, il se rappelle de grandes frayeurs :

« Attendiez-vous quelqu’un ? – Sans aucun doute. – Et qui ? – Celui qu’on attend quand on a peur.
Et vous, n’eûtes-vous jamais peur ? Le soir, autour de l’église, à l’écho de vos pas ; la nuit, au plancher qui craque ; en vous couchant, lorsque, un genou sur le lit, vous n’osiez retirer l’autre pied, crainte que, de dessous, une main… Prenez la lumière, regardez bien : rien, personne. Posez la lumière, ne regardez plus : il y est de nouveau. C’est de celui-là que je parle. »

Illustration de Rodolphe Töpffer pour La Peur.

La Peur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 173 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – Le Grand Saint-Bernard

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Le Grand Saint-Bernard, dessin de Rodolphe Töpffer

Comme dans La Bibliothèque de mon oncle, autre Nouvelle genevoise, l’écrivain suisse Rodolphe Töpffer revient sur des moments de sa jeunesse qui ont aussi pour cadre la maison de sa tante Sara.
Toujours le même ton divertissant et la même ironie sur lui-même dans les souvenirs de sa rencontre, au Grand Saint-Bernard, avec le gros monsieur qui méprise les épitaphes, de la « fausse avalanche », de son idylle rêvée avec la jeune fille prête à se marier ou de sa visite à la tour du Lépreux d’Aoste (voir, à ce propos, le livre de Xavier de Maistre), souvenirs égrenés qui paraissent sans liens mais, rassemblés, donnent tout leur piquant aux lignes finales :

« Je partis d’un grand éclat de rire… Les dames se levèrent indignées, mon cousin regarda sa mère, ma tante me regarda, je regardai tout ce monde en larmes,et n’étant plus maître alors de réprimer une hilarité que ce spectacle même portait à son comble, je pris le parti de saluer la compagnie et de prendre congé, en m’excusant d’avoir causé un si grand scandale. »

Illustration : Le Grand Saint-Bernard, par Rodolphe Töpffer.

Le Grand Saint-Bernard.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 088 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TÖPFFER, Rodolphe – La Bibliothèque de mon oncle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 6h 40min | Genre : Nouvelles


Rodolphe Töpffer - La Bibliothèque de mon oncle

L »écrivain, pédagogue, dramaturge et politicien suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846) est considéré comme le créateur de la bande dessinée. Il écrit en 1833 dans la préface de l’Histoire de Mr. Jabot : « Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose d’une série de dessins autographiés au trait. Chacun de ces dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original, qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose ».

La Bibliothèque de mon oncle (1832), elle, est une suite de souvenirs autobiographiques très agréables à lire ; dans cette Nouvelle genevoise l’auteur, avec beaucoup d’humour, ravive des épisodes de sa jeunesse espiègle, se moque de lui-même, accumule les digressions, nous rend familiers son maître Ratin, son « bon oncle Tom », et nous peint souvent avec émotion les trois figures féminines qui ont marqué sa vie d’écolier, de jeune juriste récalcitrant et de peintre devenu renommé. Sa bête noire, qui revient comme un leitmotiv, est un germe, « le bourgeon de la vanité » qu’il fustige dans les trois parties du roman :
« Imaginez-vous que tous les cerveaux sont faits de même ; j’entends qu’ils ont tous le même nombre de loges, contenant les mêmes germes, ainsi qu’en toute orange même nombre de pépins habitent même nombre de loges pareillement disposées. Mais voici que bientôt, de ces germes, les uns avortant, les autres se développant outre mesure, il résulte des disproportions d’où éclatent ces différences de caractères qui font les hommes si dissemblables.
Ce qui est curieux, c’est qu’il y a un de ces germes qui n’avorte jamais, qui s’alimente de rien comme de beaucoup, qui prend sa croissance l’un des premiers, et décroît le dernier de tous ; si bien que, celui-là mort, on peut être assuré que tout le reste de l’homme a cessé de vivre : c’est celui de la vanité… Dans l’enfance, ce bourgeon n’est pas le premier à se montrer ; dans la jeunesse, il n’est pas le plus gros ; mais, dès vingt ans, c’est un tubercule respectable et vorace, qui s’alimente de tout. »

Découvrez quelques bandes dessinées de Rodolphe Töpffer : Histoire de Mr. JabotHistoire de Mr. Crépin, Le Docteur Festus, Monsieur Pencil, Histoire de Mr. Cryptogamme, Histoire d’Albert, Les Amours de Mr. Vieux-Bois, Histoire de Mr. de Vertpré, et de sa ménagère aussi.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 589 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |