Livres audio gratuits pour 'Royaume-Uni' :


GASKELL, Elizabeth – Nord et Sud

Donneur de voix : Florent | Durée : 19h 3min | Genre : Romans


Manchester en 1835

Marguerite Hale, fille de pasteur, se voit contrainte de quitter le petit bourg d’Helstone, dans lequel elle menait une vie paisible, pour rejoindre la ville industrielle de Milton, au nord de l’Angleterre. Là, la lutte des classes bat son plein, et les tensions sont grandes entre patrons et ouvriers.

Traduction : Henriette Loreau (1815-18?) et H. de L’Espine (18?-18?).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 777 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Sans nom

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 31h | Genre : Romans


SansNom170 220.gif

Nul doute que Wilkie Collins n’ait donné avec Sans nom l’un de ses plus intraitables chefs-d’œuvre : celui en tout cas qui privera le mieux de sommeil le lecteur assez téméraire pour s’y plonger, pour s’y perdre. De tous ses romans, celui que préférait Dickens… C’est aussi le plus noir : portrait et itinéraire d’une femme dépossédée de toutes ses espérances (et même de son identité) à la suite d’un complot fomenté par des gens du meilleur monde. Elle se battra, se salira les mains, fera le terrible apprentissage de la liberté… et nous tiendra en haleine huit cents pages durant au fil d’une intrigue qui ne nous épargne rien. Prétexte, pour l’auteur, à décorseter la bonne société victorienne avec un sadisme tout hitchcockien.

Extrait :
« Existe-t-il donc, dans tout être humain, au-dessous de ce caractère extérieur et visible, empreint et façonné par les influences sociales qui nous entourent, une disposition intérieure, invisible, qui fait partie intégrante de nous-mêmes, que l’éducation peut modifier indirectement, mais qu’il faut désespérer de changer ? La philosophie qui conteste ceci et nous déclare nés avec des dispositions semblables à des feuillets de papier blanc, n’est-elle pas la même qui méconnaît la différence irrémédiable de nos visages, et qui, n’ayant jamais comparé deux enfants nouveau-nés, ignore à quel point échappent déjà, par d’irrésistibles instincts, à la volonté de leurs mères ou de leurs nourrices ? Existe-t-il, variant à l’infini selon chaque individu, des forces innées qui nous poussent, tous tant que nous sommes, vers le Bien ou vers le Mal ? forces cachées à des profondeurs où ne sauraient atteindre ni les encouragements purement humains, ni la contrainte humaine, Bien caché, Mal caché, tous deux également à la merci de l’occasion qui les libère, de la tentation qui les provoque ? De leur étroit cachot, le hasard des circonstances garde-t-il toujours la clef ? Et n’est-il pas ici bas de surveillance attentive qui nous puisse révéler à temps l’existence de ces forces prisonnières en nous-mêmes, et auxquelles cette clef peut donner issue ? »

Traduction : Paul-Emile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 877 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STEVENSON, Robert Louis – L’Île au trésor (Version 2)

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 8h 33min | Genre : Romans


L'Île au trésor

« Profitant de ce répit, je rechargeai sans plus attendre l’amorce de mon pistolet qui avait raté, et lorsque celui-ci fut en état, pour plus de sécurité je me mis à vider l’autre et à le recharger entièrement de frais.

En présence de ma nouvelle occupation, Hands demeura tout ébaubi : il commençait à s’apercevoir que la chance tournait contre lui ; et après une hésitation visible, lui aussi se hissa pesamment dans les haubans et, le poignard entre les dents, se mit à monter avec lenteur et maladresse. Cela lui coûta un temps infini et maint grognement, de tirer après lui sa jambe blessée ; et j’avais achevé en paix mes préparatifs, qu’il n’avait pas encore dépassé le tiers du trajet. À ce moment, un pistolet dans chaque main, je l’interpellai :
- Un pas de plus, maître Hands, et je vous fais sauter la cervelle !… Les morts ne mordent pas, vous savez bien, ajoutai-je avec un ricanement. »

Dans L’Île au Trésor, Stevenson montre son immense talent de narrateur : il sait trouver l’exact équilibre entre le réalisme et le romanesque, et les aventures du jeune Jim Hawkins sont palpitantes tout en restant ancrées dans une réalité toujours crédible.
Stevenson sait aussi peupler son univers de personnages réalistes, toujours complexes et ambivalents… Et puis surtout il y a Long John Silver !

Traduction : Déodat Serval (1878-1938).

Un immense merci aux Cap Horniers de Quimper, qui m’ont autorisé à utiliser leur interprétation de Quinze Marins, la chanson de Michel Tonnerre qui est une adaptation française de la célèbre chanson des pirates de L’Île au trésor. Merci également aux enfants de Michel Tonnerre pour leur autorisation.

Illustration pour la première édition française de L’Île au trésor (Hetzel, 1885), par George Roux (1850-1929).

Vous pouvez aussi suivre les aventures de Jim Hawkins sur la carte de l’île au trésor, dessinée par Stevenson.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 569 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GASKELL, Elizabeth – Cousine Phillis (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 3h 25min | Genre : Nouvelles


Elizabeth Gaskell

Extrait : « Je la vois encore, la cousine Phillis, en pleine lumière et sous les obliques rayons du soleil couchant, vêtue de cotonnade bleue, avec une petite garniture autour du col, et des poignets. Je n’avais pas idée d’une pareille blancheur. Ses cheveux étaient blonds, d’un blond pâle et doux, qui répondait à l’expression calme de ses grands yeux gris, tandis qu’elle me contemplait, immobile et sereine. Mais elle avait un grand tablier à manches, et ce détail puéril me troublait par le désaccord apparent qu’il jetait entre son âge et sa mise. »

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 273 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HEADON HILL – Un péril dans l’air

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Romans


Headon Hill

Headon Hill, pseudonyme de Francis Edward Grainger (1857-1927), né à Suffolk, fit ses études à Eton, avant de s’engager dans l’armée, d’être employé à la Compagnie des Indes orientales et de voyager aux Indes et en Amérique. Journaliste à Londres, il s’établit sur l’île de Wight et se consacre surtout au roman policier. « Le héros est bien souvent un jeune Anglais de bonne famille, voire un membre de la noblesse, que sa faiblesse de caractère ou un banal coup du sort ont placé dans une situation délicate. Piégé par des malfaiteurs qui le tiennent sous leur coupe, il lutte pour ne pas verser dans la franche criminalité, aidé par l’amour que lui porte une pure jeune fille anglaise. » À ces lignes un critique ajoute : « Je me demande si Alfred Hitchcock n’a pas lu les romans de Headon Hill ; on y retrouve en effet certaines caractéristiques de ses scénarios. » (Source: Blog Baskerville, L’âge d’or des conteurs – Jean-Daniel Brèque).

Un péril dans l’air (1907 en français), lutte entre un détective anglais et un criminel italien, se déroule à Londres… mais le lecteur reste sur sa faim, car le roman a sûrement une suite (que nous espérons retrouver)… puisque l’auteur n’est mort que vingt plus tard et est connu comme très prolifique.

Traduction : F. Delmont (1907).

> Écouter un extrait : 01. Les luttes du génie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 747 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TROLLOPE, Anthony – Le Domaine de Belton (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 4h 34min | Genre : Romans


Le Domaine de Belton

Le début : « Mistress Amadroz, femme de Bernard Amadroz de Belton et mère de Charles et de Clara, mourut quand ses enfants avaient huit et six ans, leur faisant ainsi éprouver le plus grand malheur qui puisse atteindre des enfants nés dans une telle position sociale. Ce malheur fut encore aggravé par le caractère du père. M. Amadroz n’était pourtant pas un méchant homme, ni même ce qu’on appelle un homme vicieux ; mais il était paresseux, insouciant, et, à l’âge de soixante-sept ans, âge auquel le lecteur fait sa connaissance, il n’avait encore fait aucun bien en ce monde. Il avait fait un grand mal, car son fils Charles s’était suicidé, et cet affreux événement avait été amené en partie par l’incurie du père.

Le château de Belton est une jolie résidence située au milieu d’un parc bien boisé, au pied des collines de Quanton, dans le comté de Somerset. Les maisons de la petite ville de Belton sont groupées aux portes du parc.

Peu d’Anglais connaissent bien les beautés de leur pays, et cette partie du comté de Somerset est une des plus ignorées. Rien de charmant pourtant comme ses riches vallées, ses ravins au fond desquels court une petite rivière aux eaux profondes, et sur les pentes abruptes ses vieux chênes dont la vie semble s’être retirée depuis des années, mais qui chaque printemps se couvrent encore d’un maigre feuillage… »

Traduction : Eugène Dailhac (S. XIX).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 395 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WELLS, Herbert George – Le Royaume des fourmis

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Le Royaume des fourmis

La liste des œuvres de H.G. Wells est considérable.

Le Royaume des fourmis est une nouvelle qui provoque l’horreur : l’invasion par les insectes ennemis du genre humain… qu’ils peuvent anéantir.

« Vers 1920, les fourmis posséderont la moitié du cours de l’Amazone. Je fixe à 1950 ou 1960, au plus tard, leur découverte de l’Europe »,

termine, en se trompant heureusement, l’auteur de cette nouvelle alarmante.

Note entomologique de 2015 : Myrmecia est un genre de fourmis pouvant atteindre plus de 40 mm de longueur (la plus petite espèce mesure 15 mm de long). La totalité des quelque 90 espèces sont endémiques à l’Australie.

Dans Le Monde comme volonté et comme représentation, Arthur Schopenhauer cite les Myrmecia comme exemple des conflits et du besoin constant de destruction dans notre « volonté de vivre »:

« Dans ce genre, la fourmi bouledogue d’Australie présente un exemple frappant. Lorsqu’on la coupe en deux, une lutte s’engage entre la tête et la queue : celle-là commence à mordre celle-ci, qui se défend bravement avec l’aiguillon contre les morsures de l’autre ; le combat peut durer une demi-heure, jusqu’à la mort complète, à moins que d’autres fourmis n’entraînent les deux tronçons. Le fait se renouvelle chaque fois. »

Traduction : Henry-David Davray (1873-1944) et Bronisław Kozakiewicz (1858-1924).

Le Royaume des fourmis.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 208 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HORNUNG, Ernest William – Entre le ciel et l’eau

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Entre le ciel et l'eau

Entre le ciel et l’eau est le récit d’une aventure maritime dans laquelle Ernest William Hornung (1866-1920) a risqué sa vie, victime de la haine d’un fou, mais d’un fou spécial, accordéoniste et très susceptible.

Méfiez-vous des tueurs de mouettes de deuxième classe… !

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

Entre le ciel et l’eau.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 008 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Royaume-Uni :