Sous le pont Mirabeau Julie

Le Pont Mirabeau (Poème, Version 3)

Fuite du temps
Une plainte
Une litanie
Une complainte
Comme un murmure

Ambiance musicale :
Frédéric Chopin, Nocturne no 1,
en si bémol mineur, opus 9
,
Murmures de la Seine’,
interprété par la pianiste Guiomar Novaes.
Enregistrement de 1951. Domaine public.

Illustration :
Sous le pont Mirabeau-32’ :
une photographie de Julie Kertesz (Julie70).
Sous licence CC BY-NC-SA 2.0

De l’utilisation de cette photo est née avec son auteur une complicité tacite,
une amitié silencieuse.

Pour une écoute plurielle :
Le pont Mirabeau’, dit par l’auteur lui-même et Jacques Duby.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 3) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1 ; Version 2.

Livre audio ajouté le 30/09/2013.
Consulté ~14769

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

10 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour…

    Le hasard de la page d’ accueil… encore une fois…
    … et encore une fois… une lecture qui se… grave… en soi…
    Demarquée des lectures qu ‘ on connaît…. en particulier de la propre lecture d’ APOLLINAIRE…
    Une Seine qui coule très … très… len…te…ment… Une vision qui se défend parfaitement !
    Ce poème… un des très rares que je connaisse par coeur… pour moi un des plus beaux de la langue francaise … je l ‘ entendrai désormais aussi avec votre voix… venue se joindre à d’ autres voix célèbres…
    Le poème… sa lecture… la voix… et la musique… ne font qu ‘ un… un moment d’ etreinte…

    Merci à vous…

  2. Ma connaissance de la langue française est encore très imparfaite, mais grâce à vous ce poème est allé dans le fond de mon cœur – votre interprétation m’a ému. Merci beaucoup.

  3. Quel bonheur de vous entendre de nouveau, cher Gilles-Claude!
    Votre voix fait passer l’émotion et nous touche jusqu’au fond du cœur. Je ne me lasse pas de vous écouter. Toutes vos interprétations sont superbes!
    Merci, Gilles-Claude, et à bientôt!
    Une mention spéciale pour la magnifique photo du pont Mirabeau … Tous ceux qui n’ont pas la chance d’habiter à Parie peuvent, grâce à vous, admirer la Seine qui coule “sous le pont Mirabeau”
    Cocotte

  4. Merci beaucoup, le texte est superbe et donne en l’écoutant une profonde émotion. Bien choisi Chopin

  5. Merci de votre généreux commentaire.
    J’hésite parfois avant de dire certains poèmes en raison de leur perfection. Un jour, alors adolescent, un prof. m’a dit : « avant de tenter de dire certains vers, et… correctement…, il faudra y mettre 30, 40 ou 50 ans ! ». Et je sens toujours, encore aujourd’hui, combien il avait raison.

    Vous parlez de paix intérieure.
    Dire un texte, c’est donner congé à son ego
    en respectant et en respirant le texte, la partition.
    Et tenter ainsi de lui donner vie.
    Pour que celui ou celle qui écoute y trouve pleinement sa place.
    Une douce ascèse. Merci encore !

  6. Je ne me lasse jamais d’entendre la merveilleuse voix de Monsieur Gilles-Claude Theriault! C’est un don du ciel! Quelle paix interieure elle procure!
    MERCI Monsieur

  7. Les donneurs de voix voix sont tres estimables. Je vis pleinement de la beauté des textes par la chaleur et la lumiere des voix que j’entends les yeux fermés. Merci! Merci! Merci!