Ernest Biéler, Un beau dimanche à Savièze (ca. 1907)

Cœurs lassés

Des locataires viennent d’emménager dans la maison : une « tribu » que dirige la mère, Madame Beausire, une originale, avec ses quatre filles et leurs deux oncles. À côté, les propriétaires, une famille recomposée avec un couple et le fils de monsieur, Antoine Jaquier, dans laquelle règne une atmosphère lourde empreinte de reproches, remords, amour étouffant et non-dits. Comment les propriétaires pourront-ils s’accommoder de ces voisins pas comme les autres ?
Mais, sous ce décor bon enfant dans les hauts de Neuchâtel, T. Combe nous introduit dans le monde de la culpabilité et de la dépendance. Car monsieur Jaquier est un vieil homme usé par un remord qui le ronge et qui finira par le tuer. Son épouse prend plaisir à culpabiliser son entourage et à leur faire payer le tribut de son histoire. Le fils, Antoine Jaquier, rebelle, étriqué dans ce monde où il ne trouve ni sa place ni son bonheur, se sent responsable de protéger son père mais reste avide de partir au loin et de tout laisser derrière lui. Chez les locataires, Madame Beausire cache ses misères financières derrière une fausse allure désinvolte et Juliette seule parmi ses filles, est pragmatique : la maisonnée repose sur elle et elle veille sur tous mais n’y trouve, elle non plus, pas son compte de bonheur.
À trop contraindre ou à ne pas écouter, certaines et certains iront chercher ailleurs ce qu’il ne trouvent pas chez eux et l’histoire de ces deux maisons va s’imbriquer en dépit de menaces et d’événements imprévus. Antoine et Juliette finiront par tenter de vivre leur vie et non celle que l’on avait prévue pour eux. (Source : Bibliothèque numérique romande)

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :

T. Combe est le pseudonyme d’Adèle Huguenin-Vuillemin (1856-1933).

Livre audio ajouté le 06/10/2019.
Consulté ~4 147 fois

Lu par Cocotte

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Dominique
    Tout d’abord, merci pour votre commentaire car, grâce à vous, j’ai pu réparer, en partie, mon impolitesse vis à vis d’Origan, car le sien avait disparu trop vite de la colonne de droite de la page d’accueil.
    Depuis “Cœurs lassés”, j’ai publié deux autres romans de T. Combe. J’en ai retenu encore un, pour 2020, celui-là!
    Je suis ravie de voir le succès de cette auteure suisse, qui n’était pas très connue en France. Nous sommes nombreuses à l’aimer.
    Comme vous, j’ai été opérée de la cataracte, en février dernier, et je suis de tout cœur avec vous. La lecture était impossible et je me suis plongée avec délices dans les enregistrements de mes camarades. Aussi, je vous comprends parfaitement.
    merci pour votre message si encouorageant et si amicla. Il m’a

  2. Oh! Chère Origan, je suis désolée, ce n’est que ce soir que je trouve votre délicieux message, et encore, grâce à Dominique, car, en voyant le sien dans la colonne des commentaires de la page d’accueil, je suis allée voir… et j’ai eu la bonne surprise de découvrir le vôtre.
    Pardonnez-moi pour ce retard, voulez-vous?
    Depuis, vous avez du écouter les deux premières histoires de Ferdine. La troisième sera publiée samedi prochain.
    Merci d’avoir pris la peine de me dire votre plaisir. Je m’en réjouis et j’espère ne plus rater vos commentaires dorénavant.
    Amitiés
    Cocotte

  3. Bonjour chère Cocotte.
    Encore un bon moment passé en votre compagnie. Je découvre cet auteur que j’avais déjà apprécié dans Bonne-Grâce et décidément j’adore. Quel humour et quel entrain.Merci de cette lecture et de toutes les autres. J’ai connu littérature-audio avant mon opération de la cataracte et j’ai gardé le goût de vous écouter tous même si je vois mieux. J’en parle aux gens qui me semble t’il en ont besoin car vous nous faîtes tous tellement de bien que l’on a envie de le partager.

  4. Merci beaucoup chère Cocotte, pour cette histoire charmante et profonde à la fois. Votre voix de lectrice me tonifie par dessus le marché ! J’ai lu que la suite de Coeur de Trèfle venait après-demain. Quelle chance… Encore de belles heures en perspective, grâce à vous !

  5. • • •More