Le jeu du Taquin

Le Jeu du Taquin

L’abandon, la séparation, le deuil. L’échec, la perte de confiance, la remise en question perpétuelle, le désespoir face à son inadaptation au monde. Ou à soi ? Il y a tant de raisons, ou de déraisons, pour que l’être s’abîme dans l’aven fangeux de la dépression. Ce soliloque ne réclame pas de compassion, n’entonne aucun procès, ne propose aucune réponse à la douloureuse question du suicide, mais tente de brosser un aperçu du chaos inouï dans lequel l’être peut être plongé durant un épisode dépressif. Puis viendra le premier pas vers la résilience, et la lente reconstruction de l’image de soi, alors complètement détruite…

Un grand merci à mon ami Luca Cerullo, saxophoniste, pour l’accompagnement musical.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 22/12/2013.
Consulté ~8 035 fois

Lu par Esperiidae

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonsoir Tabarkat,
    De retour après quelques jours d’absence, je découvre avec grand plaisir votre commentaire, ainsi que celui de Christian Dousset. Merci pour votre message, j’espère que vous aurez apprécié votre lecture et l’écoute du texte.

    Cher Christian,
    Je suis très touchée par votre commentaire et vous en remercie.

    Au plaisir et belle soirée à vous deux.

  2. Esperiidae… quelques minutes, pas plus de trois et j’ai coupé le son, remettant à plus tard l’écoute de votre texte… bouleversant… Je pense aussi à le lire d’abord pour en atténuer l’effet…

    Merci

  3. Bonsoir Alain,
    Bonsoir Roger,

    Je suis heureuse de lire vos impressions et émotions, vos commentaires me font un immense plaisir et je vous en remercie.

    Je vous souhaite à tous deux (ainsi qu’au petit garçon qui sommeille en chacun d’entre vous 😉 …) une magnifique soirée de nouvel An. Que 2014 vous soit prospère en joies, en amitiés et en amour. Je vous souhaite plein succès dans tout ce que vous entreprendrez et souhaite que vous puissiez trouver chaque jour la lumière qui vous comblera, vous et vos proches.

    A bientôt

  4. Esperidae
    Mon émotion est grande,et une fois de plus,votre voix si près de l’oreille, semble sortir de moi-même.
    Merci pour ce cadeau.
    Et aussi, je n’oublie pas le musicien qui donne encore plus de force à votre récit.
    amicalement
    roger

  5. Je viens de réécouter une deuxième fois ton magnifique texte écrit d’une plume alerte et très littéraire.
    J’ai connu, autrefois, la psychanalyse que tu décris. Je n’ai jamais retrouvé vraiment le petit garçon assis sur mes genoux. Je le cherche encore… Il n’est pas loin et…
    Toute notre vie nous traînons l’enfant qui reste en nous. Il nous construit, nous façonne, nous perturbe. Mais il nous aime et ne partira qu’avec nous…