Gluck

Gluck

À la fin de l’été, le narrateur est assis sous les tilleuls du Tiergarten, à Berlin. Il rencontre un inconnu, grand connaisseur de musique, qui s’agace des sons criards de l’orchestre du café Weber. Animés l’un et l’autre par une haute conception de l’art, qui tranche avec la platitude des Berlinois, les deux hommes expriment leur passion des opéras de Gluck.

Traduction : Adolphe Loève-Veimars (1799-1854).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio ajouté le 10/11/2019.
Consulté ~3167

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Une très belle sonate d’automne dont vous avez joué la partition avec beaucoup de sensibilité. Nous ne savons jamais comment vous remercier de votre délicatesse, alors ces simples mots. Et avec beaucoup d’admiration !