Lithographie représentant la Porte de la Grosse Cloche à Bordeaux

De ménager sa volonté (Essais III, 10)

« Mon opinion est qu’il faut se prêter à autrui et ne se donner qu’à soi-même. » N’accusons pourtant pas Montaigne d’égoisme, car il s’est acquitté de tous ses devoirs d’homme et de citoyen, mais il avait un grand besoin d’indépendance, à une époque très troublée. La passion est mauvaise conseillère ; nous devons défendre notre liberté aussi « contre nous-mêmes ».
Nombreuses allusions dans cet Essai (Livre III, Chapitre 10) à sa charge de maire de Bordeaux : « Le maire et Montaigne ont toujours été deux d’une façon bien claire. » Il s’est consacré consciencieusement à sa tâche, mais « sans se dévouer corps et âme » comme son père.

Traduction : Guy de Pernon.
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Charles Mercereau, Porte de la Grosse Cloche à Bordeaux, lithographie (1822-1864)
Livre audio ajouté le 26/09/2011.
Consulté ~16 363 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Ces régulière lecture de Montaigne sont un vrai plaisir et continue d’accompagner ma lecture à la maison

  2. Remarquable.
    Que de pistes à voir pour vivre mieux dans sa tête et dans son corps dans un monde contemporain souvent si aliénant!

    Une inconditionnelle amie du grand Michel.