Page complète du livre audio gratuit :


AHIKAR – Le Rat, ou La Bête cachée

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Le Rat

« Un jour, Michèle me dit : « David, il y a un rat dans la chambre ! » Je souris. « Je t’assure que ce n’est pas une blague. Tu peux venir voir s’il te plaît ! » J’étais allongé sur le canapé, en train de regarder un film, et n’avais guère envie de me lever. Michèle attrapa la télécommande et appuya sur « pause ». « Ah ! tu m’embêtes ! m’exclamai-je. — Viens voir s’il te plaît, tu regarderas la suite après ! » Comme elle ne me rendait pas la télécommande, je finis par me lever. « Un rat ou une souris ? demandai-je. — J’en sais rien moi, comment veux-tu que je le sache ? — Un rat c’est gros, alors qu’une souris, c’est tout petit ! — Alors c’est sûr, c’est un rat, il est énorme ! — Énorme comme quoi ? — Comme le crapaud buffle ! s’exclama-t-elle en désignant le beau crapaud buffle que j’avais ramené du Mexique avant de la connaître. — Ah ! quand même ! aussi gros que mon beau crapaud buffle ! — Aussi laid que cette horreur ! ajouta-t-elle aussitôt. Et aussi gris que cette autre horreur ! » poursuivit-elle en désignant un magnifique blaireau que j’avais fait empailler. [...] »

Le Rat, ou La Bête cachée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Modeste Moussorgski, Une nuit sur le mont Chauve, interprétée par le Skidmore College Orchestra (licence Cc-Pd).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Nouvelles, ,

 

Page vue 3 753 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

24 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Jean-Pierre Baillot le 29 septembre 2016

    Très heureux de vous entendre à nouveau, Ahikar.
    La chute m’a surpris. Mais, je note qu’elle vous a surpris également. Décidément, nous sommes peu de chose ;-)

  2. Ahikar le 30 septembre 2016

    Merci Jean-Pierre pour votre commentaire. C’est vrai que la chute m’a surpris, un peu comme une piqûre de rappel, venant me montrer que derrière mon visage humain sommeillait la bête. Nous croyons nous connaître, mais nous connaissons-nous vraiment ?

    J’espère que votre projet sur Proust commence à prendre corps.

    Amitiés,

    Ahikar

  3. Jean-Pierre Baillot le 30 septembre 2016

    Pas encore, je suis avec Voltaire.
    C’est ma course du rat (version lente) à moi !

  4. Ahikar le 30 septembre 2016

    Ah ! je vois ! Vous préférez les charmes de Cunégonde à ceux des jeunes filles en fleurs !

  5. Cocotte le 30 septembre 2016

    Cher Ahikar
    Votre rat a rappelé à mon souvenir une semblable aventure, authentique, qui m’est arrivée il y a une trentaine d’années, et que j’avais oubliée.
    Des travaux dans la rue avaient poussé des rats à aller se promener dans les maisons du quartier.
    Un jour, j’ai vu une grosse masse, de la taille d’un petit chat, qui entrait comme une flèche, traversait le séjour et filait dans les chambres. Toute la famille a eu la peur de sa vie, mais ce n’était pas possible de dormir en cette compagnie. Nous avons ouvert toutes les portes, chassé le rat, et nous nous sommes barricadés pendant tout le week-end.
    Votre texte, votre interprétation, ont un pouvoir d’évocation qui font passer le frisson dans le dos.(et c’est un compliment!!!)
    Bravo et merci pour ce moment, quand même…
    Amitiés
    Cocotte

  6. Ahikar le 1 octobre 2016

    Merci chère Cocotte pour cette savoureuse anecdote, si bien contée que j’ai encore l’impression de voir le bel animal traverser comme une flèche votre séjour.

    Excellent week-end ! :)

  7. Jean-Pierre Baillot le 1 octobre 2016

    … anecdote qui confirme, par ailleurs, que le rat est notre semblable : il file, tout de suite, dans la chambre !

  8. Cocotte le 1 octobre 2016

    Pouah!
    Le rat est peut-être votre semblable, à vous, mais pas à moi.
    La différence, c’est que « mon » rat, enfin, je n’en revendique pas la possession, s’est caché sous le lit, et pas dedans. Sinon, je serais allée dormir à l’hôtel!
    Toute mon empathie à Michèle!
    Cher Ahikar, cher Jean-Pierre, j’espère que vous rapporterez un beau récit de votre promenade en chameau. Il me tarde le l’écouter. Cher Ahikar, à votre plume!
    Excellent week-end à tous les deux
    Amitiés
    Cocotte

  9. xxl le 3 octobre 2016

    ideal pour bien s’endormir

  10. monsieur COIGNE le 3 octobre 2016

    Bonjour à tous,
    Merci Ahikar pour cette magnifique et très vivante lecture ; parfaite intonation
    tout à fait réelle. De plus,
    excellent enregistrement pour le son.
    Vraiment merci !
    Daniel

  11. Ahikar le 3 octobre 2016

    Merci beaucoup Daniel ! Votre message m’a fait très plaisir! :)

    Amitiés,

    Ahikar

  12. pomme le 3 octobre 2016

    Ah la la! Nous ne nous ressemblons pas tous! Quelle horreur m’inspirent ces animaux!!! Et voilà Cocotte qui en rajoute!!! Malgré ma répulsion pour cet animal, j’avais lu votre texte sur le forum, Ahikar. Et maintenant, je vous ai écouté: votre lecture et votre voix sont excellentes! Vraiment bravo!(Mais… quel dommage que vous nous racontiez une telle histoire…)
    Pomme

  13. Colibrius le 5 octobre 2016

    Bonjour Ahikar,
    Je suis une de vos ferventes fans, mais la, je dois dire que je n ai pas bien vu l interet du sujet (a part les deux dernieres minutes, bien sur) ?
    Sauf que… cela m a paru bien extraordinaire de faire tout un cinema pour si peu !
    (surement la moitie de la planete vit avec des rats et souris a domicile)
    Et j attends avec impatience les suivantes ;)
    Colibrius

  14. Rafa le 6 octobre 2016

    Ma copine a fait beurk en voyant l’image, donc je ne peux pas dire ce qu’elle pense. Mais moi j’ai adoré!!! dus suspens, des frissons jusqu’au bout! vraiment parfait!!! ne changez surtout rien! ne chercher plus votre voie, vous l’avez trouvé!!
    ecrivez en beaucoup d’autre
    Rafa
    @coilibri. Je n’ai pas de rat a domicile ni personne autour de moi. Dans quel pays vivez vous?

  15. Colibrius le 6 octobre 2016

    ;)
    Afrique, Oceanie, Amerique du sud… et parfois Europe aussi.
    Les rats ont beaucoup voyage depuis l invention du bateau !

  16. Ahikar le 7 octobre 2016

    Bonjour,

    L’autre soir, nous avons reçu des amis à dîner. Tous deux avaient lu la nouvelle sur le rat, et, à un moment, après quelques verres, P. s’est mis à raconter que quand ils sont arrivés à Paris, dans leur nouvel appartement, ils avaient des cafards. Un vrai cauchemar, il y en avait partout. Ce qui m’a beaucoup amusé, c’est que sa femme lui donnait des coups de pied sous la table pour qu’il arrête de raconter. Elle avait honte ; il était clair que pour elle cette histoire n’aurait jamais dû franchir les murs de leur appartement.

    Avaient-ils aimé mon texte ? Au fond, j’en sais rien, ils ne l’ont pas dit. Pourtant, il a alimenté une bonne partie de la conversation…

    Merci à tous pour vos commentaires, que vous ayez aimé ou non, car l’absence de commentaires, un espace dédié éternellement vide, m’effraie et me déprime, au fond, bien plus que le silence éternel des espaces infinis ! ;)

    Amitiés à tous,

    Ahikar

  17. jean michel le 16 octobre 2016

    une histoire qui pourrait arriver a tout le monde, très bien racontée, qui tient bien l’auditeur en haleine, impossible de s’endormir…..

  18. Ahikar le 17 octobre 2016

    Merci Jean-Michel pour ce sympathique commentaire.

    Amitiés, :)

    Ahikar

  19. Rakipu le 29 octobre 2016

    histoire étrange qui fait froid dans le dos car elle peut arriver à tout le monde
    Très bonne lecture
    Rakipu

  20. Candice le 13 novembre 2016

    Cher Ahikar,
    J’ai écouté avec attention votre histoire. Je l’ai écouté deux fois car je n’en avais pas compris tout de suite le sens, et le commentaire du Cercle de lecture de l’Alliance Française de Buffalo qui a trouvé des sens cachés dans vos écrits m’intriguait. Mais oui, en effet, je comprends la bête cachée ! C’est simplement si juste…

  21. Ahikar le 14 novembre 2016

    Chère Candice, :)

    Vos mots m’ont touché. Effectivement, il ne s’agit pas que d’une histoire de rat ; comme dans le film de Bresson Pickpocket, il ne s’agit pas que de l’histoire d’un pickpocket. Si je me permets cette comparaison, c’est parce que j’ai ce film en moi depuis que je l’ai vu dans ma prime jeunesse ; il ne m’a jamais quitté. J’ai été profondément marqué par sa construction : pendant toute la durée du film, nous voyons un pickpocket en action, puis il se fait prendre et est incarcéré. Dans la dernière scène du film, nous voyons sa tendre amie lui rendre visite en prison. On comprend alors qu’un retournement s’est opéré quand il prononce la phrase qui clôt le film : « Quel chemin il m’aura fallu accomplir pour arriver jusqu’à toi ! »

    Aimerais-je autant le film s’il n’y avait cette dernière phrase ? Je ne sais pas ? Mais ce que je sais c’est que tout l’édifice repose sur cette ultime phrase, qui claque comme une conversion.

    Mais, sans doute, suis-je bien loin de cette réussite, si j’en juge par les propos de Colibrius qui n’a vu d’intérêt à ce texte que dans les deux dernières minutes !  ;)

    Mes remerciements, encore, chère Candice, pour votre commentaire.

    Amitiés, :)

    Ahikar

  22. Ahikar le 22 novembre 2016

    Excusez-moi cher « Rakipu », mais je n’avais pas vu votre commentaire. Je me demande même comment, avec un tel pseudo, il avait pu m’échapper ! Tous mes remerciements ! :)
    Amitiés,
    Ahikar

  23. christie le 9 février 2017

    Écriture très visuelle. L’influence du cinema sans doute? je vous attends avec impatience sur d’autres sujets. Je vous ai découvert sur RCF. Belle prestation de G. De Louvencourt qui a bien su mettre en valeur votre texte.

  24. Anaïs Carontini le 23 février 2017

    J’aurai jamais du ecouter cette histoire avant de me coucher ; j’ai cauchemardé toute la nuit.je voyais des rats partout !!!!!!!!!!!!!!
    Anaïs Carontini

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.