Page complète du livre audio gratuit :


ANONYME – Le Luneux (Chanson de Colporteur)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 3min | Genre : Poésie


Mendiant aveugle

Cette poignante complainte, collectée en Bas-Poitou au début du siècle dernier, est sans doute l’œuvre d’un lettré. Elle a été certainement colportée par des vendeurs de chansons au XIXème siècle.

« Je suis aveugle, on me plaint
Et moi je plains tout le monde.
Mes deux yeux ne sont plus pleins
Car ils ont perdu leur bombe.
Dans un malheur comme le mien
La chandelle ne vaut rien. »

Licence Creative Commons

Le Luneux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Amour et mantille, mélodie traditionnelle du Berry, collectée avant 1912, interprétée par Alain Degandt.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Poésie, ,

 

Page vue 6 869 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Lionel le 24 janvier 2015

    Je vie dans une région où le colportage était une tradition très présente, avec parfois jusqu’à 80% de la population masculine qui partait dès le début de l’hiver pour 5, 6 voir plusieurs années (pour des pays lointains) vendre, comme le dit la chanson, des livres, de la mercerie, des lunettes, des oignons de fleurs…
    J’ai été très touché par cette chanson et par votre voix.
    Le texte raconte beaucoup plus de choses qu’il le laisse ne supposer à une personne qui ne connait pas la tradition du colportage. C’est plus qu’une chanson, c’est un document très intéressant.
    Merci pour cette idée et bravo pour votre chanson a capella portée par une voix chaude et profonde.

  2. Trollus le 24 janvier 2015

    Merci beaucoup pour cette petite chanson!
    Me fait souvenir de Malicorne et de la chanson du même nom.
    Juste une petite question, « Car ils ont perdu leur bombe ». Que signifie bombe dans ce cas présent? La version que je connaissais était avec le mot « onde ».
    Cela dit, cela m’a fait bien plaisir que d’entendre ce petit bout d’histoire humaine. Et il est heureux que cette chanson soit toujours colportée!

  3. Lemoko le 26 janvier 2015

    Mais quel bon moment je viens de passer!Je n’ai pu m’empêcher de la fredonner sur votre voix..
    Merci Alain,
    Encore!

  4. Lucie le 26 janvier 2015

    Merci Alain, votre voix sert le texte, c’est superbe !

    Amitiés de Lucie

  5. Alain Degandt le 26 janvier 2015

    Merci à vous, Lionel, Trollus et mon Cher Lemoko, pour vos congratulations et vos remarques, qui sont toujours des encouragements très réconfortants et stimulants. Comme pour Trollus, j’ai connu cette chanson grâce au groupe de musique traditionnelle « revisitée » : MALICORNE. Dans son album « Almanach », qui est paru en 1976 aux éditions Hexagone(33T – n°883007) et qui a obtenu cette année-là le Grand Prix de l’Académie du Disque Français, c’est Marie Yacoub qui interprétait, magnifiquement, cette chanson, qui est un témoignage de l’importante activité des rouliers et des colporteurs dans la société d’autrefois. Derrière les mots, volontairement provocateurs, emprunts d’auto-dérision, l’auteur cache son dépit et la détresse de son humaine condition : au bas de l’échelle sociale, dans l’instabilité, la pauvreté et la précarité, et entravée par les atteintes de son handicap.

  6. Alain Degandt le 26 janvier 2015

    P.S. : Mes yeux ont perdu leur bombe = ils ont perdu leur convexité, leur aspect bombé (je crois que le terme correct serait : bombement)
    Merci à vous trois. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  7. Alain Degandt le 26 janvier 2015

    Merci Lucie pour votre gentille appréciation.
    Amitiés,
    ALAIN D.

  8. Alain Degandt le 27 janvier 2015

    Avec mes excuses, je me dois de corriger une affreuse faute d’orthographe qui s’est glissée dans l’un de mes messages précédents : « empreints » et non pas « emprunts » d’auto-dérision … sans doute un lapsus révélateur ! Merci de votre aimable indulgence. A.D.

  9. Louise Michel le 28 janvier 2015

    Excellent !!!
    Je vous attends pour la Carmagnole.

    Madam’ Veto avait promis (bis) / De faire égorger tout Paris (bis) …

    Salutations.

  10. Sandrine Seyller le 29 janvier 2015

    Cher Alain,
    Comme c’est poignant, touchant, déchirant !
    Votre voix sert la chanson à merveille.
    Mille mercis.

  11. Alain Degandt le 31 janvier 2015

    Merci à vous, Louise Michel et Sandrine Seyller. Et à bientôt pour d’autres moments de partage sur litteratureaudio. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  12. Plume le 2 mars 2015

    Bravo Alain ! Et merci pour cette chanson !

    Amicalement,

    Plume

  13. Jean-Pierre Baillot le 2 mars 2015

    C’est très bon.
    Jean-Pierre

  14. Alain Degandt le 3 mars 2015

    Merci à vous, Plume et Jean-Pierre B., pour vos encouragements amicaux.
    ALAIN D.

  15. [...] chanson de colporteur datant sans doute du 19ème siècle : le Luneu. Attention c’est pour faire pleurer dans les chaumières et la fin est cruelle. Petit détour [...]

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.