Page complète du livre audio gratuit :


CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Les Aventures du dernier Abencerage (Version 3)

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 1h 54min | Genre : Nouvelles


L'Alhambra

« Aben-Hamet crut voir l’ange Israfil ou la plus jeune des houris. L’Espagnole, non moins surprise, regardait l’Abencerage, dont le turban, la robe et les armes embellissaient encore la noble figure. »

Aben-Hamet, revenu en Andalousie sur les traces de ses aïeux maures après la « Reconquista », pourra-t-il vivre sa passion amoureuse pour Blanca, la belle chrétienne descendante du Cid ?
Nouvelle imprégnée de la nostalgie de l’exil, cette œuvre de Châteaubriand exalte des sentiments qui dépassent les faiblesses du cœur : honneur, générosité chevaleresque, fidélité à la mémoire et à la religion des pères, figurent autant d’obstacles à l’accomplissement du bonheur humain. Pour de si nobles visées, il fallait un cadre exceptionnel. C’est ainsi que l’auteur inscrit l’action dans l’écrin de cette Andalousie fabuleuse dont Grenade et son Alhambra sont les joyaux :

« Un ciel enchanté, un air pur et délicieux, portent dans l’âme une langueur secrète dont le voyageur qui ne fait que passer a même de la peine à se défendre. On sent que dans ce pays les tendres passions auraient promptement étouffé les passions héroïques, si l’amour, pour être véritable, n’avait pas toujours besoin d’être accompagné de la gloire. »

Remarque : le texte a été enregistré à partir d’une version papier et nous avons constaté quelques très légères différences avec la version numérisée.

Illustration : Alhambra de Grenade, la cour des lions (cliché personnel).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Avertissement.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Les Aventures du dernier Abencerage (Version 3).zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Avertissement.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Première Partie.mp3
Deuxième Partie.mp3


> Remarque
La mention « (Version 3) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : (Version 1, Version 2).



> Références musicales :

Enrique Granados, Danse espagnole, Op. 37, H. 142 – XII. Arabesca, interprétée par William Riley (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 3 872 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahikar le 29 juin 2017

    Merci cher Christian pour cette magnifique lecture ! 😊

    Comme il me semble toujours intéressant de dire ce que l’on pense, j’émettrai une critique à l’encontre de cette œuvre. Il me semble qu’elle aurait gagné en grandeur si l’amour avait triomphé de la foi, si l’amour avait transcendé les croyances. Récemment, je suis allé à Chiraz et ai fait la connaissance d’un couple franco-iranien qui avait choisi de s’installer dans cette ville pour être non loin du tombeau de Hafez. Ces dires ont aussitôt piqué ma curiosité et j’ai voulu en savoir plus. Lui était chrétien, elle, musulmane, et ils ont choisi de s’aimer par-delà leurs croyances respectives. « Hafez a placé l’amour au-dessus de tout, l’amour est plus fort que tout. » Ainsi, le soir, après leur travail, se retrouvent-ils souvent dans les jardins qui entourent le mausolée. Hafez était en quelque sorte devenu leur caution, leur guide spirituel. Ils m’ont ému.

    Alors que dans le récit de Chateaubriand, Aben-Hamet et Blanca, tout en étant éperdument amoureux l’un de l’autre, voient leur amour assujetti à une condition : l’un des deux devra se convertir !

    C’est pour cela que je préfère Hafez à Chateaubriand. Et ce n’est certainement pas un hasard si tous les soirs il y a tant de monde dans les jardins qui entourent le mausolée ; tous les amoureux aiment à s’y retrouver ! 😉

    Ahikar

  2. Christian Dousset le 4 juillet 2017

    Cher Ahikar,
    J’ai toujours grand plaisir à vous lire, d’autant que je souscris entièrement à votre point de vue concernant cette oeuvre: en effet, je considère comme vous que l’amour devrait l’emporter sur la foi sans que le reniement guette qui que ce soit.Remarque sans doute facile de la part de quelqu’un qui n’appartient à aucune confession. Mais, l’amour, pour être vrai, a-t-il vraiment besoin « d’être accompagné de la gloire »? Ne sent-on pas ici comme un souffle cornélien chez Chateaubriand?
    Enfin, je dois ajouter que mon compagnonnage avec ce texte date de quelques années puisqu’il était l’un des outils de « dégustation littéraire » offert à des élèves de collège dans leur découverte de l’Andalousie.
    En tous cas, merci à vous pour la richesse de votre réflexion et…à Chateaubriand, qui nous permet cet échange.
    Bien amicalement.
    Christian

  3. Aurore le 1 mai 2018

    Envoûtant tant le texte que la voix qui l’interprète. Merci pour ce partage

  4. Gaëlle le 6 juillet 2019

    Che Christian, votre lecture passionnée, en particulier quand Aben-Hamet visite avec Bianca l’Alhambra, est une véritable invitation au voyage ! Je vous remercie de m’avoir fait découvrir ainsi ce texte, et je me dis que je n’aurai su l’apprécier autant en lisant simplement le texte.

  5. Christian Dousset le 9 octobre 2019

    Merci Aurore, il est toujours très gratifiant de partager de telles oeuvres et… désolé pour le retard.

  6. Christian Dousset le 9 octobre 2019

    Chère Gaëlle,
    Il était important pour moi d’essayer de donner ma vibration personnelle à ce texte pour célébrer un lieu que j’affectionne particulièrement. Mes différents passages sur la « colline rouge », tant à titre personnel que professionnel, m’ont amené à goûter le charme mystérieux de ce site.
    En tous cas, merci d’avoir pris le temps de ce chaleureux commentaire.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.