Page complète du livre audio gratuit :


COURIER, Paul-Louis – Pamphlet des pamphlets

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 2h 34min | Genre : Discours


Paul-Louis Courier

Paul-Louis Courier (1772-1825), redoutable polémiste et admirable styliste de la langue française, quoique peu lu, est un des grands noms de notre littérature. Né à Paris en 1772, d’un père tourangeau, il fit de solides études classiques avant de s’engager dans une carrière militaire qu’il abandonna rapidement par esprit d’indépendance. Il se consacra alors à la traduction d’auteurs grecs puis mit sa plume acérée au service de sa révolte contre toutes les injustices : ses pamphlets le rendirent célèbre et lui attirèrent de nombreuses inimitiés. Il meurt assassiné en avril 1825, dans des circonstances qui demeurent mystérieuses.

« Courier est un grand talent naturel, qui a des traits de Byron, et aussi de Beaumarchais et de Diderot. Il a de lord Byron la promptitude à s’emparer de toutes choses qui pourraient lui servir d’arguments ; de Beaumarchais sa grande dextérité d’avocat ; de Diderot, la dialectique, et avec cela, il est si spirituel qu’on ne peut l’être davantage. » (Goethe, Conversations avec Eckermann, lundi 21 mars 1831)

« Laissez dire, laissez-vous blâmer, condamner, emprisonner ; laissez-vous pendre, mais publiez votre pensée. Ce n’est pas un droit, c’est un devoir, étroite obligation de quiconque a une pensée, de la produire et mettre au jour pour le bien commun. La vérité est toute à tous. Ce que vous connaissez utile, bon à savoir pour un chacun, vous ne le pouvez taire en conscience. […] Parler est bien, écrire est mieux : imprimer est excellente chose. » (Pamphlet des pamphlets)

Illustration : Portrait de Paul-Louis Courier, par Ary Scheffer.

> Écouter un extrait : Pamphlet des pamphlets.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Pamphlet des pamphlets, et autres.zip




> Références musicales :

Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser :
Les Giattes, danse limousine, interprétée par Lous Companhons de la Borreia (avec l’aimable autorisation de M. Nicolas Dubernard, président de Amicale Laïque – Saint Sornin Lavolps – Lous Companhons de la Borreia).



> Rechercher : 5. XVIIIe siècle, 6. XIXe siècle, Discours, , ,

 

Page vue 129 074 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

31 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahikar le 29 mars 2015

    Les œuvres de Paul-Louis Courier sont les moins lues de toutes celles publiées dans la prestigieuse collection de la Pléiade. En vous disant cela, je prends certes le risque que vous ne soyez guère tenté d’aller plus loin. Pourtant, si vous dépassez vos craintes, vous découvrirez un remarquable styliste à la plume acérée. Très proche du peuple, Paul-Louis Courier aimait accoler à son nom la mention « vigneron de la Chavonnière ». Il tenait toujours sa plume à la disposition des petites gens, et malheur à celui qu’il prenait pour cible.

    Avec son génie habituel, il ose même s’en prendre à Napoléon :
    « Parmi les causes d’accroissement de la population, il ne faut pas compter pour peu le repos de Napoléon. Depuis que ce grand homme est là où son rare génie l’a conduit, s’il eût continué de l’exercer, trois millions de jeunes gens seraient morts pour sa gloire, qui ont femmes et enfants maintenant ; un million serait sous les armes, sans femmes, corrompant celles des autres. Il est donc forcé, en toute façon, que le peuple croisse ; ainsi fait-il, ayant repos, biens et chevances, peu de soldats et point de moines. » (Lettre VI au rédacteur du Censeur, 1819)

    Une phrase m’a posé problème, que je ne parvenais pas à comprendre :
    « Son Caton, qu’était-ce qu’un pamphlet contre César, qui répondit très bien, ainsi qu’il savait faire, et en homme d’esprit, digne d’être écouté, même après Cicéron ? »
    J’ai écrit à Jean-Pierre Lautman, peut-être le meilleur spécialiste actuel de l’œuvre de Paul-Louis Courier, qui m’a très aimablement répondu :

    « Monsieur,
    Vous avez soulevé une difficulté qui ne se peut dissiper qu’au prix de conjectures.
    Conservons la seule qui paraisse sensée et nécessite quelque aménagement de lecture.
    « Son Caton, qu’était-ce qu’un pamphlet contre César, qui répondit très bien, ainsi qu’il savait faire, et en homme d’esprit, digne d’être écouté, même après Cicéron ? »
    Il faut entendre par cette phrase étrange ceci : « Son Caton, qu’était-ce sinon un pamphlet contre César, qui répondit très bien, ainsi qu’il savait faire, et en homme d’esprit, digne d’être écouté, même après Cicéron ? ».
    On sait qu’après la mort (exemplaire) de Caton d’Utique, Cicéron prononça un éloge de Caton, subterfuge pour s’en prendre à César (Cicéron était plus proche de Pompée) auquel ce même César opposa un anti-Caton. Ces deux textes ne nous sont pas parvenus. Courier suppose que le premier était certainement un pamphlet.
    J’espère avoir éclairé votre lanterne. […] »

    Pour ceux que le sujet intéresse Jean-Pierre Lautman est l’auteur d’une excellente étude :
    Paul-Louis Courier ou La Plume indomptée, CLD, Chambray-lès-Tours, 2001.

    Très bonne écoute à tous,

    Ahikar

  2. Ahmed le 30 mars 2015

    Cher AHIKAR ,

    Comme toujours , vous donnez le maximum pour éclairer l auditeur et le mettre en plein océan de cette littérature dont il faut des années pour l érudit même de commprendre …

    Merci infinement
    Ahmed

  3. Ahikar le 31 mars 2015

    Merci Ahmed pour votre commentaire qui me fait très plaisir.

    Amitiés,

    Ahikar

    « Je conseille à tous les Anglais qui aiment l’esprit français, l’esprit à la Voltaire, de rechercher curieusement les moindres opuscules de M. Courier. » (Lettre de Stendhal à M. Stritch, à Londres, du 24 décembre 1824.)

    « M. Courier est peut-être l’écrivain vivant qui connaît le mieux sa langue, toutes ses finesses et toutes ses délicatesses. […] M. Courier est peut-être l’homme de France qui, depuis Voltaire, a écrit le pamphlet avec le plus de piquant, de malignité et surtout avec une verve de plaisanterie qui ne permet jamais à son lecteur de ne pas pouffer de rire aux dépens du pauvre diable qu’il a entrepris de ridiculiser. » (Lettre de Stendhal à M. Stritch, à Londres, du 21 avril 1825.)

  4. Bruissement le 31 mars 2015

    Excellent! Excellent! Cher Ahikar, merci pour cette trouvaille! Courier parle d’or, et la vérité qui sort de ses paroles est délicieuse à entendre.
    Merci encore à vous, Ahikar, pour ces textes.

  5. Ahmed le 31 mars 2015

    Cher AKIHAR ,

    Depuis hien , j arrive pas à trouver les deux cortrespondances avec ces deux dates …

    Merci de m éclairer …

    Amitiés
    Ahmed

  6. Ahikar le 31 mars 2015

    Merci beaucoup chère Bruissement pour votre commentaire.

    Dites des choses insipides en vous aidant de belles phrases, et, avec un peu de chance, on vous décernera un prix ou épinglera sur la poitrine une belle décoration ; mais dites la vérité et vous connaîtrez Sainte-Pélagie !

  7. Ahikar le 31 mars 2015

    Bonjour cher Ahmed,

    Je m’excuse, mais je ne vois pas trop de quelles dates vous voulez parler ? Pourriez-vous préciser ?

    Bien amicalement,

    Ahikar

  8. Ahmed le 31 mars 2015

    Bonsoir Cher AHIKAR ,

    Merci infiniment .
    Ahmed

    (Lettre de Stendhal à M. Stritch, à Londres, du 24 décembre 1824.)
    Et
    Lettre de Stendhal à M. Stritch, à Londres, du 21 avril 1825.)

  9. Ahikar le 31 mars 2015

    Bonsoir cher Ahmed,

    Comme les liens ne répondent pas toujours, je vous conseille de procéder comme suis :

    Tapez dans votre moteur de recherche :

    Correspondance de Stendhal (1800-1842) – Internet Archive

    La Lettre de Stendhal à M. Stritch du 24 décembre 1824 se trouve à la page 346.

    La Lettre de Stendhal à M. Stritch du 21 avril 1825 se trouve à la page 368.

    Quelques liens :

    https://archive.org/details/correspondanced00stengoog

    https://archive.org/download/correspondanced02stengoog/correspondanced02stengoog.pdf

    Très heureux de vous rendre service.

    Amitiés,

    Ahikar

  10. Sandrine Seyller le 1 avril 2015

    Merci Ahikar pour cette lecture du Pamphlet des pamphlets qui illustre merveilleusement notre débat sur le forum concernant le texte Maintenant que je suis mort offert par Tiliak le Berbère. Tiliak semble toucher beaucoup de monde avec son court texte si bien mis en valeur par Bruissement.
    J’ai aussi été particulièrement sensible à la Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser qui me rappelle mon enfance et les plaisirs des bals populaires mais aussi l’ « après messe » du dimanche où nos pères, oncles et grands-pères égrenaient leurs souvenirs au bistrot autour d’un verre de vin blanc ou de Picon, s’emportant parfois lorsqu’ils en venaient à parler de politique ou d’affaires.
    Les femmes quant à elles allaient à la « première messe » de 8 h pour s’occuper à leur retour du repas dominical qui faisait le plaisir de toute la famille et qui aujourd’hui encore nous permet entre cousins germains de continuer à nous retrouver dans la maison familiale et de débattre parfois de manière houleuse mais respectueuse de tout et de rien…
    Merci donc pour ces belles découvertes que je partagerai avec mes cousin(e)s ;-)
    Amicalement,
    Sandrine

  11. Ahikar le 3 avril 2015

    Merci Sandrine pour ton commentaire. Tu as raison de rappeler que j’avais proposé cette lecture pour répondre à l’actualité du site. Qu’est-ce que la littérature ? Un petit écrit d’une feuille ou deux peut-il être de la littérature ? Pour ma part, la réponse est clairement oui : tout peut être littérature, comme tout peut être art. Une simple lettre de Kafka à sa compagnie d’assurances est de la littérature. Au nom de quelle sacro-sainte règle n’en serait-ce pas ? Ce sont toujours les conservateurs qui veulent enfermer l’art dans des règles très précises, alors que chaque nouvelle génération d’artistes les malmène et en crée de nouvelles. Un journaliste demanda un jour à Joyce : « Je n’ai pas bien compris ce que vient faire la phrase ‘La bonne entra’ à cet endroit ? » « C’est simple ! répondit-il. J’étais en train d’écrire quand la bonne est entrée. Alors je l’ai écrit. Pourquoi n’aurais-je pas le droit ? » Marcel Duchamp renverse un urinoir et l’appelle Fontaine. Pourquoi est-ce que tous ces grands artistes agissent ainsi ? Il me semble que la réponse est simple : ils étouffent sous les règles qu’on veut leur imposer, alors que l’art est liberté. Rien n’est de l’art, tout est de l’art, c’est à chacun d’en décider.

    Pour revenir à Paul-Louis Courier, celui-ci répond à ses détracteurs qui l’accusent de n’être capable que de produire de petits écrits insignifiants d’une page ou deux, que de tels écrits – aussi insignifiants soient-ils – ont parfois fait chuter des rois ou accablé de grands corps.

    « Que voulez-vous, mon cher monsieur, que voulez-vous mettre de bon sens en une misérable feuille ? Quelles idées s’y peuvent développer ? Dans les ouvrages raisonnés, au sixième volume, à peine entrevoit-on où l’auteur en veut venir. […] – Une feuille dis-je, il est vrai, ne saurait contenir grand’chose. […] (Pourtant) qu’est-il arrivé ? la raillerie, la fine moquerie de Pascal a fait ce que n’avaient pu les arrêts, les édits, a chassé de partout les jésuites. Ces feuilles si légères ont accablé le grand corps. Un pamphlétaire, en se jouant, met en bas ce colosse craint des rois et des peuples. »

    Très bonne soirée à tous,

    Ahikar

  12. Colina le 21 avril 2015

    Cher Anikar

    En prenant connaissance des lectures en cours,
    j’ai découvert avec plaisir que vous allez nous
    offrir « Le langage des oiseaux » .

    Vous avez la voix rêvée pour lire cet ouvrage !

    Un long travail dont je vous remercie à l’avance…

  13. Ahikar le 25 avril 2015

    Merci chère Colina pour votre commentaire et vos encouragements. J’ai toujours beaucoup aimé Le langage des oiseaux dont je possède plusieurs traductions. C’est un livre merveilleux que la traduction de Garcin de Tassy ne me semble pas trop trahir si l’on en juge d’après les critiques. Quant à la voix vous êtes plus optimiste que je ne le suis. Notre chère Carole, à n’en pas douter, serait la voix rêvée pour la version originale. ;)

    Amitiés,

    Ahikar

  14. Carole Bassani-Adibzadeh le 25 avril 2015

    Cher Ahikar,
    Si je devais vous accompagner en persan, soyez assuré qu’aucun audiolecteur ne parviendrait jamais jusqu’au Simorgh ;-) :)
    Cependant, si vous souhaitiez quelques illustrations sonores de texte original, et que vous soyez armé de patience, je réaliserais avec plaisir ;-) :)
    Bien amicalement,
    Carole

  15. Emile le 2 mai 2015

    Monsieur,

    Je tiens à vous féliciter pour votre lecture. Je n’ai en effet pas remarqué un seul mot qui différât du texte. Cela me paraissait important d’être souligné, car j’ai vite abandonné la lecture de Montaigne, où le lecteur se trompe souvent et ne se corrige jamais. Avec tout ce qu’on trouve maintenant sur Youtube un petit site comme le vôtre ne pourra perdurer qu’en misant sur la qualité et non la quantité. Continuez ainsi !

    Bonne route !

    Émile, professeur retraité.

  16. ahmed le 22 mai 2015

    Bonsoir Cher Ahikar ,

    Comment peut on télécharger ce titre :

    De l’authenticité des épigrammes de
    SimonideAmédée Hauvette-Besnault
    F. Alcan, 1896 – 160 pages

    Cordialement,
    Ahmed

  17. Ahikar le 23 mai 2015

    Bonjour cher Ahmed, :)

    Malheureusement, ce livre consacré à Simonide de Céos n’a fait l’objet d’aucun travail de numérisation, ce qui reflète bien quelque peu l’oubli dans lequel il est tombé. Pourtant, dans l’Antiquité, on disait que par sa profondeur d’esprit il égalait les plus grands, et sa renommée fut très grande.

    Simonide de Céos choisit en son temps de composer des épigrammes funéraires pour faire l’éloge des hommes et non plus des dieux. Quoi de plus naturel en effet que de faire l’éloge de héros tombés aux Thermopyles, à Salamine ou à Platées ! Tout le génie de Simonide aura consisté à faire paraître tout naturel ces éloges destinés aux hommes, alors qu’avec lui nous basculons du monde des dieux à celui des hommes. Et Simonide a si bien réussi que peu ont vu le penseur de génie dissimulé derrière cette œuvre. Si peu qu’il ne nous reste pratiquement plus rien de l’œuvre de Simonide.

    Ô passant, annonce aux Lacédémoniens que nous sommes ici étendus, pour avoir à leurs lois obéi.

  18. ahmed le 23 mai 2015

    Bonsoir Cher Ahikar ,

    Merci pour toutes ces informations et je vous souhaite du courage et santé.

    Toute réponse prend chez moi un intérêt particulier et j ai mis un dossier – Intitulé : AHIKAR …

    Cordialement,
    Ahmed

  19. ahmed le 28 mai 2015

    Cher Ahikar ,

    Pouuriez vous me communiquer chemin pour :

    OEUVRES COMPLTES DE NIETZSCHE?
    OEUVRES COMPLTES DE SCHOPENHAUER.
    Amities ,
    Ahmed

  20. Ahikar le 28 mai 2015

    Bonsoir cher Ahmed, :)

    Je veux bien vous aider pour un livre que vous n’êtes pas parvenu à trouver, mais pas sur des sujets aussi vastes. Chaque recherche me demande beaucoup de temps, je n’ai pas de baguette magique ! ;)

    Amitiés,

    Ahikar

  21. ahmed le 28 mai 2015

    Bonsoir cher Ahikar ,

    Seulement : oeuvres complètes sur ARCHIV ORG …
    Désolé. ( Peut être 5 volumes de chaque …)

    Amitiés

  22. ahmed le 4 août 2015

    Bonjour Cher AHIKAR ,

    Pourriez vous me communiquer le chemin pour avoir
    les 2 tomes et/ou volumes ARISTOTE :

    Traité de la génération des animaux.

    JULES SAINT HILAIRE BARTHELEMY.

    Cordialement,
    Ahmed

  23. Ahikar le 4 août 2015

    Bonsoir cher Ahmed, :)

    Traité de la génération des animaux; Aristote; tr. en français pour la première fois et accompagné de notes perpétuelles par J. Barthélemy-Saint Hilaire

    Éditeur : Hachette et cie ; Paris
    Date de publication : 1887

    Format : 2 v. (CCLXXXVIII-124, 553 p.) / 25 cm

    En téléchargement :

    [PDF]l’Hermeneia – documentacatholicaomnia.eu

    http://www.documentacatholicaomnia.eu/…/-384_-322,_Aristoteles,_La_propo...

    TRAITÉ DE LA GÉNÉRATION DES ANIMAUX, ARISTOTE. 1. L’HERMENEIA, TRAITÉ DE LA … 94. Plan de l’Herméneia Jules par Barthélemy-Saint-Hilaire …

    [PDF]1 TRAITÉ DE LA GÉNÉRATION DES ANIMAUX ARISTOTE …

    http://www.documentacatholicaomnia.eu/…/-384_-322,_Aristoteles,_La_gener...

    TRAITÉ DE LA GÉNÉRATION DES ANIMAUX, ARISTOTE. 1 … Traduction de Jules Barthélemy-Saint-Hilaire … Les œuvres complètes de saint Thomas d’Aquin.

    Sur Remacle :

    http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/generationintro.htm

    ——————–

    Au cas où vous seriez intéressé par Histoire des animaux d’Aristote, tomes 1 et 2 :

    https://archive.org/details/histoiredesanima01aris

    https://archive.org/details/histoiredesanima02aris

    Très bonne soirée, :)

    Ahikar

  24. ahmed le 4 août 2015

    Cher AHIKAR ,

    Merci infiniment pour votre aide et c est déjà fait…Mais comment télécharger ces deux volumes
    de 1887 .

    Cordialement?
    AHMED
    /*/
    Traité de la génération des animaux; Aristote; tr. en français pour la première fois et accompagné de notes perpétuelles par J. Barthélemy-Saint Hilaire

    Éditeur : Hachette et cie ; Paris
    Date de publication : 1887

    Format : 2 v. (CCLXXXVIII-124, 553 p.) / 25 cm

  25. ahmed le 4 août 2015

    Cher AHIKAR ,

    A Travers vos idées , j ai pu avoir les PDF sur ARCHIV ORG SAINT HILAIRE BARTHELEMEY LES DEUX TOMES .

    LE TOME 1 S ARRETE A LA PAGE 424 !!! Si pouviez voir le moyen de rechercher le Tome 1- complet .

    Désole dérangemlent.

    Ahmed

  26. Ahikar le 5 août 2015

    Bonsoir cher Ahmed, :)

    Pour Histoire des animaux d’Aristote, traduite en français et accompagnée de notes perpétuelles, par M. J. Barthélémy Saint-Hilaire. Paris, 1883. Tome 1.

    https://archive.org/details/histoiredesanima01aris

    Le PDF fait 596 pages (28, 6 Mo), et il est bien complet.

    L’œuvre en elle-même est précédée d’une longue préface et d’une dissertation sur l’authenticité et la composition.

    Page 314 (586 du PDF), il est bien écrit « FIN DU PREMIER VOLUME ».

    Amitiés, :)

    Ahikar

  27. ahmed le 5 août 2015

    Bonsoir Cher AHIKAR ,

    Voici l information et le titre est bien :

    TRAITE DE LA GENERATION DES ANIMAUX
    ———————————–

    OEuvres d’Aristote
    by Aristotle, Jules Barthélemy Saint-Hilaire

    https://archive.org/details/oeuvresdaristot01saingoog

    Cordialement,
    Ahmed

  28. Ahikar le 6 août 2015

    Bonjour cher Ahmed, :)

    Je ne comprends pas votre démarche. J’ai répondu à votre demande en vous communiquant les références de PDF complets et vérifiés. Vous me répondez en me communiquant une autre référence concernant un ouvrage qui n’a pas été scanné entièrement. Que puis-je y faire ? Ce n’est pas de mon ressort.

    Bonne journée, :)

    Ahikar

  29. ahmed le 6 août 2015

    Bonsoir CHER AHIKAR ,

    Dans ce cas , aucune possibilité …

    J attendais votre lecture du Sublime.

    Merci infiniment .

    Cordialement ,
    Ahmed

  30. Fabien le 16 août 2015

    Akihar,
    Découvrir ces textes, lus avec talent, est un réel plaisir. Merci.
    Fabien

  31. Ahikar le 16 août 2015

    Merci Fabien pour votre commentaire.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.