Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'FEUILLET, Octave - Monsieur de Camors' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Jean-Pierre Baillot le 29 juin 2015

    Je suis impressionné par la qualité continue de vos lectures, et ce malgré le nombre, l’épaisseur et la diversité des oeuvres que vous interprétez. Bravo Christine !

  2. Lyse le 30 juin 2015

    Chère Christine,

    Grand merci de nous offrir ce texte du « Musset des familles ».
    Grâce à vous, j’entame joyeusement mon été !

    Cordiales salutations

  3. Christine Treille le 30 juin 2015

    Lyse: je vous souhaite un excellent été et suis contente que vous le commenciez avec Louis de Camors. J’espère que vous aimerez ce mauvais sujet autant que je l’ai apprécié.

    Cher Jean Pierre, je suis profondément touchée par ce commentaire.
    J’essaie de varier les genres tant pour mon plaisir que le vôtre. Lire le théâtre, les romans du XIX, les philosophes du XX ou les contemporains est à chaque fois un vrai défi car on plonge dans des styles et des ambiances très différents mais c’est aussi une réelle satisfaction et si vous aimez alors je suis infiniment récompensée.
    Merci à tous les deux!
    Amitiés.

  4. Vincent de l'Épine le 1 juillet 2015

    Bonjour Christine,
    C’est amusant, je suis en train d’enregistrer « au temps de l’innocence » d’Edith Wharton, et « Monsieur de Camors » y est justement cité, par les membres de la bonne société new-yorkaise, comme un de « ces romans français licencieux » :-)
    Ce qui me donne grande envie de le découvrir… vous m’en donnez la possibilité, merci à vous !!!

  5. Christine Treille le 1 juillet 2015

    Ah! Quand la vie réelle se mêle à la fiction! Une sympathique coïncidence en effet.
    Licencieux…certes Monsieur de Camors n’est pas le modèle à suivre par les prudes américains de l’époque mais cet homme a son charme et j’espère que vous l’apprécierez autant que je l’ai apprécié!
    J’avais adoré « vos Wharton » et je suis impatiente de connaitre cette nouvelle oeuvre. A bientôt donc!
    Amitiés.

  6. Cocotte le 10 juillet 2015

    Moi aussi, j’ai bien aimé ce mauvais sujet de Camors, dans ce « roman licencieux ». Vous lui donnez une vie qui le rend bien séduisant.
    Je relève avec plaisir, dans ce roman, une belle phrase : « Il savait un gré infini aux hommes honnêtes qui avaient gouverné leur pays dans des jours difficiles, non seulement d’être sortis du pouvoir aussi pauvres qu’ils y étaient entrés, mais d’en être sortis les mains pures de sang. »
    Merci pour cette belle lecture.
    Cocotte

  7. Christine Treille le 21 juillet 2015

    Merci Cocotte! Je suis bien contente que vous ayez trouvé le Monsieur en question séduisant malgré ses défauts.
    Votre citation est très belle en effet mais je me demande à qui l’on peut l’appliquer à l’heure actuelle!
    Amicalement.
    Christine.

  8. Hélène JARLIER le 20 septembre 2020

    Bonjour Madame Treille,
    J’ai eu, une fois encore le bonheur de vous écouter lire. C’est un vrai plaisir d’entendre votre voix dire si bien les textes.
    Je vous remercie sincèrement, du temps que vous passez à enregistrer, pour que nous n’ayons que le plaisir d’écouter.
    Amicalement.
    Hélène Jarlier

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.