Page complète du livre audio gratuit :


GAULARD, G. – Sept Contes

Donneuse de voix : Orangeno | Durée : 51min | Genre : Contes


John William Waterhouse - Lady Clare 1900

Ces contes écrits par G. Gaulard datent du XIXème siècle. Tous plus douloureux les uns que les autres, ils possèdent cependant une morale. Certains personnages ont des histoires croisées, d’autres sont indépendantes.

- Diane, Prestaud, Rustaud et Boulotte,
- La mère Cadichon et ses quatre enfants,
- Coco le têtu,
- Porcinet et son cousin Marcassin,
- Histoire de Marcassin,
- Guilleri, histoire d’un cheval,
- Pelé, le sale.

> Écouter un extrait : Diane, Prestaud, Rustaud et Boulotte.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Sept Contes.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, Jeunesse, , ,

 

Page vue 10 895 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Pwarow Vinaigrette le 30 mai 2013

    Merci beaucoup à vous.

  2. emilieemilie le 16 mars 2015

    il faut vraiment que je vous aime Orangeno pour écouter des contes avec des animaux, car ce n’est vraiment pas mon fort.
    Mais je dois avouer que j’ai bien ri avec ces contes moraux horribles dont le but évident est de mettre les enfants sur le droit chemin. On devrait relancer ce type d’ouvrages et de morale en les remaniant un peu, du style: « le petit cochon qui ne voulait pas se laver fût dévoré par un zombie.

    En tous les cas merci Orangeno. Au plaisir de vous retrouver!

  3. Antoine le 6 avril 2015

    Je viens de me réserver une petite lecture et je suis très émus de retrouver encore à mon age tous ce beau monde, de gens de bon aloi au travers de ces contes; Tout autour de moi. Une véritable lecture qui nous projette directement dans le monde du vivant. Un véritable plaisir comparable et même identique sinon plus, à une bonne musique classique. Encore merci aux lecteurs et aux écrivains pour leurs talents.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.