Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'GRIMM, Frères - La Chouette' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

12 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahikar le 28 novembre 2013

    Ah ! chère Bruissement, je vous savais poète, je vous découvre suffragette ! :)

    « La peur a fait de vous des femmes » est devenu « La peur a fait de vous des mauviettes. »

    Mais les frères Grimm ont bien employé le mot « Weib » qui est un terme plutôt péjoratif pour désigner une femme, et que l’on pourrait traduire par « bonne femme ».

    Peut-être me direz-vous si la substitution était volontaire ?

    Merci encore pour cette très belle lecture.

    Ahikar

    (Pour info : J’ai encore vu, clouée, la Dame blanche, sur les portes d’une grange, au tout début des années quatre-vingt, dans la région de Mézières-en-Brenne.)

  2. Bruissement le 28 novembre 2013

    Que dire? cher Ahikar si attentif aux détails…me voilà découverte et je plaide coupable.
    Cela m’ennuyait vraiment d’avoir à dire: « la peur a fait de vous autant de femmes »….car en certaines circonstances (mais peut-être pas celles du texte à vrai dire) les femmes peuvent se montrer nettement plus courageuses que les hommes…
    De plus ce texte étant destiné à des enfants il m’est apparu qu’on pouvait en la matière tenir un peu compte des directives ministérielles touchant l’éducation, à savoir ne point trop faire croire aux filles qu’elles ont tendance à avoir peur (elles s’en apercevront assez vite à la vue d’une araignée) et de ne point trop faire accroire aux garçons qu’ils sont nés courageux (ils seraient trop déçus dès la vue de la première seringue)
    Et voilà comment le terme de « mauviette » m’a semblé mieux convenir ;)
    Mais c’était sans soupçonner jusqu’où pouvait aller la perception méticuleuse des détails de notre cher Ahikar

    Quant à ce que vous avez vu à Mézières-en-Brenne, voilà qui est quand même étonnant dans les années 80!!!

  3. Shmuel R le 28 novembre 2013

    Chouette lectureMerci Bruissement, je vous chouhaite une bonne continuation.

  4. Bruissement le 28 novembre 2013

    Grand merci Shmuel;)

  5. Philippe Aucazou le 2 décembre 2013

    Ce qui est ennuyeux dans le choix de traduire « Weib » par « mauviettes », c’est qu’on ne comprend pas ensuite pourquoi la foule dit à l’ancien soldat de se comporter « en homme ». L’opposition des deux termes perd toute efficacité dans cette traduction. Il est regrettable de falsifier le texte par pure idéologie…

  6. Bruissement le 2 décembre 2013

    C’est vrai, l’opposition des deux termes avait quelque intérêt et je n’aurais pas dû falsifier le texte. Vous avez raison.
    Pourtant on peut dire « conduis-toi en homme » en prenant « homme » dans son acception générique sans pour autant traiter les peureux de « femmes ».
    Quand il arrive aux hommes d’avoir peur comme c’est le cas dans le texte, qu’ils assument sans se défausser sur leurs compagnes….en quelque sorte quand ils ont peur, ils ne sont plus eux-mêmes, ils descendent au rang de femmes!!!
    Je persiste à penser que « mauviettes » eût été plus judicieux et moins injurieux pour le sexe dit « faible » car il ne l’est pas tant que cela. :)

  7. Philippe Aucazou le 2 décembre 2013

    Comprenez-moi, je ne conteste pas votre idée en elle-même, et vous avez raison de dire que les femmes sont, souvent ou parfois, qu’importe, plus courageuses que les hommes, mais ce n’est pas vous qui avez écrit le texte. ;-)
    Sinon, on pourrait corriger tous les textes qui ne nous plaisent pas sous ce prétexte. Et il y aurait de quoi faire !
    Cela dit, je tiens à ajouter à mon précédent commentaire que j’apprécie beaucoup vos lectures. :-)

  8. Bruissement le 2 décembre 2013

    Eh! bien la chose est entendue!
    Je ne me permettrai plus de corriger quelque texte que ce soit!
    Je vous remercie ainsi que Ahikar de m’avoir ouvert les yeux sur le sujet. :)

  9. Shmuel R le 2 décembre 2013

    Il me semble que, dans le cas des traductions, c’est non seulement un droit mais peut-^^etre meme un devoir de la part des donneurs de voix de corriger les tournures maladroites et les contre-sens des traducteurs. Par exemple, l’expression : « regarder au visage », que nous rencontrons dans touts les traductions de l’anglais du XIXème siècle me para^^it à éviter au profit de la formule : « regarder en face ». Dans le cas de textes originaux, il semble que le DDV devrait toujours respecter le texte à la lettre, sa liberté pouvant s’exprimer par l’intonation et la vitesse de la lecture. Merci, quoi qu’il en soit.

  10. Bruissement le 3 décembre 2013

    Du point de vue d’une traduction, je suis bien d’accord avec vous Shmuel tout en réduisant au minimum ce genre de liberté et en ne l’appliquant que pour des textes un peu anodins comme les contes (pour une traduction biblique, par exemple mieux vaut s’en tenir à la traduction choisie).
    Dans le cas de la Chouette il s’agissait du texte même de l’auteur, j’en ai bien conscience.

    Je vous souhaite une excellente journée Shmuel :)

  11. Ricardo Anton y Sopena le 26 avril 2020

    Bonjour,

    Je voulais demander d’où vient la musique qui sert de pont entre les dialogues. Elle ne m’est pas inconnue.

    C’est dingue aussi que les villageois croient que l’on peut effacer une infamie avec des deniers, publics en plus.

  12. Bruissement le 26 avril 2020

    Bonjour Ricardo,
    Il s’agit de la « Pie Voleuse » de Rossini.
    Pour info, les références musicales d’une lecture sont toujours données. Pour les consulter il suffit de cliquer sur la phrase en gras:
    « ..Voir la page complète de ce livre audio.. »

    Je vous remercie pour votre commentaire.
    J’avoue ne pas avoir compris de quelle infamie vous vouliez parler…
    Quant aux deniers publics ils ont été dépensés avec l’accord des représentants du village pour compenser la perte d’un bien qui devait être brûlé pour, selon eux, délivrer les habitants d’un grand danger… il arrive dans la vie réelle, que nos deniers publics soient plus mal utilisés…

    Bien amicalement

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.