Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'MÜLLER, Wilhelm - Voyage d'hiver (Cycle de 24 poèmes)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Christophe le 20 mars 2021

    Voilà quelque chose de bien intéressant, merci beaucoup pour cette lecture!
    (Il me semble que Schubert est mort à 31 ans, c’est effroyablement jeune).
    Christophe

  2. Alain Degandt le 20 mars 2021

    Merci Christophe pour votre aimable commentaire et pour avoir signalé cette regrettable erreur de ma part ! Schubert, hélas, trois fois hélas, est bien décédé à l’âge de 31 ans, et non de 41 ans (ce qui aurait été encore bien trop, trop jeune).Je vais me tourner immédiatement vers notre bonne fée Christine S., qui, je l’espère, comme à l’accoutumée, pourra réaliser pour nous un de ces petits miracles dont elle a le secret… et corrigera mon erreur. Merci encore et très bonne journée à vous. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  3. Sautillant le 20 mars 2021

    Alain DEGANDT… Bonjour…

    Je découvre les paroles de ce  » Winterreise  » de SCHUBERT tant de fois écouté… dans de nombreuses versions… L ‘ emotion… l’ etreinte… de la musique… du chant… me faisaient sentir… ressentir… tout ! Ce retour aux mots donne forme à ces contours… C ‘ est de la belle poésie !… sobre dans son lyrisme… une cllection de vignettes qui sont autant de clous qui se plantent dans le coeur du voyageur… oui … vous le dites tres bien dans la presentation… un voyage qui n’ avance guère… un ressassement… Beaucoup beaucoup de nous l ‘ ont fait ce voyage… et c’ est avec emotion et un peu d ‘ amusement qu’ on se le remémore… plus tard…
    Votre lecture et la mise en forme que vous avez réalisée sont réussies… Un nostalgique moment que je conseille vivement…

    Felicitations et cordial salut…

  4. Alain Degandt le 20 mars 2021

    Ça y est, notre chère Christine a corrigé mon erreur ! Un grand merci à elle😊👍👌😉!

  5. Alain Degandt le 20 mars 2021

    Merci Cher Sautillant pour votre très beau et riche commentaire, qui me touche beaucoup. Le chef-d’œuvre de Schubert m’accompagne très souvent, dans différentes versions, tout comme le Chant de la Terre de Mahler ou les Sonates pour violoncelle de Bach… entre autres. La musique et la poésie sont de très précieux et indispensables compagnons, tout au long du voyage qu’est la vie. À mon tour de vous adresser mon cordial salut.

  6. Ahikar le 23 mars 2021

    Merci Alain pour cette belle mise en ondes et votre belle traduction!

  7. patty le 23 mars 2021

    quelle belle plongée dans le monde des poètes allemands, certes légendaires par leur mélancolie le plus souvent, mais soudain un autre arrive, étincelant, rempli d’une lumière éclatante!!!
    La déesse musique les accompagne ici, par votre arrangement, nous communiquant harmonie, espérance et joie. La corde du coeur a vibré sans nul doute.
    Bravo, mille bravo.

  8. Fraise_Sauvage le 23 mars 2021

    Comme Patty a déjà tout dit, je n’ai qu’à joindre ma voix à la sienne.
    Merci pour ce beau moment cher Alain.

    Votre belle voix et vos interprétations mettent vraiment en valeur tout ce que vous avez la générosité et la gentillesse de nous offrir. C’est un régal, à chaque fois !

    J’ai vu que vous allez enregistrer L’Histoire d’un ruisseau et m’en réjouis à l’avance !

    Au plaisir de vous entendre bientôt alors :-)

    Portez-vous bien et, dans la mesure du possible, profitez du printemps.
    Bien amicalement
    Fraise

  9. Alain Degandt le 25 mars 2021

    @ Ahikar :

    Merci Ahikar pour votre commentaire élogieux. Je suis particulièrement sensible à votre bonne appréciation de ma traduction. C’est un exercice qui me passionne, en simple amateur toutefois. Celle-ci m’a accompagné pendant une bonne dizaine d’années (!) et j’ai « vingt fois sur le métier » remis mon ouvrage, tâchant de faire au mieux pour respecter l’oeuvre de W. Müller et sa vision poético-romantique, en privilégiant, par certains de mes choix, plutôt l’esprit que la lettre, tout en préservant la musicalité de ses vers.
    Bonne journée. Bien amicalement,
    ALAIN D.

  10. Alain Degandt le 25 mars 2021

    @ Patty :
    Un grand merci, Patty, pour votre très beau et très sensible commentaire, qui m’encourage à persévérer. Même s’il est incontestable, je pense, de dire que Schubert a transcendé la poésie de W. Müller, je trouve qu’il est injuste de qualifier ce dernier, de façon méprisante, de « poète mineur » (certains ont même fait à Schubert le reproche « d’utiliser » de tels poètes pour les paroles de ses lieder). En effet, malgré quelques naïvetés, quelques facilités peut-être et un pathos plutôt exacerbé, il me semble que ce cycle de 24 poèmes atteint une profondeur qui sait toucher au coeur, par ce qu’elle exprime de notre condition humaine. Merci également d’avoir apprécié l’harmonie qui, dites vous, se dégage de cet ensemble. A très bientôt, j’espère, sur L.A.. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  11. Alain Degandt le 25 mars 2021

    @ Fraise-Sauvage :
    Merci, Chère Fraise-Sauvage, pour la chaleureuse fidélité que vous portez à mes lectures… Je suis on ne peut plus heureux de vous avoir, selon vous, régalée ! J’ai programmé deux nouvelles lectures sur le site, et j’avoue qu’il y en a même plusieurs autres (pour l’instant, « en off »…), mais je serai ravi de commencer par « Histoire d’un ruisseau », d’Elisée Reclus, un magnifique ouvrage sur les rapports entre l’Homme et la Nature, un très beau plaidoyer pour le respect et la préservation de celle-ci, et un éloge très lyrique de l’eau, cette irremplaçable et fragile richesse pour la planète, la Vie et l’humanité. Ecrit au XIXème siècle, il est d’une criante actualité. De plus, il est écrit par un scientifique (géographe) doué d’un très beau style d’écriture, clair, précis, élégant et magnifiquement descriptif.
    Je vais suivre votre conseil et profiter de ce début de printemps, qui voit déjà se pointer les feuilles des fraisiers (sauvages et « domestiques »), malgré les températures matinales encore négatives : « - Gare aux oreilles gelées, petites téméraires ! »… Bien cordialement,
    ALAIN D.

  12. Sautillant le 26 mars 2021

    Bonjour…

    Au sujet de votre réponse à PATTY… j ‘ ai été au contraire très surpris par l’ absence d ‘ épanchements… dangereux !…  » E periculoso… de s’ épancher.. 🙄 ( scusez moi !)… Comme je vous le disais l ‘ autre jour j’ ai trouvé l ‘ expression des sentiments des plus sobres tout en étant parfaitement émouvante… » Les trois soleils  » est peut-être légèrement precieux mais… BAUDELAIRE a fait « pire » dans son poème  » Les yeux  » ! 🤫… Ah ah… et si c ‘ était votre traduction ! Il arrive que des traductions soient meilleures que l ‘ original ! Peut-être est-ce le cas ?!
    J’ ai vu que vous étiez en train d ‘ enregistrer un texte de Joe BOUSQUET qui vient de passer dans le domaine public et je vous remercie de cette belle inspiration ! J’ ai lu quelques textes de lui… pas celui que vous annoncez… et c ‘ est un ecrivain admirable… qui a su sublimer le triste destin de son corps par l’ ascension de l ‘ esprit… Me fait plaisir aussi  » L’ histoire d ‘ un ruisseau « … qui stagne dans le capharnaüm de ma…  » bibliothèque  » depuis si longtemps… le titre m’ avait invinciblement attiré… quel joli mot… ruisseau ! Et quel emerveillement d ‘ en rencontrer un en chemin !
    Et les fraises des bois aussi !

    Mon cordial salut !

  13. Alain Degandt le 26 mars 2021

    Bonjour Sautillant (… un sautillant « - Bonjour ! »). Je partage entièrement votre point de vue sur les dangers de l’épanchement (et de l’eau de rose, qui tourne souvent en eau de boudin). Tout à fait d’accord aussi pour m’associer à votre éloge de Joë Bousquet, dont j’ai programmé la lecture sur L.A. de « Iris et petite fumée », ouvrage que je ne connaissais pas et que j’ai découvert sur Wikisource, à l’occasion de l’entrée dans le domaine public de l’oeuvre de cet auteur vraiment admirable. J’ai hésité avec la lecture de « Lettres à Poisson d’Or », mais ça sera peut-être pour plus tard. Pour Reclus, « L’Histoire d’un ruisseau » sera peut-être suivie de « L’Histoire d’une montagne »… à moins que ma prochaine lecture à être publiée sur L.A. soit « L’Histoire du soldat », de Ch-F Ramuz, sur laquelle j’ai déjà commencé à travailler. « Moralité » : – Oh, là là, QUE D’HISTOIRES ! Mon cordial salut en retour !
    AlDeg

  14. Pomme le 27 mars 2021

    Bravo, Alain. Voilå enfin de la poésie lue sans lenteur excessive, naturelle. Portée par une douce mélancolie, parmi les larmes gelées ou brûlantes, telle la dernière feuille de l’arbre qui va se détacher, s’envoler un petit peu, puis retomber, ou bien comme ce vieillard vielleux un peu désabusé mais qui continue sa route et sa musique. J’ai beaucoup apprécié l’ensemble de ces courts poèmes, des musiques, des bruitages. Merci, Alain.

  15. Alain Degandt le 29 mars 2021

    Un grand merci à vous, Chère Pomme, pour votre message si chaleureusement élogieux, qui me touche profondément. Merci aussi, bien sûr, pour toutes vos belles lectures, toujours variées, bien choisies et magnifiquement lues. Je vous adresse toute ma cordiale amitié en retour et, foin des rigueurs de l’hiver, je vous souhaite un beau printemps, « plein d’oiseaux et de fleurs »(comme le chantait Charles Trénet)et, surtout, porteur d’espoir !
    ALAIN D.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.