Page complète du livre audio gratuit :


POE, Edgar Allan – Le Mille et deuxième conte de Schéhérazade

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Poe Scheherazad

Après La Mille et deuxième nuit de Théophile Gautier (1897), Le Veuvage de Schéhérazade de Régnier (1928), voici une troisième suite Le Mille et deuxième conte de Schéhérazade d’Edgar Poe (1887).

« « Ma chère sœur, » dit-elle à la mille et deuxième nuit, (je cite ici littéralement le texte de l’Isitsoornot) « ma chère sœur, maintenant qu’il n’est plus question de ce petit inconvénient de la strangulation, et que cet odieux impôt est si heureusement aboli, j’ai à me reprocher d’avoir commis une grave indiscrétion, en vous frustrant vous et le roi (je suis fâchée de le dire, mais le voilà qui ronfle — ce que ne devrait pas se permettre un gentilhomme) de la fin de l’histoire de Sinbad le marin. Ce personnage eut encore beaucoup d’autres aventures intéressantes ; mais la vérité est que je tombais de sommeil la nuit où je vous les racontais, et qu’ainsi je dus interrompre brusquement ma narration — grave faute qu’Allah, j’espère, voudra bien me pardonner. Cependant il est encore temps de réparer ma coupable négligence, et aussitôt que j’aurai pincé une ou deux fois le roi de manière à le réveiller assez pour l’empêcher de faire cet horrible bruit, je vous régalerai vous et lui (s’il le veut bien) de la suite de cette très remarquable histoire. » »

Traduction : Félix Rabbe (1840-1900).

NB : Les allusions du récit de Simbad sont plus faciles à comprendre si l’on se reporte aux notes 7 à 36 qui suivent la version texte. Exemples :
« Un autre avait la faculté de changer les métaux vulgaires en or, sans même les surveiller pendant l’opération. » [27] La note nous  renseigne : « L’électrotype. »
« Un autre était doué d’une telle délicatesse du toucher, qu’il avait fait un fil de métal si fin qu’il était invisible. » [28] La note explique : « Wollaston fit avec du platine pour le champ d’un télescope un fil ayant un quatre-vingt-dix millième de pouce d’épaisseur. On ne pouvait le voir qu’à l’aide du microscope. »

Le Mille et deuxième conte de Schéhérazade.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, , ,

 

Page vue 5 056 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.