Page complète du livre audio gratuit :


PUCCIANO, Pauline – L’Homme de la rue

Donneuse de voix : Projet collectif | Durée : 31min | Genre : Théâtre


Nicolas Toussaint Charlet - L'Homme à la besace

Au coin d’une place, Saint-Lazare, Duroc, Fille-du-Calvaire et Jaurès luttent, chacun à sa manière, contre le froid, l’ennui et la tentation de la Mort. Cette dernière, toute en ailes noires et bas résille, leur soumet une idée : si Saint-Lazare tue Jaurès, il pourra aller en prison et sortir de la rue.

Illustration : Nicolas Toussaint Charlet, L’Homme à la besace (XIXe).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Partie 1.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Partie 1.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Partie 2.mp3



Donneurs de voix ayant participé au projet, par ordre de leur entrée en scène :

Saint-Lazare : Gustave,

Duroc : Lemoko,

La Mort : Christiane-Jehanne,

Fille-du calvaire, didascalies : Pauline Pucciano,

Jaurès : DanielLuttringer,

Nation : Vincent de l’Épine.



> Références musicales :

Tango, de Philippe Guerrieri, avec son aimable autorisation.

Estryma, de Daniel Luttringer, avec son aimable autorisation.

Merci à eux tous pour leur disponibilité et leur patience !


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Théâtre, , , , , , ,

 

Page vue 5 635 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Sarah le 18 février 2018

    Chère Pauline, votre pièce et la mise en scène m ont beaucoup plues ! On sent que vous maîtrisez la langue ! Et vous maîtrisez l écriture ; cela m a touché aussi! Réellement ! La transmission des émotions est réussie ! Surtout beaucoup de fraîcheur : j ai apprécié vraiment la représentation de la « mort » ! L idée est superbe ! Il faut dire que vous avez choisi d excellentes voix pour interpréter les différents rôles ! Bravo ! À tous … Chère Pauline ! Vous avez du talent , continuez à écrire, & nous serons charmés de vous lire ou écouter… Merci à vous tous pour le temps et la peine que vous vous donnez pour partager avec nous Généreusement ! Les divers richesses littéraires du monde… Je vous suis à tous très reconnaissante et je vous souhaite à tous d excellents moments ! MERCI! Bonne continuation… Sarah

  2. Pauline Pucciano le 18 février 2018

    Merci à vous Sarah… Vous avez raison, j’avais avec moi d’excellentes voix. Manipuler ces voix amies, les mixer, organiser leur dialogue, était d’ailleurs très amusant. Un seul regret : qu’il n’y ait pas eu plus de rôles, pour demander à d’autres donneurs de voix de participer…

  3. Georges le 19 février 2018

    Bof! Bof! D’accord c’est très bien lu, rien à redire là-dessus. La mise en scène est parfaite. L’auteure a aussi une grande facilité pour écrire, mais ce n’est pas suffisant. On n’écrit plus comme ça à notre époque, on dirait une histoire écrite au XIXe, presque du Charles Nodier où la mort vient discuter avec tous les protagonistes.

  4. DanielLuttringer le 19 février 2018

    « On n’écrit plus comme ça à notre époque, on dirait une histoire écrite au XIXe » : mais c’est plutôt un compliment çà, Georges !

  5. Georges le 19 février 2018

    Désolé, mais pour moi ce n’est pas un compliment. L’auteur a de la facilité pour écrire, c’est évident, mais rien de bien original à dire. Alors, dans ce cas-là, on imite les Anciens, c’est bien connu.

  6. Pauline Pucciano le 19 février 2018

    Bonjour Georges. Vous n’avez pas tort sur le fond – ce petit texte est sans prétention, croyez-le bien. Je pensais qu’il pourrait aisément se prêter, par son format court, son thème moral et sa facilité, à un spectacle scolaire au collège ou au lycée, par exemple. Il m’arrive souvent d’écrire pour la jeunesse…J’aurais sans doute dû le préciser.

  7. ShmuelR le 19 février 2018

    Merci Pauline et merci à tous les ddv. Effectivement, aujourd’hui, on n’écrit plus comme ça et c’est bien dommage. Le thème de la pièce me rappelle « Oncle Archibald » de Brassens :
    Lors mntant sur ses grands chevaux
    La Mort sortit la grande faux
    D’agronome
    Qu’elle tenait dans son linceul
    Et faucha d’un d’un seul
    Le bonhomme

    Comme il n’avait pas l’air content
    La Mort lui dit :
    Ca fait longtemps
    Que je t’aime
    Et notre hymen à tous les deux
    Etait prévu de puis le jour de
    Ton baptème

  8. Pauline Pucciano le 20 février 2018

    Ah, cher Shmuel… Voici un Georges cher à mon coeur !

  9. Benoît le 21 février 2018

    C’est le premier texte que je découvre de l’auteure. J’étais déjà conquis par sa voix. Son texte a bien sa place ici, d’autant qu’il est très bien lu pas les autres donneurs de voix. Merci

  10. Selliez vandernotte le 22 février 2018

    Bonjour Pauline,
    merveilleux moment passé à écouter cette petite pièce, originale, riche et touchante, si bien écrite et très bien interpretée.
    Merci et…encore !!
    Michel

  11. Pauline Pucciano le 22 février 2018

    Merci Michel et Benoît pour vos aimables commentaires !

  12. monsieur COIGNE le 26 février 2018

    Bonjour Pauline et à tous les DDV,
    Vraiment je rejoins Benoît.
    C’est également la première oeuvre que j’entends de vous Pauline.
    Et quelle interprétation collective !
    Ce fut réellement un plaisir.
    Pour moi, le thème ne m’a pas du tout dérangé,
    et effectivement, cela peut nous évoquer aussi Georges BRASSENS.
    Un petit détail:
    ou alors j’ai mal suivi,
    ou alors ai-je bien remarqué:
    au tout début de l’arrivée de JAURES, il n’avait pas tout à fait
    la même voix que par la suite.
    Mais certes j’ai bien fini par reconnaître le timbre de Daniel.
    Vous avez vraiment toutes et tous très bien joué.
    Et Pauline, je ne manquerai point d’aller visiter
    d’autres écrits de vous.
    Félicitations !
    Daniel

  13. Pauline Pucciano le 1 mars 2018

    Au nom de toute l’équipe, merci beaucoup !

  14. Mart le 10 mars 2018

    Sympa cette piece :)

  15. Pauline Pucciano le 11 mars 2018

    Merci Mart !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.