Page complète du livre audio gratuit :


SUE, Eugène – Les Mystères de Paris (Livre 05)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 5h 38min | Genre : Romans


Les Mysteres de Paris L5.gif

Le début de la cinquième partie : « Le jour de l’enlèvement de Fleur-de-Marie par la Chouette et par le Maître d’école, un homme à cheval était arrivé, vers dix heures du soir à la métairie de Bouqueval, venant, disait-il, de la part de M. Rodolphe, rassurer madame Georges sur la disparition de sa jeune protégée, qui lui serait ramenée d’un jour à l’autre. Pour plusieurs raisons très-importantes, ajoutait cet homme, M. Rodolphe priait madame Georges, dans le cas où elle aurait quelque chose à lui demander, de ne pas lui écrire à Paris, mais de remettre une lettre à l’exprès, qui s’en chargerait.
Cet émissaire appartenait à Sarah.
Par cette ruse, elle tranquillisait madame Georges et retardait ainsi de quelques jours le moment où Rodolphe apprendrait l’enlèvement de la Goualeuse.
Dans cet intervalle, Sarah espérait forcer le notaire Jacques Ferrand à favoriser l’indigne supercherie (la supposition d’enfant) dont nous avons parlé.
Ce n’était pas tout… »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Les Mystères de Paris (Livre 05).zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 1 659 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

10 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Marie le 17 juillet 2019

    Bonsoir Monsieur Luttringer,
    Si je ne me trompe, vous voici arrivé à la moitié de la lecture des Mystères de Paris.
    Pour ma part, je télécharge fidèlement les nouvelles parutions au fur et à mesure de leur arrivée sur LA.
    Toutefois, j’attendrai la fin pour entamer l’écoute.
    N’y voyez cependant aucune incitation à vous presser. J’attendrai patiemment la suite en profitant de vos autres lectures.
    Avec tous mes remerciements,
    Marie

  2. DanielLuttringer le 18 juillet 2019

    Je vous en prie, Marie, si vous préférez patienter ! Hier Parraine, elle, s’amusait de cette ambiance « feuilleton ». Quant à moi, je vais poursuivre régulièrement (sans trop d’attente entre les tomes…).
    A bientôt !

  3. Serge Lusignan le 29 juillet 2019

    Cher Monsieur Luttringer,
    Je ne m’était jamais intéressé à E. Sue. Grâce à votre lecture agréable et intelligente du texte j’en découvre toute la beauté littéraire et la richesse du témoignage sur Paris au milieu du XIXe siècle. Étant mal voyant et ne pouvant lire, j’attends avec impatience les prochains livres.
    Avec toute ma reconnaissance
    Serge Lusignan
    Montréal

  4. DanielLuttringer le 29 juillet 2019

    Cher Serge du Québec, je suis honoré par vos mots et heureux de vous avoir fait faire cette découverte !
    En attendant le tome 6, je suis sûr que vous trouverez de quoi remplir vos oreilles aiguisées !

  5. Hirondelle le 31 juillet 2019

    Malheur ! Pour une fois j’ai été trop rapide (vous ne m’en voudrez pas de me faire accompagner par vous plus souvent qu’à mon tour) !
    Merci pour tous ces moments de bonheur, y compris les rires et larmes que les textes de cet auteur apparemment bien prolifique apportent…

  6. DanielLuttringer le 31 juillet 2019

    Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris le mot « malheur », chère Hirondelle, parce qu’apparemment vous êtes heureuse !

  7. Hirondelle le 31 juillet 2019

    ;) Dans ce cas-ci il est en quelque sorte synonyme d’impatience !

  8. DanielLuttringer le 31 juillet 2019

    Compris, Hirondelle ! On va essayer de sortir le tome 6 pour la semaine prochaine…

  9. Simanot Oleg le 2 août 2019

    Dommage, il y a a trop de longueurs , ca en devient lourd par moments.C
    ‘est l ancetre du bobo parisien Eugene Sue, enfin, c’est ce coté qui me gene. Sinon super lecture comme d’habitude, merci.

  10. DanielLuttringer le 2 août 2019

    Je vous en prie, Simanot Oleg, exprimez-vous librement !
    Je viens juste « d’attaquer » le tome 6…

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.