Page complète du livre audio gratuit :


VERNE, Jules – Les Indes noires

Donneuse de voix : Orangeno | Durée : 6h 28min | Genre : Romans


Jules Verne

Dans les houillières épuisées d’Aberfoyle en Ecosse, ne vivent plus que le vieux contremaître Simon Ford, sa femme et son fils. L’ancien directeur, l’ingénieur James Starr, reçoit chez lui à Edimbourg, dix ans après la fermeture des mines, un message de Ford : « Si Mr Starr veut se rendre demain aux houillières, fosse Dochart, il lui sera fait une communication de nature à l’intéresser… ». Quelques heures plus tard arrive une seconde lettre, non signée : « Inutile à l’ingénieur de se déranger, la lettre de Simon Ford étant maintenant sans objet. » Follement intrigué, James Starr part aussitôt pour Aberfoyle.
Au cours de la visite des anciennes galeries, des tentatives de meurtre et des phénomènes étranges se produisent. Cependant Simon Ford a bel et bien découvert un fabuleux filon ! Mais impossible de revenir ! On a rebouché l’entaille par où Starr, Ford, sa femme et son fils s’étaient glissés, ils sont enfermés dans la mine !

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Les Indes noires.zip




> Références musicales :

Butterfly Tea, Voices is the Deep, extrait de l’album Land of legend (licence Cc-By-Nc-Sa-2.0).

> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Aventure, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 19 914 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Robert le 29 novembre 2011

    Merci.

    « Follement intrigué, James Starr PAR aussitôt pour Aberfoyle. »

    part et non par

  2. Christine Sétrin le 29 novembre 2011

    C’est corrigé :)

    Merci, cher Robert !!!!!

    Ch.

  3. Robert le 29 novembre 2011

    De rien, chère Christine Sétrin !

  4. Robert le 30 novembre 2011

    Orangeno, bonjour ; j’aime votre voix fraîche, cristalline, transparente, presque enfantine, une voix de source comme est l’eau parfois, mais –– comment dire ? –– ce roman tire à la ligne.

  5. Didier Pilette le 1 décembre 2011

    Merci Orangeno pour m’avoir permis de connaitre ce livre. Grâce à vote voix si agréable, les aveugle , comme moi, vous apprécie et rend hommage à votre collaboration. Merci encore!

    Didier Pilette – México City.

  6. Lionel comte de 1001 nuit le 22 décembre 2011

    Merci beaucoup de nous narrer, avec votre douce voix cet ouvrage de Jules Verne.

  7. Chloé le 4 janvier 2012

    Quel bonheur de découvrir un site internet si riche. Je prend un plaisir à écouter ces récit le soir. Merci beaucoup.

  8. roland le 9 avril 2012

    belle lecture merci

  9. demi le 11 juillet 2012

    merci de m avoir fait découvrir ce roman inconnu
    lectrice de qualité!!!!

  10. laurent le 24 août 2012

    merci beaucoup , belle lcture

  11. Silvère le 18 septembre 2012

    Bravo pour cette lecture, c’est mon premier livre audio et j’en ressors convaincu!

    Très bonne lecture, suffisamment jouée pour nous plonger dans le livre et suffisamment neutre pour laisser faire notre imagination!

    Allez, un autre!

  12. Sternenfahrer le 14 mai 2013

    Merci, Orangeno, pour nous avoir fait découvrir avec vos enregistrements infatigables de l’oeuvre de Jules Verne multiples de ses romans de l’existence desquelles on n’avait rien soupçonnée, mais qui sont néanmoins, quant à la tension dans la narration, au même niveau que ses ouvrages les plus connues. D’ailleurs, toujours enchanté par votre voix claire, fraîche, et pourtant mesurée et réfléchie quand les passages l’exigent.

  13. stessie le 30 janvier 2014

    merci beaucoup mais c un peu long mais l’evluations sera facile merci

  14. sigrid le 12 février 2014

    Quelles agréables heures de lecture vous m’avez procurées.
    Merci Avez-vous une suggestion pour une autre lecture?
    Sigrid

  15. Léo le 19 juin 2014

    Ecellente lecture ! Merci beaucoup, votre voix est très agréable et on vous écoute avec plaisir.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.