Livres audio gratuits pour 'Belgique' :


MAETERLINCK, Maurice – Le Trésor des humbles

Donneuse de voix : Domi | Durée : 5h 27min | Genre : Essais


Maurice Maeterlinck, par Théo van Rysselberghe (1901)

Maurice Maeterlinck (1862-1949) est un poète, dramaturge et essayiste qui a été Prix Nobel de littérature en 1911.
Le Trésor des humbles est un ouvrage de 1896 réunissant 13 essais. Il est dédié à Georgette Leblanc, sa compagne durant 23 ans.

Le Silence : « Nous ne parlons qu’aux heures où nous ne vivons pas »
Le Réveil de l’âme : «…il y a des siècles parfaits où l’intelligence et la beauté règnent très purement, mais où l’âme ne se montre point. »
Les Avertis : « Nous vivons à côté de notre véritable vie et nous sentons que nos pensées les plus intimes et les plus profondes même ne nous regardent pas, car nous sommes autre chose que nos pensées et que nos rêves. »
La Morale mystique : « Dès que nous exprimons quelque chose, nous le diminuons étrangement »
Sur les femmes : « Au-dessus de nos têtes brille, au centre du ciel, l’étoile de l’amour qui nous est destiné ; et, toutes nos amours naîtront, jusqu’à la fin, dans les rayons et l’atmosphère de cette étoile. »
Ruysbroeck l’admirable : « Tout homme doit se rendre beau et divin pour obtenir la vue du beau et de la divinité. »
Emerson : « En vérité, ce qu’il y a de plus étrange dans l’homme, c’est sa gravité et sa sagesse cachées. »
Novalis : « Les hommes marchent par des chemins divers ; qui les suit et les compare verra naître d’étranges figures. »
Le Tragique Quotidien : « Il y a un tragique quotidien qui est bien plus réel, bien plus profond et bien plus conforme à notre être véritable que le tragique des grandes aventures. »e
L’Étoile : « Est-ce que l’homme grandit dans la mesure où il reconnaît la grandeur de l’inconnu qui le domine ; ou est-ce l’inconnu qui grandit en proportion de l’homme ? »
La Bonté invisible : « … c’est une chose que l’on n’aperçoit pas et sur laquelle personne n’a l’air de compter ; et cependant je crois que c’est l’une des forces qui conservent les êtres. »
La Vie profonde : « Il faut que tout homme trouve pour lui-même une possibilité particulière de vie supérieure dans l’humble et inévitable réalité quotidienne. »
La Beauté intérieure : « il n’y a rien au monde qui soit plus avide de beauté, il n’y a rien au monde qui s’embellisse plus aisément qu’une âme. »

> Écouter un extrait : Le Silence.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 881 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENKIN, Jean-François – L’Armoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 9min | Genre : Nouvelles


Jean-François Renkin

Neuf minutes émouvantes avec ce texte écrit sincèrement et simplement de Jean-François Renkin (1872-1906).

L’Armoire

« Un jour, au matin, la petite Jeanne de sept ans se réveilla avec une toux si mauvaise : elle râlait, et son visage était tout rouge. [...]

Une semaine après, on la portait en terre ! »

Illustration : Jean-François Renkin vers 1900.

L’Armoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 138 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERHAEREN, Émile – À l’Éden

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 19min | Genre : Nouvelles


À l’Éden

À l’Éden est un des Contes de minuit du poète Verhaeren (1855-1916) que l’on imaginerait bien accompagné de La Danse macabre du musicien Saint-Saëns (1835-1921).

« Le docteur était magnétiseur de profession. Il croyait au monde surnaturel qu’il faisait vivre au moyen d’incantations et de trucs. Outre le petit marmiton, l’ange habillé d’azur, le squelette blanc, la jolie Napolitaine, annoncés au programme et évoqués, chaque soir, devant le public, il lui était arrivé, dans ses expériences en chambre, de voir naître des visions inattendues, spontanées. Appelait-il quelqu’un, elles disparaissaient. Mais pour lui, pour seul, elles se faisaient obéissantes. Son plus faible appel les créait. »

Illustration : Gustav Bauernfeind, Théâtre de Munich (1879).

À l’Éden.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Page vue 1 254 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VAUTIER, Georges – La Fortune du cousin Jérôme

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 27min | Genre : Nouvelles


La Fortune du cousin Jérôme

Cette nouvelle au dénouement sacrificiel de Georges Vautier  (1842-1911) est parue dans la Revue des deux mondes en 1882.

« Il n’entendait pas, il ne retenait que les mots séduisants de gloire et de fortune. La fortune, il l’avait ; la gloire, il pouvait la conquérir. Il n’avait qu’à livrer son nom à un public qui venait de le réclamer, et un avenir brillant s’ouvrait devant lui, qui réalisait tous ses désirs, donnait satisfaction à tous ses goûts, le délivrait de la contrainte qu’il s’imposait depuis tant d’années ! N’était-ce pas Dieu lui-même qui, en lui prodiguant coup sur coup tant de faveurs inespérées, lui faisait connaître sa volonté, l’appelait à d’autres destinées ? Tout ce que la vie a de bonheurs vrais, de saines et fortes affections lui était offert : un foyer l’attirait où manquait un mari et un père, où il était certain de trouver une compagne honnête et fière, éprise de l’art qui le captivait, déjà unie à lui par le lien d’une victoire partagée, une compagne qui le comprendrait, l’encouragerait, lui inspirerait des chefs d’œuvre auxquels elle prêterait l’aide de son talent, à qui il apporterait, lui, la richesse, un nom en passe de devenir célèbre. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 844 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLOR O’SQUARR, Charles-M. – Le Musée des souverains – Le Rôle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 34min | Genre : Nouvelles


Le Musée des souverains

Deux nouvelles nouvelles de Charles-M. Flor O’Squarr.

Problème de Le Musée des souverains :

« Chaque année voyait s’augmenter la famille du changeur et chaque enfant rappelait d’une manière vivante un souverain d’Europe ou du Nouveau-Monde. »

Moralité de Le Rôle :

« La grande tragédienne n’a pas encore pardonné, et ne pardonnera probablement jamais, car une femme ne pardonne une infidélité que lorsqu’elle est assurée que ce n’était pas une préférence. »

Le Musée des souverains.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 439 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ISTA, Georges – Mademoiselle Séraphine

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Une confiserie parisienne en 1906

Georges Ista vous parle d’un corbeau dans la confiserie d’une petite ville…

Qui donc se  cache derrière la toujours souriante et bien aimée de tous Mademoiselle Séraphine ?

Illustration : Une confiserie parisienne en 1906.

Mademoiselle Séraphine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 549 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ISTA, Georges – Un début

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


Gavarni - Fourberies de femmes en matière de sentiment (1846)

Une fois de plus, l’humour de Georges Ista colore le conte Un début qu’il serait plus clair d’intituler « L’échec d’un aveu pourtant minutieusement préparé ».

« Pour la onzième fois, Gaston Menuisot recommençait le nœud de sa cravate. C’est qu’il ne s’agit pas de porter une cravate nouée en corde, lorsqu’on doit se jeter aux pieds d’une femme en criant : « Je vous aime ! »
Car Gaston avait décidé que c’était pour aujourd’hui. »

Illustration : Gavarni, Fourberies de femmes en matière de sentiment (1846).

Un début.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 480 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ISTA, Georges – Une audition

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Contes


Gavarni - Les Coulisses

Une audition est le douzième récit de Georges Ista sur notre site depuis un an.

« Serrée dans sa robe flambant neuve, en satin rose pailleté d’or, très courte du bas, très échancrée du haut, la petite Minouche attendait son tour, debout derrière un portant. Et tandis que ses yeux fixes regardaient, sans les voir, les planches poussiéreuses sur lesquelles elle allait se risquer bientôt, elle enfonçait ses ongles pointus dans ses paumes, d’un mouvement nerveux et convulsif, pour se calmer, pensait-elle.
Dans son dos, une voix éraillée chuchota :
- Eh ben, la gosse, on a l’trac ?
Non, je n’ai pas le trac ! répondit-elle, courageuse, un peu rageuse aussi. »

Illustration : Gavarni, Les Coulisses (1840).

Une audition.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 515 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Belgique :