Livres audio gratuits pour 'Emile Blémont' :


BLÉMONT, Émile – Ève exilée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Poésie


James Jacques Joseph Tissot - Adam et Ève expulsés du Paradis

Cueilli dans Les Beaux Rêves d’Émile Blémont cet assez long poème très hugolien donne la parole à Dieu justifiant la chasse du paradis terrestre de nos ancêtres :

Ève exilée (1909)

« Sans l’épreuve du mal, le bien n’existe pas ;
Ce que vaut la clarté, le saurais-tu sans l’ombre ?
On doit, pour se mouvoir dans l’espace et le nombre,
Accepter l’âpre effort, puis la loi du trépas.

Vous cherchiez mon secret et je vous le confie.
Ne soyez pas pour vous plus cruels que le sort ;
Fiers de l’amour fécond, ne craignez point la mort ;
Elle est la sœur paisible et sombre de la vie. »

Illustration : James Jacques Joseph Tissot, Adam et Ève expulsés du Paradis (1896-1902).

Ève exilée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 478 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Cinq Poèmes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Poésie


Carlo Brancaccio - Inondation à Paris (1910)

Une vingtaine de textes en prose d’Émile Blémont (1839-1927) ont déjà été bien accueillis ici. Il eût été dommage de ne pas connaître ses talents de grand poète auxquels Verlaine a rendu un vibrant hommage.

- En mémoire d’un enfant
- Pour les inondés
- Sur la plage
- Brumaire
- La Chanson de Marthe

viennent combler cette lacune.

Les récents inondés de France apprécieront la vérité de ces vers et l’appel à la solidarité :

« Les quais sont submergés, et les épaves roulent.
Les eaux montent ; les eaux, avec des fracas sourds,
Rompent les ponts massifs, dont les piliers s’écroulent.
Chaque obstacle rompu précipite leur cours.
[...]

C’est l’eau, c’est l’eau partout ! où fuir ? ô nuit perverse !
Le sol manque ; on marchait et l’on est entraîné.
La porte, la fenêtre éclatent ; l’eau renverse
La mère à moitié nue avec son nouveau-né.
[...]
Ceux-ci des escaliers ont enjambé les marches ;
Sur le toit, l’œil hagard, ils scrutent l’horizon ;
Mais le flot, charriant les madriers des arches,
Enfonce sous leurs pieds les murs de leur maison.
[...]
Donnez ! en vous privant de voluptés légères,
Vous rendrez à l’espoir bien des cœurs généreux ;
Donnez ! nulles douleurs ne nous sont étrangères.
Soyez bons ! vous serez plus dignes d’être heureux. »

Illustration : Carlo Brancaccio, Inondation à Paris (1910).

> Écouter un extrait : En mémoire d’un enfant.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 039 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Les Cloches (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 31min | Genre : Poésie


Une des cloches de la cathédrale Saint-Fulcran de Lodève

Voici un texte d’Edgar Allan Poe, publié après sa mort, en 1849, traduit en prose par Stéphane Mallarmé et qui inspira une œuvre musicale à Serge Rachmaninoff.
Stéphane Mallarmé découvre Edgar Poe en 1862.
Les cloches accompagnent des événements sociaux, privés aussi parfois.
Ce texte en quatre parties suit avec subtilité certains de ces événements.
L’auteur et son traducteur utilisent l’onomatopée avec art.

Stéphane Mallarmé dans son commentaire suggère aussi la traduction d’Émile Blémont (1839-1927).

Serge Rachmaninoff a épousé cette poésie en prose rythmée et d’une élégance sensible, dans son poème symphonique en quatre mouvements, créé en 1913. Le troisième mouvement semble annoncer la guerre. Il utilise un texte russe de Konstantin Balmont, tiré du poème d’Edgar Allan Poe.

On pense, naturellement, aux quatre âges de la vie humaine.

Illustration : Une des cloches de la cathédrale Saint-Fulcran de Lodève.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Les Cloches.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 158 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Vive-la-mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Nouvelles


Un Uhlan et son prisonnier en 1870

Auteur : Émile Blémont (1839-1927), pseudonyme de Léon-Émile Petitdidier, poète et auteur dramatique qui fut lié à Victor Hugo, à des Parnassiens ainsi qu’à Rimbaud.

Lieu du récit : « la petite ville picarde de Verval-sur-Orle, si calme et si riante » où va se jouer un drame provoqué par l’amour.

Époque : « Le 15 juillet, la guerre était déclarée entre la France et la Prusse. Les catastrophes se précipitèrent. L’Empire croula. Paris fut bloqué. Les Allemands pénétrèrent jusqu’au cœur de la France.
Dès les premiers chocs sur la frontière, on en avait cruellement ressenti le contre-coup à Verval. »

Le héros : « François Rouillon, qui, seul, préoccupé, insensible à l’arôme des lys, indifférent au charme de l’obscurité transparente et de la lumière lactée, allait et venait silencieusement, entre les plates-bandes et sous les tilleuls de son jardin, sans pouvoir apaiser la fièvre qui le brûlait. C’était un homme de moyenne taille, qui pouvait avoir de trente-cinq à quarante ans. »

Le drame : les agissements de Rouillon qui se fait criminel, par jalousie, devant le refus de l’épouser de celle qu’il convoite.

Vive-la-mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 309 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – La Messe des anges

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Albert Anker - Enterrement d'un enfant (détail, 1863)

Si vous traversez une période douloureuse, remettez à plus tard la triste lecture de La Messe des anges du grand créateur d’émotions Émile Blémont dont notre site compte une quinzaine de récits. Sa sobriété d’expression ne ferait qu’accroître votre peine.

« Il cherche pour quelle fin le destin veut que ces petits enfants, qui nous sont si chers et qui sont innocents, souffrent et meurent. Et puis, malgré tout, lentement, irrésistiblement, il se prend à penser que pas une parcelle d’amour ne doit se perdre ici-bas, qu’il vaut mieux avoir aimé et avoir vu fuir ce qu’on aimait, que n’avoir pas aimé du tout, et que la loi universelle, quelles que soient les apparences contraires, doit être justice, bonté, bonheur.
Autrement, pourquoi l’univers, pourquoi l’existence ? »

Illustration : Albert Anker, Enterrement d’un enfant (détail, 1863)

La Messe des anges.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 640 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Ernest, coiffeur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Henri de Toulouse-Lautrec - Le Coiffeur

Ernest, coiffeur

« Cet homme, qui se tenait là, sur le pas de sa porte, tête nue, debout, en manches de chemises, entre trois fausses nattes et une figure de cire, c’est Ernest, coiffeur, rue de Corinthe, numéro 13 bis.»

D’Ernest, coiffeur vous n’oublierez pas le vrai et savoureux portrait croqué par Émile Blemont dans ses Contes de France (1903)

Ernest, coiffeur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 914 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Lucile Fraisier

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Nouvelles


Pierre-Auguste Renoir - Jeunes Filles jouant au volant (1885)

Toujours écrite avec le charme que nous connaissons à Émile Blémont, cette nouvelle est la première de À quoi tient l’amour dont notre site abrite une dizaine de textes (sélection 1, sélection 2).

Lucile Fraisier se passe pendant la guerre de 1870 dans « la petite ville picarde de Verval-sur-Orle, si calme et si riante » où va se jouer un drame provoqué par l’amour passionné de Rouillon, à la fois sincère et calculateur pour la jeune Lucile Fraisier :

« C’était un homme de moyenne taille, qui devait avoir de trente-cinq à quarante ans, bien bâti, robuste, la poitrine ample, les épaules carrées, le cou gros et court, la tête ronde comme un boulet, les traits énergiques, l’air intelligent mais dur, le front large mais bas, avec des yeux de braise ardente sous un fouillis de sourcils épais et de cheveux d’un brun roux qui bouclaient naturellement. »

« En passant, en voisinant, par une pente insensible, il s’était laissé aller au charme pur et pénétrant de la délicate jeune fille, hier encore une enfant sans conséquence. Et maintenant, il l’aimait comme un fou, cette petite blonde de dix-neuf ans, si simple et si gracieuse, et qu’un rien parait admirablement, et que, chaque jour, à toute heure, il voyait là, gaie, sereine, familière, vaillante, répandant avec douceur autour d’elle un rayonnement d’espérance, un parfum de paradis. »

La jeune fille, qui en aime un autre, inconnu de Rouillon, refuse obstinément le mariage. Résultat : accès de jalousie, compromissions avec les Prussiens, et exécution du coupable qui reconnaît et nous montre que l’amour peut mener jusqu’à l’idée du meurtre et jusqu’au meurtre lui-même, comme le prouvent tant de romans… et la vie réelle, hélas !

Illustration : Pierre-Auguste Renoir, Jeunes Filles jouant au volant (détail, 1885)

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 180 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLÉMONT, Émile – Une vraie française – Sœur Sainte Ursule – Les Derniers Jours de Pécuchet

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Carl Spitzweg - Une visite

Quand on lit Blémont on n’est pas étonné qu’il ait traduit de nombreux récits de Mark Twain. Vous avez bien accueilli son recueil À quoi tient l’amour dont fait partie Une vraie française… pas facile à marier !
Des Contes de France, Sœur Sainte Ursule nous relate en quelques lignes la destinée d’une fille maltraitée et Les Derniers Jours de Pécuchet donnent envie de se replonger dans Flaubert. Blémont n’est pas tendre à l’égard des rénovateurs de Paris :

« À travers la poussière du plâtre et les éclats de pierre des chantiers, j’avançais à pas lents, peiné de voir la froide et rude banalité remplacer partout les libres manifestations de la vie ondoyante et diverse. O les grandes maisons carrées, massives, anonymes, uniformes, alignées sous le paratonnerre comme des Prussiens sous le casque à pointe, vastes et plates comme la Poméranie, bêtes comme les cadavres échoués des moutons de Panurge, roides comme des abstractions géométriques, sans grâce, sans élan, sans vie, sans âme, avec leurs balcons à écriteaux et leurs carreaux barbouillés par les peintres, avec leurs cafés bleus, leurs traiteurs rouges, leurs musées de monstruosités médicales et leurs femmes géantes à jambes éléphantesques, honorées sur le tableau-affiche de la visite de plusieurs têtes couronnées ! O la tristesse accablante des grandes maisons neuves, de ces grandes maisons funèbres comme des caveaux, nues et glacées comme la mort ! »

Amusant de lire ça aujourd’hui !

> Écouter un extrait : Une vraie française.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 290 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Emile Blémont :


12>