Livres audio gratuits pour 'georje' :


LONDON, Jack – Le Courage d’une femme

Donneur de voix : & Georje | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Jack London - Le Courage d'une femme

Pendant que des hommes se regroupent autour d’un poêle, Sitka Charley se rappelle d’une histoire qui s’est déroulée des années plus tôt, alors qu’il s’était engagé dans une course désespérée en traîneau avec Long Jeff et une Indienne dénommée Passuk, pour tenter de sauver les hommes d’un camp de l’Arctique. Au-delà des épreuves de la piste, Sitka Charley devra faire face à lui-même et restera marqué à jamais par le courage de la jeune indienne.

L’enfance de Jack London, né John Griffith Chaney, se déroula dans la marginalité. Il fut en grande partie élevé par une ancienne esclave, Virginia Prentiss, et demeura proche d’elle toute sa vie. Il survit grâce à mille petits boulots. Il devint tour à tour matelot, vagabond et même chercheur d’or après un passage en université avec des étudiants qu’il jugeait puérils. Influencé par les romans d’aventures de Stevenson et la pensée philosophique de Nietzsche, il est l’écrivain le plus lu des États-Unis. Il mourut à l’âge de 40 ans, après avoir dévoré la vie, en laissant une œuvre impressionnante.
Plus connu pour ses romans d’aventures, on connaît beaucoup moins l’humaniste et le socialiste engagé qui dénonça la face cachée de l’Amérique à la croisée des deux siècles (comme dans Le Talon de fer). Durant son passage au Klondike, il fut impressionné par l’extrême courage des femmes indiennes et leur loyauté. Plus d’un siècle après sa disparition, Jack London défie toujours les codes en traitant des grands thèmes de société à travers une littérature populaire.

Cette lecture est dédiée à Françoise.

Traduction : Georje à partir du texte Grit of Women.

Illustration : Jeune femme Eskimo dans une parka en fourrure, entre 1903 et 1908, par B.B. Dobbs (domaine public).

Cette lecture est proposée en deux versions, avec et sans accompagnement sonore.

Licence Creative Commons

Le Courage d une Femme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 192 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GIBRAN, Khalil – Lettres d’amour

Donneur de voix : Georje | Durée : 20min | Genre : Correspondance


May Ziade

Cette correspondance témoigne de l’amitié, puis de l’amour que se portèrent le poète et peintre libanais Gibran Khalil Gibran (1883-1931) et la femme de lettres et pionnière du féminisme oriental Mary Ziadah (1886-1941), communément appelée May Ziadé.

Khalil Gibran, issu d’une famille chrétienne catholique d’Orient (Maronite), était originaire de Bcharré. Suite à des problèmes financiers, ses parents finiront par se séparer. Sa mère partira avec ses deux fils et ses deux filles vivre aux États-Unis, à Boston, où réside alors une importante communauté syro-libanaise.
En 1902, sa sœur cadette, âgée de quatorze ans, meurt de ce qui semble être la tuberculose ; l’année suivante, son frère aîné décède de la même maladie et sa mère meurt peu de temps après.
Khalil Gibran expose ses premiers dessins dès l’âge de 21 ans à Boston où il rencontre une directrice d’école qui devient sa bienfaitrice et l’envoie étudier l’art à Paris. En 1911, il s’installe définitivement à New York. Par la suite, Khalil Gibran deviendra un écrivain et un poète emblématique.

Mary Ziadah a vu le jour à Nazareth, de père libanais et de mère palestinienne. Elle passe sa jeunesse dans sa ville natale avant de partir avec sa famille vivre au Liban, à Edhen, pour y finir ses études secondaires. En 1908 son père décide d’installer définitivement la famille au Caire pour trouver une meilleure situation. Elle s’y s’inscrit à l’Université égyptienne pour étudier les littératures étrangères modernes.
Mary Ziadah commence l’écriture dès l’âge de 16 ans dans le journal de son père et elle édite son premier recueil de poèmes en français, Fleurs de rêve, à l’âge de 24 ans. Par la suite, elle va connaître un parcours de militante de premier plan de la condition de la femme à travers l’écriture. Maîtrisant plusieurs langues, elle traduit des œuvres de grands écrivains. Elle fonde le salon littéraire qui deviendra l’espace des intellectuels égyptiens et du monde arabe.
Mary Ziadah, qui suivait avec attention et admiration les écrits de Khalil Gibran, lui écrit pour la première fois une lettre amicale en 1912. À partir de cette date, les deux écrivains ne vont cesser de s’échanger des écrits. Au fil du temps, l’amour s’installe peu à peu et se découvre. Mary Ziadah lui fait parvenir une photo d’elle après dix ans de correspondance.
Comme dans toutes les histoires passionnées, il s’ensuivra des périodes d’unions, de conflit et de silence.

Pour Khalil Gibran, May Ziadah incarne toute la féminité orientale et la secrète grandeur de l’âme.
Au gré de sa correspondance, Mary Ziadah prendra le nom de Mary, de May ou de Myriam.

Le plus incroyable, c’est que jamais Khalil Gibran et Mary Ziadah ne se sont rencontrés.

Leur relation épistolaire aura duré vingt ans jusqu’à la mort de Khalil Gibran. Si la plupart des échanges de Mary Ziadah ont malheureusement disparu, les magnifiques lettres de Khalil Gibran peuvent encore témoigner de cette relation.

L’enregistrement comprend une partie de la correspondance de Khalil Gibran à Mary Ziadah à partir du 30 mai 1921.

À Patrick et à Ophélie qui m’ont fait découvrir Khalil Gibran et Mary Ziadah.

Avec l’aimable autorisation des éditions La Part Commune. Lettres d’amour de Khalil Gibran traduit par Anne Junie.

Lettres d’amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 592 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOï, Léon – Mikhaïl

Donneur de voix : Georje | Durée : 56min | Genre : Contes


Mikhaïl

L’auteur de Guerre et paix et d’Anna Karenine s’est retiré à la fin de sa vie à Jasnaïa Polania dans le domaine familial pour se consacrer à des travaux manuels.

L’immense écrivain qu’est Léon Tolstoï(1828-1910), né comte et devenu paysan, à la fois anarchiste, végétarien et profondément spirituel, ne voulait pas que la culture soit réservée aux classes supérieures ; il a contribué à l’éducation des enfants en écrivant des petits livres très faciles d’accès, qui étaient vendus pour quelques kopecks.
Ce récit fantastique, peu connu de Léon Tolstoï, écrit en 1893, qui pourrait être un beau conte de Noël, met en scène un pauvre cordonnier qui recueille un jeune homme inconnu.
Dans ce texte fortement imprégné de religiosité, on retrouve les convictions philosophiques de l’auteur, son amour mystique de l’être humain, sa foi en Dieu même si sa vision révolutionnaire du christianisme lui valut d’être enterré sans les rites.

« Beaucoup de gens, d’enfants surtout, en lisant une histoire, une fable ou une légende, demandent avant tout si les choses qu’on y décrit sont vraies ; et surtout, voyant que les choses qu’ils lisent n’ont pu arriver, ils disent que ce ne sont que des paroles creuses ; les hommes qui jugent ainsi ne sont pas justes. Seul écrit la vérité celui-là qui montre le bien que font les hommes. » Léon Tolstoï

Note : Le prince Bojidar Karageorgevitch (1861-1908) qui a traduit l’œuvre en français en 1893 a cherché à conserver autant que possible la tournure et l’accent russe mais certains passages ont dû cependant être révisés car la traduction datait de plus de 70 ans.

Merci à Carole, Christine et Vincent (de littérature audio) pour leurs conseils et leur assistance technique.

Illustration réalisée par Mai-lan.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 071 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLAND, Romain – Lettre à Tolstoï

Donneur de voix : Georje | Durée : 6min | Genre : Correspondance


Romain Rolland

À travers la lettre de Romain Rolland adressée à son ami, Léon (Lev Nikolaïevitch) Tolstoï, le 24 janvier 1897, c’est le cœur de la France qui s’interroge sur le sens de la vie à la veille de grands bouleversements dans toute l’ Europe.
« Aussi ne vous ai-je jamais oublié, et vous êtes sans cesse plus près de moi que la plupart des gens que je vois tous les jours. »

Lettre à Tolstoï.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 024 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUYSMANS, Joris-Karl – Lâcheté

Donneur de voix : Georje | Durée : 5min | Genre : Nouvelles


Lâcheté

Joris-Karl Huysmans est un écrivain et critique d’art français (1848-1907).

« La neige tombe à gros flocons, le vent souffle, le froid sévit. Je rentre chez moi en toute hâte, je prépare mon feu, ma lampe. J’attends ma maîtresse. Nous dînerons ensemble chez moi ; j’ai commandé le dîner, acheté une bouteille de vieux pomard, une belle tarte aux confitures (elle est si gourmande !). Il est six heures, j’attends… »

Licence Creative Commons

Lâcheté.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 053 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MERRILL, Stuart – La Bonne Pluie (Poème)

Donneur de voix : Georje | Durée : 2min | Genre : Poésie


Environs de Fontainebleau

Stuart Merrill est un poète symboliste américain d’expression française (1861-1919).

« C’est la pluie, comme un frais pardon,
Sur la route qui poudroie au soleil,
Et parmi les jardins de ce printemps vermeil,
C’est le tintement clair des gouttes qui font
Des ronds dans l’eau glauque des citernes… »

La Bonne Pluie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 028 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |