Livres audio gratuits pour 'Jules Clarétie' :


CLARÉTIE, Jules – Catissou

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


Catissou

Jules Clarétie fait raconter à un gendarme les phases d’une enquête qu’il a conduite.

« Avec tout cela le temps passait et l’on ne mettait guère la main sur l’assassin du faubourg Montmailler.
C’est que ce n’était pas commode, il faut tout dire, de savoir qui avait tué le maître maçon. On n’avait pas beaucoup d’indices. C’était une affaire à n’y voir goutte. [...]

Alors voilà Catherine Coussac, — elle s’appelait Catherine, — Catissou, en patois de chez nous, — qui me raconte une histoire… l’histoire du crime… une histoire qui me fit passer, je l’avoue, un petit froid sur la peau. »

Catissou.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 212 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – Un héros de roman

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Nouvelles


Un héros de roman

Au temps de Louis XIII dans le Limousin… « Ce n’était donc pas la seule beauté de Solignac qui le rendait célèbre, c’était aussi sa bravoure ; Martial Castoret, son écuyer, qui était cependant brave, disait même souvent : « Sa témérité. » [...] Ce temps des guerres était, il est vrai, à demi passé, et le beau Solignac goûtait depuis une longue année au moins le calme bonheur du repos, lorsqu’on l’avait vu partir, un matin à cheval, équipé comme pour un long voyage et suivi de Martial Castoret, les pistolets de guerre dans les fontes. »

Jules Clarétie (1848-1913), auteur de Ruines et fantômes (quelques récits sur notre site) nous raconte dans Un héros de roman les événements qui suivirent le départ inattendu du « beau Solignac » et de son fidèle Martial.

Un héros de roman.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 753 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Le 10 AOÛT 1792 – Deux Illustrations littéraires

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Histoire


Henri-Paul Motte - La Prise des Tuileries, 10 août 1792

L’insurrection, au son de La Marseillaise et ses conséquences sont communément appelées « le 10 août », « journée du 10 août », « prise des Tuileries », « insurrection du 10 août » ou « massacre du 10 août ».

La journée du 10 août 1792 (il y a 222 ans aujourd’hui) est le jour où l’Assemblée législative vote la suspension des pouvoirs du roi Louis XVI, qui va ensuite être emprisonné avec sa famille. Cette révolution est due à l’insurrection des Parisiens, et des divers patriotes volontaires venus de province, très en colère contre les menaces des envahisseurs prussiens. Ils sont également furieux du refus du roi d’accepter de mettre en application les lois votées qui mettaient en place les mesures militaires et politiques permettant de répondre à la situation dramatique de la France.

Nous vous présentons deux versions partisanes qui évoquent des faits assez semblables, mais interprétés très différemment par Jules Clarétie, dans Ruines et fantômes en 1873, et en 1875 par Georges de Cadoudal (neveu du général chouan, Georges Cadoudal guillotiné en 1804) dans l’article Le Dix Août.

Version Clarétie :
« Dans la nuit du 9 août 1792, à minuit, le tocsin sonna. C’était le signal. Paris se soulevait en masse et marchait sur les Tuileries. Il y avait fête aux faubourgs. Au quartier général des Enfants-Rouges, on était joyeux en respirant par avance l’odeur de la poudre. La rue de Lappe, le faubourg Saint-Antoine, le faubourg Saint-Marceau, étaient illuminés. Aux municipalités, la foule était grande. Pâles, mais souriants, les présidents des sections annonçaient au peuple que l’heure était venue de vaincre ou de mourir. [...]
C’est le monde ébloui, c’est la parole de liberté, d’égalité, de fraternité traversant l’espace comme une bouffée d’air pur, c’est la souveraineté nationale reconnue, imposée, c’est l’effarement du passé devant ce présent irrésistible, c’est la France, enfin, notre pauvre et bien-aimée France, c’est la patrie sauvée, affranchie, délivrée, maîtresse d’elle-même, et, par sa grande idée de sacrifice et de dévouement, maîtresse aussi du monde. Vive la France ! »

Version De Cadoudal :
« La Révolution du 10 août n’a pas été l’œuvre du peuple. Elle est le fait d’une minorité infime et abjecte dirigée par un petit groupe de scélérats presque inconnus qui préparent tout dans l’ombre et se cachent au moment de l’action. [...] Dans la nuit du 9 au 10 août, à minuit, le tocsin retentit tout à coup dans les tours des différentes églises de Paris. C’était le signal de l’insurrection. Au tocsin succède le bruit des tambours. On entend à la fois battre la générale et le rappel, le rappel au nom de l’ordre légal, la générale au nom de l’émeute. [...]
Redisons-le avec tristesse, la journée du 10 août n’a pas été seulement la journée des bandits et des cannibales, elle a été la journée des lâches. »

Heureux anniversaire pour les uns, triste pour les autres…

Illustration : Henri-Paul Motte, La Prise des Tuileries, 10 août 1792 (détail).

Jules Clarétie – Le 10 Août 1792.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 663 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – La Cigarette

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


La Cigarette

« C’est du temps de la guerre de don Carlos, la dernière, oui, monsieur. Tout ce pays basque, ces environs de Saint Sébastien, ces montagnes de Guipuzcoa, tout cela a senti le sang et la poudre… et pendant des mois, de longs, longs mois. Vous avez dû voir bien des murs noirs et déchiquetés dans la campagne. Oui ? Eh bien c’était des fermes, des maisons, des coins vivants et heureux ; maintenant, c’est des ruines, presque des cimetières. C’est la guerre. »

Le drame de La Cigarette, le papelito offert par le chef carliste Zucarraga au jeune amoureux Juan Araquil, meurtrier par passion et non par idéal patriotique, s’achève tragiquement parce que « c’est la guerre ».
« Ah ! c’est du joli, les guerres civiles ! »

La Cigarette.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 653 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – Ruines et fantômes (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


Jacques Bertaux - Prise du Palais des Tuileries (10 août 1792)

La Préface de Ruines et fantômes, recueil dont déjà ont été publiés La Fête mortuaire d’Alexandre Dumas, Les Cimetières parisiens et Le Dernier Fantôme est un texte mélancolique et nostalgique :

« À mesure qu’il avance dans la vie, l’homme risque fort de heurter du pied contre quelque ruine, et il marche escorté comme d’un essaim de fantômes. Ruines et fantômes ! C’est le bilan des choses humaines : ruines d’illusions, fantômes de souvenirs. Il suffit d’errer ou de penser pour se voir ou plutôt pour se sentir entouré de tout ce qui est mort autour de nous et de tout ce qui est devenu invisible. »

Jules Clarétie nous fait revivre ensuite deux dates célèbres de notre histoire de France :

Le 20 Juin 1792,  « Au 20 juin 1792, la question était nettement posée entre ces deux adversaires irréconciliables : la Révolution et la cour. La Révolution voulait le progrès, la marche en avant, la délivrance suprême. La cour était bien décidée à la réaction. La garde suisse chargeait ses fusils, les gentilhommes fourbissaient leurs épées ou aiguisaient leurs poignards. »

et Le 10 Août 1792, « C’était quelque chose d’inouï et d’irrésistible, une immense menace, le cri puissant d’une nation poussée à bout, le coup de clairon d’un peuple qui s’arme, l’appel de liberté et de délivrance, le hennissement victorieux du coursier trop longtemps dompté qui se relève et secoue ses maîtres, c’était le grand refrain national, la grande chanson de la France victorieuse et libre, c’était la Marseillaise ! »

> Écouter un extrait : Préface de Ruines et fantômes.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 577 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – La Fête mortuaire d’Alexandre Dumas

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Histoire


Funérailles d'Alexandre Dumas

Clarétie assista aux obsèques d’Alexandre Dumas. Celui-ci était mort près de Dieppe en 1870, pendant la guerre, et son cercueil fut ramené dans sa ville natale de Villers-Cotterets en mai 1872, date de ce récit. Heureux rapprochement littéraire avec le discours, ici publié, de Jacques Chirac en 2002 sur le Transfert des cendres d’Alexandre Dumas au Panthéon.
Les deux évocations, l’intime et la grandiose, de ces deux inhumations témoignent de la même admiration pour l’illustre écrivain.

« Tout ce qui porte un nom dans les lettres, tout ce qui tient de près ou de loin à l’art du théâtre, tout ce qui garde la reconnaissance des plaisirs éprouvés, des joies causées par le grand conteur ; tous ceux qui ont aimé Alexandre Dumas, c’est-à-dire tous ceux qui l’ont connu, étaient là ! [...] Dumas aura été Dumas jusqu’au lendemain de sa vie, et il semblait que les larmes blanches de son drap mortuaire fussent des pâquerettes. » (La Fête mortuaire d’Alexandre Dumas)

La Fête mortuaire d’Alexandre Dumas.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 163 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – Les Cimetières parisiens

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Tombe de Jules Clarétie

La nouvelle extraite de Ruines et fantômes (1873), Le Dernier Fantôme évoque le souvenir de Napoléon III. De sa même plume teintée d’humour, Clarétie, dans Les Cimetières parisiens nous fait visiter les grands cimetières de la capitale : Montmartre, Montparnasse et surtout Le Père Lachaise en s’attardant devant les tombes des « grands hommes » et des plus humbles, ceux des fosses communes.

Il écrit dans la préface du recueil : « Je le sens bien, à cette heure même où une nouvelle année s’ajoute pour moi aux années passées, et où le jour de ma naissance me fait regarder un moment en arrière. Sans être vieux, que j’en ai vus mourir !
Oui, que de visages déjà pâlis ! Que d’yeux autrefois rayonnants d’espoir et maintenant à jamais clos ou plutôt disparus dans leurs orbites creuses. »

Ironie de la vie : il ne savait pas en disant avec moquerie, « J’aurais envie d’écrire ici cet axiome mortuaire : « Au cimetière du Père-Lachaise on pose, au cimetière Montparnasse on repose. » qu’il serait inhumé dans le premier ! (Voir le tombeau ci-joint.)

Les Cimetières parisiens.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 774 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CLARÉTIE, Jules – Camille Desmoulins (Extraits)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 26min | Genre : Histoire


Camille Desmoulins2

Voici quelques extraits d’une superbe biographie de Camille Desmoulins et de ses amis « dantonistes ». Je recommende particulièrement la conclusion qui est d’une grande beauté.

Le premier extrait décrit la France de la période pré-révolutionnaire ainsi que l’engagement de Desmoulins ; le deuxième donne un exemple des requêtes des communes écrites dans les cahiers de doléances (je vous conseille de lire la version écrite qui est extraordinaire de par sa simplicité, sa profondeur et son orthographe) ; enfin, j’ai enregistré la conclusion de ce livre qui nous rappelle ce que représente non seulement Camille Desmoulins et ses amis mais surtout la Révolution dans son ensemble pour des citoyens de notre chère république.

> Écouter un extrait : Avant 1789.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 247 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Jules Clarétie :


12>