Livres audio gratuits pour 'Paul Hervieu' :


HERVIEU, Paul – Guignol

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Un nain

Paul Hervieu (1857-1915) nous dresse les portraits physique et psychologique d’un idiot de village qu’il a bien connu. La spécialité de ce Guignol est de mimer des faits de sa vie moyennant quelque monnaie.

L’auteur nous engage à ne pas nous moquer de ces déshérités de l’existence.

« Soit ! Puisque les moyens qui viennent d’être suivis sont les seules voies qui mènent jusqu’à l’intime retraite d’un esprit extraordinairement indigent, on est tenté d’admettre que cet itinéraire rebutant doive être adopté par des âmes assez bonnes et mieux douées. Celles-ci vont ainsi rendre une visite de charité chrétienne à une autre âme humaine, que le passant banal délaisserait dans le taudis cérébral où sa misère est celée. Soit donc ! À l’occasion, tout averti que vous soyez, ne refusez pas d’être conduit, comme j’ai dû l’effectuer à l’improviste, jusqu’au bout de cette démarche fraternelle. »

Illustration : Anonyme, Un nain (S.XVIII-XIX ?).

Guignol.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 507 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVIEU, Paul – Argile de femme – Prologue de l’incendie de Sodome

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Nouvelles


John Martin - La Destruction de Sodome et Gomorrhe (1852)

I

Argile de femme procède de la même inspiration que L’Esquimau à propos duquel nous disions : « Paul Hervieu dépeint avec dureté les misères physiques et morales et provoque notre émotion, mais ne témoigne pas de pitié : il nous laisse juges ».

Il conclut l’existence navrante d’une pauvre femme vivant sur une chaise longue avec peu de moments de répit par ce jugement sévère :

« Et tout désireux que l’on puisse être de voir se rétablir cette étrange et gracieuse créature, – qui, si elle a causé jamais un mal, ne l’a réellement causé qu’à elle-même, – on n’ose cependant en former simplement et bonnement le vœu. Il émane de sa personne une secrète inspiration de sentir que la guérison, pour elle, devrait peut-être mieux s’appeler trahison ; et que la maladie, en la quittant, serait une sorte d’infidèle. »

II

Prologue de l’incendie de Sodome, vu par Paul Hervieu est proposé comme un Conte inachevé et en ruines.

Note historique préliminaire de rappel des faits :
« Le patriarche Abraham fut témoin d’une catastrophe provoquée par la colère du Créateur, qui anéantit totalement les villes de Sodome et de Gomorrhe. L’Éternel reprochait à leurs habitants de graves fautes morales, notamment des comportements pervers incluant l’homosexualité. Dans la Genèse, il est question de ces villes au moment de leur destruction par le feu céleste (Gn. 13 ; Gn. 14 ; Gn. 18 ; Gn. 19).

Les deux cités étaient bâties à proximité d’une plaine ou d’une « mer de sel ». Elles auraient été victimes de projections d’un feu destructeur venant du ciel, et leur destruction aurait été totale (Gn. 19, 24-25).

« Yahweh fit alors pleuvoir sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu d’auprès de Yahweh, des cieux. Il détruisit ces villes et toute la plaine, tous les habitants des villes et la végétation du sol. »»

Illustration : John Martin, La Destruction de Sodome et Gomorrhe (détail, 1852)

Argile de femme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 920 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVIEU, Paul – Diogène le chien

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 35min | Genre : Philosophie


Jean Léon Gérôme - Diogène (détail)

Diogène Laerce, dit « le cynique », alias « le chien » est un philosophe grec né à Sinope vers 404 av. J.C. et mort à Corinthe à 81 ans. On sait peu de choses sur sa vie et on a du mal à situer cet Épicurien sévère avec Platon.
Il fut disciple d’Antisthène dont la philosophie « cynique » bravait les opinions dominantes et les convenances avec dédain.

Paul Hervieu (1857-1915) (cf. L’Esquimau) nous donne quelques indications sur ce personnage mal connu (mis à part son tonneau-abri), mais l’intérêt de ces pages est de nous faire connaître des aspects de la vie quotidienne à Sparte, à Athènes ou à Cnossos et l’on oublie parfois que ce texte relate des faits qui remontent à vingt cinq siècles.

« Vers le troisième mois, lorsqu’une centaine de personnes tenaces se trouvèrent assemblées sur la place, Diogène s’assit par terre, croisa lentement ses jambes et prit la parole en ces termes :
« O hommes athéniens, je vais vous enseigner la sagesse.
Contre votre bonheur, deux ennemis conspirent : d’abord vous-mêmes, ensuite tout le reste. Avec vous-mêmes, le mieux est d’agir comme vous l’entendez. Quant au reste, dans les rapports auxquels vous êtes soumis avec les individus, les lois et les forces naturelles, il faut vous comporter ainsi qu’il vous est possible. »
Ainsi se passait, en l’an III de la 98e Olympiade, la fête splendide des Grandes Panathénées, en l’honneur de Pallas. »

Illustration : Jean Léon Gérôme, Diogène (détail, 1860).

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 130 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVIEU, Paul – Guignol – Attentat à la pudeur – La Matrone adultère

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


Paul Hervieu

Voici trois nouvelles impitoyables, comme L’Esquimau, et cruelles, surtout Guignol, où un pauvre « idiot » subit les moqueries de son entourage : « On lui a fait artificiellement vivre des sensations qu’il était incapable de se procurer : celle de la lutte et du triomphe, celle de la haine, de la volupté, du vagabondage, de la vengeance heureuse ; tout ce qui aide notre race, en somme, ainsi que l’aiguillon pour le bœuf sous le joug, à supporter le fardeau de l’existence. [...] Car, ainsi que les Écritures sont là pour la confusion de ceux qui voudraient me démentir, toutes les âmes d’ici-bas et des espaces, la vôtre, lecteur, et celle de Jean Varce, aussi bien que la mienne, notre Créateur les a conçues selon une même image, dans ses tout-puissants vouloirs qu’enveloppe un secret éternel. »

Attentat à la pudeur est le compte-rendu d’une séance de tribunal. « Un de mes premiers empressements lorsque j’eus revêtu la robe de stagiaire, fut d’en profiter pour assister à une audience de huis clos. Dans la grande salle de la Cour d’assises, où l’appareil de la justice donne impassiblement la question à des âmes humaines, nous étions une dizaine d’avocats, vieux ou jeunes, en apparence graves et sceptiques, au fond agités par les caprices de l’attente obscène qui sèche un peu la langue et met une lueur spéciale sous la paupière des plus hypocrites. »

Dans La Matrone adultère le narrateur est témoin d’une scène d’adultère qui ne le regarde pas et où il intervient par sadisme. Il conclut : « Instruit par ce tableau subit d’une misère humaine, consterné de mon action, le cœur bourrelé de remords, je m’enfuis. Longtemps j’arpentai des boulevards, songeant aux merveilleux accomplissements de l’amour que n’arrête ni le convenu, ni le ridicule, ni le sinistre, ni l’indigne ; sentant sa loi au-dessus de toutes les lois ; m’attristant, pour des avenirs incertains, d’appartenir à la race esclave de ses préjugés, qui s’intitule reine de la création ; et cherchant, sous le soleil radieux, un couple impudique de chiens vagabonds pour le saluer jusques à terre. »

> Écouter un extrait : Guignol.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 188 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVIEU, Paul – L’Esquimau

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


L'Esquimau

Paul Hervieu (1857-1915), romancier et dramaturge, eut pour ami et confident Octave Mirbeau connu sur notre site. Il y a une certaine parenté entre ces deux écrivains qui ont côtoyé Paul Bourget, Marcel Proust, Guy de Maupassant, Réjane, Lucien Guétry, Edgar Degas, le Prince Bibesco… et sont devenus féroces à l’égard de la société…
Hervieu dépeint avec dureté les misères physiques et morales et provoque notre émotion, mais ne témoigne pas de pitié : il nous laisse juges.

L’Esquimau nous décrit avec objectivité le calvaire de ce pauvre Toogoolor : « Au delà du cercle polaire arctique et du 70e degré de latitude, non loin de l’Alaska, sur la mer Glaciale, se trouve le village d’Irgonok. [...] En ce temps-là, le beau Toogoolor devait avoir vingt ans. Il n’aurait pu dire lui-même son âge d’une manière exacte, d’abord parce que les Irgonokois n’ont pas d’état civil, ensuite parce qu’ils ne savent pas compter au delà de dix, n’ayant imaginé d’autres chiffres que les doigts de leurs mains. »
Terminons par un exemple d’attaque des dirigeants du Jardin d’Acclimatation de Paris et des provinciaux :
« L’idée d’exhiber à l’état captif, dans un léger treillage de laiton, le plus indépendant et le plus singulier des mammifères, c’est-à-dire l’homme, devait nécessairement venir à une administration soucieuse de réaliser tous les progrès et d’accroître sa prospérité. Évidemment, le Comité Zoologique pouvait se contenter d’offrir à la curiosité publique des spécimens d’Auvergnats ou de Tourangeaux qui auraient eu, pour le moins, autant de titres à figurer au Jardin d’Acclimatation que les chèvres de leurs plateaux ou les gallinacés de leurs plaines. »

L’Esquimau.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 510 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |