Livres audio gratuits pour 'Washington Irving' :


IRVING, Washington – Le Stupide Campagnard

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Le Stupide Campagnard

Un des nombreux Contes d’un voyageur de Washington Irving, Le Stupide Campagnard.

« Une scène de tumulte s’en suivit ; la table fut renversée ; verres, bouteilles, cruches, tout roulait en éclats sur le plancher. Les convives se saisirent de nous, afin de prévenir quelque malheur. Je fis des efforts pour me dégager ; car j’étais bouillant de rage. »

Traduction : Lebègue d’Auteuil (1825).

Illustration : Bagarre d’ivrognes dans une taverne, d’après Adriaen Brouwer (XIXe).

Le Stupide Campagnard.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 986 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – La Légende du vallon endormi (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 18min | Genre : Nouvelles


La Légende du vallon endormi

Ichabod Crane, enseignant, veut épouser Katrina Van Tassel dont le père est un richissime fermier, mais il n’est pas le seul à s’intéresser à la jeune fille… Brom Bones la courtise également. Leur rivalité ne fait que s’accentuer jusqu’au soir où Ichabod se sent suivi par un cavalier inconnu et à l’allure macabre… Serait-ce le fameux cavalier sans tête de la légende ?

« Vu l’intense repos de l’endroit et le caractère particulier de ses habitants, qui sont des descendants des colons hollandais primitifs, ce vallon solitaire est depuis longtemps connu sous le nom de Vallon endormi. […] Une influence somnifère et songeuse semble planer sur ces lieux et courir dans l’atmosphère même. D’aucuns disent que l’endroit fut ensorcelé par un grand docteur allemand, dans les premiers temps de la colonie ; d’autres, qu’un vieux chef indien, prophète ou voyant de sa tribu, y tenait ses assises avant que le pays fût découvert par maître Hendrick Hudson. Il est certain que l’endroit subit encore à présent le joug de quelque puissance magique qui tient sous le charme l’esprit de ces bonnes gens. »

Traduction : Théodore Lefèbvre (1862).

La Légende du vallon endormi.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 443 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – Le Spectre-fiancé (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Le Spectre-fiancé

Cette nouvelle faussement fantastique de Washington Irving (1783-1859), inspirée d’une légende allemande, est extraite de l’ouvrage Le Livre d’esquisses paru en 1862.

« Tout ceci ne pouvait échapper à l’attention de la compagnie. Leur gaieté fut glacée par l’inexplicable tristesse du fiancé ; leur feu s’éteignit ; des chuchotements, des coups d’œil s’échangèrent, accompagnés de haussements d’épaules et d’obscurs branlements de tête. Les chansons et les rires devinrent de plus en plus rares ; il se fit dans la conversation de désolantes pauses, auxquelles succédèrent enfin des contes bizarres et des histoires surnaturelles. Un récit lugubre en enfantait un autre plus lugubre encore, et le baron fit presque tomber en syncope, de peur, quelques-unes des dames avec l’histoire du cavalier-fantôme qui emporta la belle Léonore ; histoire effrayante, mais authentique, que l’on a depuis mise en vers excellents, et que tout le monde a lue sans qu’elle ait jamais rencontré d’incrédules. »

Traduction : Théodore Lefebvre (1862).

Le Spectre-fiancé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 257 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – L’Orgueil du village

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Nouvelles


L'Orgueil du village

Washington Irving (1783-1859) est très présent sur notre site. Extrait de Livre d’esquisses, ce fort émouvant souvenir personnel suffirait à classer Irving parmi les grands auteurs américains.

L’Orgueil du village et sa fin bouleversante :

« Elle était trop faible pour se lever,  elle essaya de lui tendre sa main tremblante ; ses lèvres remuèrent comme si elle parlait, mais aucun mot ne fut articulé ; elle abaissa sur lui des regards où se peignait un sourire d’une inexprimable tendresse, et ferma les yeux pour toujours. [...]
J’ai vu bien des monuments où l’art a épuisé ses secrets pour éveiller la sympathie du spectateur, mais je n’en ai jamais rencontré qui parlât à mon cœur d’une façon plus touchante que ce simple, mais délicat souvenir d’innocence exhalée. »

Traduction : Théodore Lefebvre (1862).

Illustration : L’Orgueil du village (1865).

L’Orgueil du village.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 976 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – Trois Contes d’un voyageur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Histoire


Christian Schussele - Washington Irving et ses amis hommes de lettres (1864)

Aux Contes d’un voyageur de Washington Irving (1783-1869)  en quatre livres dont deux sont sur le site depuis neuf ans viennent s’ajouter, extraits du Livre II,

- La Vie littéraire,
- Un dîner littéraire,
- Le Philosophe pratique,

à connaître comme documents historiques présentés avec humour sur la vie des auteurs et des libraires à Londres.

« Parmi les objets qui piquent la curiosité d’un voyageur, j’avais depuis longtemps le plus vif désir de recueillir quelques anecdotes sur la vie des gens de lettres ; et me trouvant à Londres, un des endroits les plus renommés pour la publication des livres, j’étais extrêmement curieux de connaître l’espèce d’animaux qui les produit. »

Traduction : Lebègue d’Auteuil (1825).

Illustration : Christian Schussele, Washington Irving et ses amis hommes de lettres (détail, 1864).

> Écouter un extrait : La Vie littéraire.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 360 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – L’Art de faire des livres – Le Cœur brisé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Une salle de lecture du British Museum en 1842

Ces deux récits sont extraits de Le Livre d’esquisses (35 contes dont quelques-uns sur le site)

L’humour bien connu de Washington Irving déborde dans L’Art de faire des livres. Il imagine les portraits des grands auteurs sortant de leurs cadres fixés aux murs de la grande Bibliothèque pour chasser les savants lecteurs ou les profiteurs qui lisent leurs œuvres et les pillent :

« Mais tout à coup, au beau milieu de cette mascarade littéraire, un cri retentit de tous côtés : « Aux voleurs ! aux voleurs ! » Je regarde, et je vois s’animer les portraits qui garnissaient la muraille.
Les vieux auteurs avancent hors de la toile d’abord une tête, puis une épaule ; pendant un instant ils promènent un regard curieux sur cette foule bigarrée qui s’agite au-dessous, et puis descendent, les yeux enflammés de colère, pour revendiquer leur bien sur les fripons. La scène de sauve-qui-peut et de tumulte qui s’ensuivit défie toute description. Les malheureux coupables essayent en vain de fuir avec leur butin. »

Le Cœur brisé est la belle description de tous les émois ressentis par le cœur brisé d’une jeune fille irlandaise après la mort pour la patrie de celui qu’elle aimait :

« L’amour d’une femme délicate est toujours timide et silencieux : même quand il est heureux, c’est à peine si elle se le murmure à elle-même ; en est-il autrement, elle l’ensevelit dans les profondeurs de son sein, et le laisse là s’accroupir et couver au milieu des ruines de sa tranquillité. Ce que son cœur désirait lui a échappé. Pour elle le grand charme de l’existence s’est évanoui. Elle néglige tous les exercices qui égayent et réjouissent l’esprit ; précipitent les pulsations, et font que la vie court et bondit le long des veines. Plus de repos pour elle ! pour elle le sommeil n’est plus un baume réparateur, il est empoisonné par des songes mélancoliques ; le chagrin altéré boit son sang, jusqu’à ce que son corps énervé s’affaisse sous la moindre pression extérieure. »

Traduction : Théodore Lefebvre (1862).

L’Art de faire des livres.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 861 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – Le Spectre-fiancé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Le Spectre-fiancé

L’écrivain américain Washington Irving (1783-1859) peut être considéré comme le mentor de Nathaniel Hawthorne (1804-1864) ou d’Edgar Allan Poe (1809-1849), disions-nous déjà à propos de La Légende du vallon endormi.

Le Spectre-fiancé est une légende allemande :
« Sur la cime de l’une des hauteurs de l’Odenwald, chaîne sauvage et romantique de l’Allemagne supérieure s’étendant non loin du confluent du Mein et du Rhin, s’élevait, il y a bien, bien des années, le château du baron Von Landshort. »

« À l’époque dont traite mon récit il y eut au château une grande réunion de famille, pour une affaire de la dernière importance. Il s’agissait de recevoir le futur, époux de la fille du baron. »

« Le jeune comte Von Altenburg poursuivait tranquillement sa route : de ce pas grave et plein de lenteur dont un homme s’achemine vers le mariage quand ses amis lui ont épargné tous les ennuis, toute l’incertitude de la demande, et qu’une fiancée l’attend aussi certainement qu’un dîner au bout de son voyage. »

« Chacun sait que, de tout temps les forêts de l’Allemagne ont été non moins infestées par des brigands que ses châteaux par des fantômes ; mais à cette époque les premiers surtout étaient nombreux, à cause des bandes de soldats licenciés qui sillonnaient le pays. »

Vous voilà préparés à entendre cette histoire fantastique…

Traduction : Théodore Lefebvre (1862).

Le Spectre-fiancé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 508 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

IRVING, Washington – La Mutabilité de la littérature

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Nouvelles


Bibliothèque de Westminster

Il n’est pas étonnant de trouver de Washington Irving (1783-1859), auteur de Stratford-sur-Avon, ce nouvel éloge de Shakespeare dans La Mutabilité de la littérature, article où chaque amoureux ou passionné d’œuvres littéraires trouvera matière à réflexions personnelles sur la fragilité des créateurs, poètes ou prosateurs.

« Tel sera, prévoit-il, le sort de ses propres ouvrages. Ils ont beau faire l’admiration de son temps, être tenus pour des modèles de pureté ; quelques années encore, et ils deviendront antiques, et surannés, jusqu’à ce qu’ils en arrivent à être aussi peu compris dans leur pays natal, qu’un obélisque égyptien ou l’une de ces inscriptions  runiques que l’on dit exister dans les déserts de la Tartarie. »

Traduction : Théodore Lefebvre (1862).

La Mutabilité de la littérature.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 516 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Washington Irving :


12>