À Découvrir :
ARVERS, Félix – Trois Poèmes

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 3min | Genre : Poésie


Tombe-de-Musset

« Hélas ! qui t’a si jeune enseigné ces mystères

Et toutes ces douleurs du pauvre cœur humain ?

Quel génie au milieu des sentiers solitaires,

Au sortir du berceau t’a conduit par la main ? »

> Écouter un extrait : À Alfred de Musset.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 546 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
MENDÈS, Catulle – Le Crime du vieux Blas

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Le Crime du vieux Blas

Le Crime du vieux Blas tient à la fois du drame épouvantable et du conte de fées.
Chaque lecteur peut s’interroger sur la conduite qu’il aurait tenue dans cette histoire très vraisemblable.

« Ai-je bien fait de baisser le pont ? Si j’avais lâché la manivelle sans m’inquiéter du train, si je m’étais jeté dans la rivière tout de suite, j’aurais tiré de l’eau mon pauvre cher enfant. Les wagons se seraient heurtés, brisés dans un affreux pêle-mêle contre le tablier de fer et de bois ; les voyageurs auraient péri en grand nombre, écrasés, déchirés, sanglants ; mais qu’est-ce que cela me fait, le mal des autres et leurs malédictions ? Un grand-père doit d’abord sauver son petit-fils, j’ai eu tort de faire mon devoir. »

Table des matières :

I. Le vieux Blas et le petit Blas
II. Le pont de fer et de bois
III. Histoire du petit garçon qui n’avait pas d’oreilles et du chien noir qui fumait sa pipe
IV. Après le devoir accompli
V. Le vieux Blas manque de courage
VI. Méchanceté des gens
VII. Cruauté des choses
VIII. Fin de l’histoire du petit garçon qui n’avait pas d’oreilles et du chien noir qui fumait sa pipe

Le Crime du vieux Blas.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 080 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Enfer et Enfers

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Philosophie


Fra Angelico - Le Jugement dernier (détail, 1432-1435)

Le Paradis du Dictionnaire philosophique vous attend sur le site depuis décembre 2014.

L’ouvrage d’aujourd’hui consacre deux articles à Enfer et Enfers abondamment nourris par Voltaire.

Deux lignes d’Enfer :

« Il était donc vrai que parmi les derniers du peuple, les uns riaient de l’enfer, les autres en tremblaient. Les uns regardaient Cerbère, les Furies, et Pluton, comme des fables ridicules ; les autres ne cessaient de porter des offrandes aux dieux infernaux. C’était tout comme chez nous. »

Enfers s’achève par :

« La fable avait imaginé que les dieux ressuscitèrent Pélops ; qu’Orphée tira Eurydice des enfers, du moins pour un moment ; qu’Hercule en délivra Alceste ; qu’Esculape ressuscita Hippolyte, etc., etc. Distinguons toujours la fable de la vérité, et soumettons notre esprit dans tout ce qui l’étonne, comme dans ce qui lui paraît conforme à ses faibles lumières. »

Bonne lecture en attendant Le Purgatoire

Illustration : Fra Angelico, Le Jugement dernier (détail, 1432-1435).

Enfer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 707 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOISSIER, Gaston – L’Esclave à Rome

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 50min | Genre : Essais


Pompéi, Atrium

Marie Louis Antoine Gaston Boissier, né à Nîmes le 15 août 1823 et mort à Viroflay le 10 juin 1908, est un historien et philologue français.
Le texte L’Esclave à Rome est extrait d’Études de mœurs romaines sous l’empire dans la Revue des deux mondes en 1868.
« Les esclaves que contenait une grande maison romaine provenaient de deux origines différentes : ou ils avaient été achetés, ou ils étaient nés dans la maison même d’un père et d’une mère esclaves. [...]
En vain Rome, qui semblait comprendre par moments d’où lui venait le mal dont elle périssait, s’est-elle étudiée à rendre le sort de l’esclave plus doux, en vain a-t-elle introduit dans ses lois ces principes d’humanité qui étaient depuis longtemps dans ses mœurs : ses efforts n’ont servi de rien, elle n’a pu se soustraire à l’influence d’une institution mauvaise dont c’est la destinée fatale d’entraîner à leur perte tous les pays où elle a régné. »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 956 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Le Vagabond (Version 2)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Guy de Maupassant

« Depuis quarante jours, il marchait, cherchant partout du travail. Il avait quitté son pays, Ville-Avaray, dans la Manche, parce que l’ouvrage manquait. Compagnon charpentier, âgé de vingt-sept ans, bon sujet, vaillant, il était resté pendant deux mois à la charge de sa famille, lui, fils aîné, n’ayant plus qu’à croiser ses bras vigoureux, dans le chômage général… »

Le Vagabond.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 963 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TCHERAZ, Minas – Folklore turc (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Histoire


Forbes Mac Bean - Derviches tourneurs (1854)

Minas Tcheraz (1852-1929), dont nous avons lu récemment quelques nouvelles du Folklore arménien, nous fait connaître, ou mieux connaître, trois thèmes du Folklore turc, extraits aussi de L’Orient inédit.

Certaines coutumes étonnent…

Les Derviches :
« Les Turcs s’adressent parfois aux derviches pour découvrir l’auteur d’un vol. Ces derniers copient des versets du Coran sur de petits bouts de papier, les dissimulent dans la mie du pain et font manger ce pain aux personnes soupçonnées d’avoir commis le vol. Ils croient que le coupable « crève » au bout de trois jours, grâce à ce jugement. »

La Mecque :
« Des domestiques chrétiens accompagnent parfois la caravane, mais il leur est défendu, sous peine de mort, d’entrer à la Mecque. Comme le nombre des pèlerins ne doit pas être inférieur à 72.000, les riches emmènent avec eux des coreligionnaires pauvres. »

Le Mariage :
« Il n’est pas permis à la femme de réclamer le divorce, mais le mari peut divorcer à son gré. Il n’a qu’à payer journellement, pour une période de cent jours, une somme de dix piastres, —- parfois plus, parfois moins, – pour sa subsistance (llafaka ou yémeklik), le délai de cent jours étant indispensable pour que la femme répudiée puisse contracter un nouveau mariage. Il doit lui payer également le prix convenu de sa virginité. La femme emporte les présents de son père et les robes et bijoux qu’elle a reçus de son mari. Celui-ci emporte ses biens personnels. Quand le divorce est prononcé, la femme garde les filles, pour l’entretien desquelles son mari doit lui faire une pension, et l’homme garde les garçons. »

Illustration : Forbes Mac Bean, Derviches tourneurs (1854).

> Écouter un extrait : 01. Les Derviches.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 600 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Scarabée d’or (Version 2)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 1h 17min | Genre : Nouvelles


Edgar Allan Poe

« Il y a quelques années, je me liai intimement avec un M. William Legrand. Il était d’une ancienne famille protestante, et jadis il avait été riche ; mais une série de malheurs l’avait réduit à la misère. Pour éviter l’humiliation de ses désastres, il quitta La Nouvelle-Orléans, la ville de ses aïeux, et établit sa demeure dans l’île de Sullivan, près Charleston, dans la Caroline du Sud… »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Le Scarabée d’or.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 901 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MUSÉE – Héro et Léandre (Poème grec)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Poésie


Ferdinand Keller - Héro trouvant Léandre

Léandre, jeune Grec de la ville d’Abydos, était aimé de Héro, prêtresse à Sestos, ville placée en face d’Abydos, sur les bords de l’Hellespont. Pour aller voir Héro, Léandre traversait tous les soirs l’Hellespont à la nage ; un flambeau allumé par son amante sur une tour élevée lui servait de phare. Léandre se noya pendant une tempête et fut jeté par la mer au pied de la tour de Héro qui, le reconnaissant le lendemain matin, se précipita du haut de cet édifice et se tua ainsi auprès de son amant.
Une fin qui rappelle (ou plutôt qui annonce) celle des couples célèbres Tristan et Yseult et Roméo et Juliette où l’un refuse de survivre à la mort de l’autre.

L’auteur grec Musée (en grec ancien Μυσαῖος), dit le Grammairien, est un poète égyptien de langue grecque, mais sa vie et son poème Héro et Léandre de plus de 300 vers ont donné lieu a des interprétations très diverses.
Ovide mentionne souvent dans ses vers cette histoire tragique : « Tu aurais souvent pu, ô Léandre ! te priver de ton amie ; tu passais le détroit pour qu’elle connût ton courage ». Rappelant ailleurs le dernier trajet où périt Léandre : « Plus d’une fois, dit-il, le jeune amant de Héro avait passé les ondes à la nage, et il les aurait encore passées cette dernière fois, mais sa route était ténébreuse ».
Virgile de même.

Traduction : J.-F. Grégoire et François-Zénon Collombet (1808-1853), 1834.

Illustration : Ferdinand Keller, Héro trouvant Léandre.

Héro et Léandre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 677 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PICHLER, Caroline – Agathoclès, ou Lettres écrites de Rome et de Grèce au commencement du quatrième siècle (Tome 1)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 5h 25min | Genre : Romans


Caroline Pichler

Caroline Pichler (1769-1843) était une romancière nationaliste autrichienne. Elle naquit à Vienne de Hofrat Franz von Greiner. En 1796, Caroline épousa Andreas Pichler, un fonctionnaire gouvernemental. Pendant de nombreuses années son salon fut le centre de la vie littéraire dans la capitale autrichienne, où elle décéda en 1843.

Ses premières œuvres, Olivier, d’abord publiée anonymement (1802), Idyllen (Idylles, 1803) et Ruth (1805), bien que déployant un considérable talent, étaient immatures. Elle trouva ses marques avec le roman historique, et le premier de ses romans de cette catégorie, Agathoclès (1808), une réponse à l’attaque d’Edward Gibbon sur ce héros dans son History of the Decline and Fall of the Roman Empire (Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain), atteint une grande popularité.

Incipit :
« Rome avait cessé d’être la résidence des Empereurs à l’époque où commence ce roman, mais n’en était pas moins regardée encore comme la capitale du vaste Empire romain. Dioclétien, qui de l’esclavage s’était élevé à la dignité d’un des premiers officiers commandant la garde impériale, monta sur le trône après la mort de l’empereur Numérien. Il s’était associé son compagnon d’armes Maximien, pour gouverner l’empire. Maximien régnait sur les pays situés au couchant, et résidait à Milan ; Dioclétien sur ceux situés à l’est, avait pour résidence Nicomédie. Peu de temps après, les deux empereurs trouvèrent nécessaire de s’associer encore deux co-gouvernants, sous le titre de Césars. Maximien s’associa Constance Chlore, père du grand Constantin, et Dioclétien nomma Galérius à la même dignité : ces deux césars furent regardés comme les fils adoptifs des deux empereurs. Ils furent obligés de se séparer de leurs épouses ; Maximien donna sa fille à Constance, et Dioclétien de même unit Galérius à la sienne. Ces quatre souverains se partagèrent les vastes possessions de l’Empire romain ; Constance Chlore gouvernait les Gaules, l’Espagne et l’Angleterre, connue seulement sous le nom de Bretagne ; Galérius les bords du Danube et les provinces d’Illyrie ; Maximien, l’Italie et une partie de l’Afrique ; Dioclétien, l’Egypte, la Thrace et les provinces asiatiques. Chacun de ces souverains jouissait de tous les droits de la souveraineté, et leur pouvoir réuni s’étendait sur toute la monarchie. »

Traduction : Isabelle de Montolieu (1751-1832).

Illustration : Portrait de Caroline Pichler.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 742 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TAXIL, Léo – La Vie de Jésus (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 54min | Genre : Romans


De la Terre au Firmament, train direct

Léo Taxil, pseudonyme de Gabriel-Antoine Jogand-Pagès (1854-1907), est l’auteur marseillais anticlérical de plusieurs romans dont La Vie de Jésus en 1900.
Fondateur de La Librairie anticléricale il se convertit pourtant, est reçu en audience par Léon XIII et se déchaîne ensuite dans l’anti-maçonnisme.

Selon que vous serez chrétien ou incrédule, vous accueillerez diversement ces quatre derniers chapitres, Merveilles à huis clos, des soixante dix qui composent ce long roman et sont consacrés à la mort de Jésus.

Dans l’avant-propos Taxil met les choses au point :

« Trois opinions sont en cours au sujet de Jésus-Christ :
1° Les uns croient que c’est un dieu qui est venu passer quelque temps sur la terre dans la peau d’un homme ;
2° D’autres sont d’avis que c’est un agitateur hébreu qui, ayant particulièrement souffert, a été déifié par les partisans de ses idées d’émancipation sociale ;
3° D’autres enfin pensent que le personnage n’a jamais existé, pas plus que son entourage d’apôtres, et que sa légende, calquée sur diverses autres légendes religieuses, a été fabriquée au moment où, le paganisme tombant en décrépitude, les exploiteurs de la bêtise humaine ont jugé bon de créer une religion nouvelle.
Après un long et attentif examen des arguments émis pour et contre, je me suis définitivement rangé parmi les partisans de la dernière opinion. »

Des caricatures comiques accompagnant les titres mêmes des chapitres sont révélatrices de l’humour (mais attention ! les références finales aux évangiles sont authentiques !)

  • Comment on décroche un pendu (entendez « la descente de croix »)
  • Le Mort pour rire (« le tombeau vide »)
  • Un qui veut y mettre le doigt (« Thomas »)
  • De la Terre au Firmament, train direct (« l’Ascension »)
> Écouter un extrait : 01. Comment on décroche un pendu.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 815 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :