Buffalo Bill, le héros du Far-West

Buffalo Bill, le héros du Far-West (01. La Course à la mort)

Tous les clichés des aventures de Far-West (l’indien au regard cruel, le poteau du supplice, la branche de saule au bord du précipice qui sauve notre héros, la jeune fille kidnappée par de farouches Sioux…) sont réunis pour le plus grand bonheur de l’amateur de (la noble) littérature populaire.

« Depuis un moment déjà Bill considérait avec méfiance la masse abrupte d’un rocher qui se dressait directement devant lui dans le fond du ravin. Tout à coup un point noir se montra sur la crête du roc, pour disparaître aussitôt. Les Indiens ! Aussitôt le jeune homme distingua un filet de fumée, fin comme un cheveu, qui raya, l’espace d’un clin d’œil, le disque argenté de la lune, et qui venait de derrière les roches. Bill comprit qu’il était tombé dans un piège. Il y avait derrière lui des Peaux-Rouges aux aguets, et leurs éclaireurs d’avant-garde venaient, avec cette fumée, de leur donner le signal convenu. »

Buffalo Bill est la traduction d’une série de « dime novels » (romans à 10 cents) publiée par la firme new-yorkaise Street and Smith. La première aventure de Buffalo Bill parut en 1869 dans le Street and Smith’s New York weekly. Le mythe de Buffalo Bill, forgé de toutes pièces par Edouard Zane Carrol Judson dit Ned Buntline (1821-1886), fut entretenu après lui par de nombreux écrivains. En Europe, ces aventures furent éditées, sans indication d’auteur ni de traducteur par la firme allemande A. Eicher à partir de 1906. (Source : Gallica)

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio ajouté le 14/05/2018.
Consulté ~4 160 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Un grand MERCI.
    J’y vais télécharger le reste aussi, comme ça je me délecterai dans le canapé avec quelque chamallows.
    Mmmmm (pas trop).

  2. Je m’étais dit que je poursuivrai ou non selon les réactions de mon “auditorat” (pour employer un mot impropre).
    Eh bien, Parraine, puisque c’est comme çà, je publierai la suite, disons : milieu de la semaine prochaine ?