Louis Boulanger, portrait d'Honoré de Balzac (1836)

La Recherche de l’absolu

• • •More

Balthazar Claës, richissime Flamand qui habite à Douai, invariablement flanqué de son inséparable valet de chambre et ami de toujours Lemulquinier, se remet à la chimie, et plus particulièrement à l’alchimie, à la recherche de l’Absolu c’est-à-dire de l’impossible pierre philosophale. Se croyant perpétuellement à un cheveu de la réussite et de ses corollaires sociaux, la gloire et la richesse, sa fièvre dévorante, à la manière d’un joueur invétéré aux multiples martingales, ruinera petit à petit toute sa famille du fait des coûts exorbitants des matériels et des produits de laboratoire nécessaires aux diverses expériences, malgré les ardentes prières de sa très aimée épouse Joséphine, sa Pépita, et de sa fille aînée Marguerite qui aura fort à faire pour contrer cette fureur scientifique. Balzac, avec son habituelle virtuosité d’inlassable conteur des passions humaines, nous décrit là dans un superbe récit qui tangue savamment entre le conte de fées et la science-fiction, une sorte de descente aux Enfers qui se déroule dans la Flandre du début du dix-neuvième siècle.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Illustration :

Honoré de Balzac, d’après l’œuvre de Louis Boulanger (1829), et d’après la description de la Baronne Luise Von Bornstadt. Dessin de Fabie Lou, crayons de couleurs et encre

Références musicales :

Aegidius, Rhapsodie pour August.

Livre audio gratuit ajouté le 04/12/2013.

13 Commentaires

Ajoutez le vôtre ! C'est la meilleure manière de remercier les donneurs de voix.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Aegidius
    Je viens de terminer votre version de la recherche de l’absolu et j’ai pris grand plaisir à vous écouter. Vous avez un beau timbre de voix et une diction sans faille.
    Concernant le rythme de lecture, plus précisément le fait de faire un silence après chaque groupe de mots, puisque la question a été évoquée par quelqu’un, voilà ce que j’en pense : cela m’a un peu gêné c’est vrai pour les deux ou trois premiers chapitres, mais d’une part on s’y habitue, d’autre part et surtout il me semble que vous le faites beaucoup moins dès les chapitres 4 ou 5, comme si vous atteigniez votre rythme de croisière. En tout cas pour tous les derniers chapitres je n’y pensais plus du tout.
    Merci pour ce beau travail
    bien cordialement
    Gauthier

  2. Aegidius…. svp …svp ….quand l’eternel livre »Le Père Goriot »…………….?
    Personne peut faire mieux que votre » La-Recherche-De-L’Absolu’ ‘ SVP faire de même pour »Le Père Goriot » il resterait comme une référence pour le Future..Merci…!

  3. Merci, ÉclatDuSoleil, de votre aimable mot d’encouragement.

    Je n’ai pas enregistré ce morceau mais je l’ai joué (comme tous ceux que je compose) à l’exception des seize premiers accords en rondes qui sont un ajout tardif de finalisation, je n’ai d’ailleurs pas vérifié leur praticabilité en guitare classique d’où la mention “maybe for guitar” mais une adaptation simple serait de toute façon envisageable en cas de difficulté, on peut supposer que c’est là un devoir d’harmonie d’où ce côté un peu rébarbatif, j’ai imaginé August résolvant mentalement cet exercice de la Juilliard school avant de passer à sa propre rêverie instinctive en arrivant au Washington Square Arch. C’est une vieille pièce inachevée qui date de toute façon d’une époque où je n’enregistrais pas encore, que j’ai finalement reprise, intitulée et terminée en avril 2012. Donc pas d’enregistrement pour l’instant de cette rhapsodie mais seulement une performance électronique.

    Bien à vous

Lu par AegidiusVoir plus

Les plus aimés ❤️ (sélection)Voir plus

×