Georges Courteline vers 1900

La Pendule

« Mais, bah ! c’était l’âge admirable où l’on vivrait sans boire, ni manger, ni dormir, l’âge où l’on vit, parce que l’on vit, et qu’il n’y a pas à en chercher plus long. Ah ! la jeunesse ! […] »

Cette nouvelle a été écrite par Courteline, vrai enfant de la Butte,en 1912.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 23/08/2009.
Consulté ~14926

Lu par René Depasse

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci beaucoup pour continuer à mettre des histoires de Courteline à disposition. C’est un auteur formidable et votre lecture lui fait honneur.

    Concernant sa situation financière, je ne crois pas qu’il ait mangé de vaches enragées. Son père était un auteur comique très connu et il a repris le flambeau. La grande majorité de ces revenus venait, je pense, des représentations théâtrales de ces farces.

    D’ailleurs, Mr Depasse, n’avez vous pas songé d’en interpréter quelques unes, peut être avec d’autres lecteurs de ce site?

  2. Bonjour Brigitte Content de retrouver vos gentils commentaires..Je n’ai pas entendu parler de problèmes financiers chez Courteline. Il a dû travailler comme beaucoup à 20ans et par la suite ses succès littéraires de tous genres lui ont assuré une vie confortable

  3. he oui le temps des vaches maigres – comme c’est agreable d’en entendre parler avec votre voix et votre elan – votre lecture illustre a merveille que “plaie d’argent n’est pas mortelle” quand on a des amis et une maman.
    Ces deux amis boivent de l’eau un peu rance mais votre voix comme le dit Herve lui donne la legerete d’une coupe de champagne.
    cordialement Monsieur Depasse.
    Courteline a t il connu la deche dans ces debuts peut etre le savez-vous et pouvez me repondre.
    shalom a vous
    brigitte

  4. Simple bien tourné &vec beaucoup de vivacité et de simplicité
    Votre voix correspond idéalement pour Courteline, c’est un grand honneur car bien q’un peu oublié parfois il pétille comme un e coupe de champagne
    Il est plus dur d’être drôle que de faire pleurer
    respectueusement