Suzanne Normis

Suzanne Normis

Le narrateur de Suzanne Normis est son père qui éprouve pour elle un amour immodéré. Leur destin sera violemment chahuté…

«  L’été fut magnifique. Nous en passâmes une partie en costume de jardiniers, à remuer des plates-bandes sous un vieux couvert de tilleuls. J’avais inventé cela pour la distraire de l’étude, et jamais nouveau propriétaire n’apporta plus d’ardeur à la création d’un jardin. Nos jardiniers – les vrais – regardaient avec stupéfaction la mignonne Suzanne bêcher et ratisser avec une ardeur infatigable ; elle transplantait les bégonias, greffait les rosiers et marcottait les œillets, comme si elle eût été spécialement créée pour cette besogne.
Il fallut lui donner une ligne de pêche pour la garantir d’une courbature ; nous passâmes alors de longues heures au bord de notre ruisseau d’eau vive, à l’abri des vieux saules pleins de chenilles qui devenaient des papillons. Mais à nous deux, nous ne prîmes jamais qu’un goujon, goujon unique et par cela même précieux, que Suzanne voulait à toute force faire empailler. Après quelques minutes de réflexion, elle le rejeta à la rivière. Je ne sais s’il alla raconter sa mésaventure au fond des eaux, toujours est-il que nous n’en revîmes pas d’autres. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio ajouté le 24/07/2018.
Consulté ~4 377 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Une fois passé le pathos du début, on se laisse porter par le touchant amour du père pour sa fille.

    ◕‸◕ Je me demande si ces démonstrations affectives étaient courantes au XIXe siècle.

    Merci à vous: c’est une très belle lecture.

  2. Après avoir écouté Véra, Je continue ma formation grévilienne avec Suzanne Normis. Quel auteure surprenante ! après le stoïcisme chrétien, et les valeurs de la résignation, le féminisme, et les paroles sorties de la bouche de Suzanne contre l’éducation des jeunes filles et les maris abusifs ! . Merci cher Daniel, de me l’avoir fait connaître et merci de votre façon d’interpréter ces textes.
    Je continue ! …