John Stuart Mill

L’Utilitarisme

Chap. 4 : De quelle sorte de preuve est susceptible le principe d’utilité – L’Utilitarisme

Chap. 5 : Du rapport qui existe entre la justice et l’utilité – L’Utilitarisme

John Stuart Mill (20 mai 1806 à Londres – 8 mai 1873 à Avignon) est un philosophe, logicien et économiste britannique. Il nous offre ici une conception renouvelée de l’utilitarisme, théorie morale initialement fondée par l’ami de son père, le philosophe et juriste Jeremy Bentham.

Pour l’utilitarisme (c’est là sa thèse centrale), la moralité ne consiste pas comme chez Kant dans l’exécution d’un impératif catégorique qui se présenterait à nous a priori, mais dans la maximisation du bonheur du plus grand nombre.

Traduction : P. L. Le Monnier (1889).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 30/08/2010.
Consulté ~21666

Lu par Sophie la girafe

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonsoir
    Merci pour votre lecture, très claire et limpide. J’ai vu que vous avez enregistré un autrz texte de JSM, est-ce qu’il serait possible de lire son essai le connu, “De la liberté” ?
    Merci.

  2. Chers lecteurs et chères lectrices,

    Le fichier manquant du chapitre 05 a été rajouté, ainsi que le nouveau fichier zip regroupant tous les chapitres.
    Je remercie vivement Christine pour sa rapidité de mise en ligne, ainsi que vous, pour votre indulgence.
    Je vous en souhaite une bonne écoute.
    À bientôt
    Sophie

  3. Chers lecteurs et chères lectrices,
    Suite à la remarque, on ne peut plus fondée, d’Augustin et dont je le remercie, concernant une énorme omission de ma part, le chapitre 5 de ce texte “Du rapport qui existe entre la justice et l’utilité”, je mets tout en oeuvre pour que cette lacune soit le plus rapidement comblée.
    Ne connaissant pas cet écrit (choisi dans les suggestions), l’oubli en a été d’autant plus facile…
    Je vous prie donc de bien vouloir m’en excuser.
    À très bientôt

    Sophie

  4. Merci Vincent de votre compliment.
    Ce choix de lecture ne me revient qu’à moitié.
    Si j’ai opté pour ce texte, c’est d’abord, qu’il se trouvait dans les suggestions de lecture, puis qu’il m’intéressait, un tant soit peu… beaucoup!
    Il m’est parfois difficile de trouver le juste équilibre, entre le bon rythme dû au texte, et à mon envie de me laisser “emporter” par l’écrit (ce qui justement se rapprocherait de ma vraie nature, et ce que je crains parfois…?-)…Nul doute que ma lecture soit perfectible.
    Smith? Pourquoi pas.
    En tout cas, vos compliments me vont droit au coeur et m’encouragent.
    Bonne journée à vous aussi!
    Sophie

  5. C’est une très bonne idée d’avoir enregistré ce texte assez ardu, qui fait partie des “classiques” de la philosophie, mais aussi de l’économie politique. Merci pour le ton neutre que vous prenez en lisant, cela permet de mieux se figurer les écrits de Mil (comme la relative lenteur que vous avez adoptée). Mais ne craignez pas de vous “emporter” quand le caractère polémique du texte le demande (parfois) ! 🙂

    Je pense que Smith vous irait très bien aussi… 😉

    Bonne journée !

    Vincent