Pierre François Eugène Giraud - Danseuse au Caire

La Danseuse de Shamakha

La première des six Nouvelles asiatiques de Joseph-Arthur de Gobineau (1816-1882) qui fut ministre en Perse et s’est beaucoup intéressé aux histoires asiatiques. Il nous précise certaines de ses idées : « Les hommes ne sont nulle part les mêmes. On s’aperçoit sans peine qu’un Chinois possède deux bras et deux jambes, deux yeux et un nez comme un Hottentot ou un bourgeois de Paris ; mais il n’est pas nécessaire de causer une heure avec chacun de ces êtres pour s’apercevoir et conclure qu’aucun lien intellectuel et moral n’existe entre eux, si ce n’est la conviction qu’il faut manger quand on a faim et dormir quand le sommeil presse. » […] « Je n’ai pas eu seulement pour but de présenter l’immoralité plus ou moins consciente des Asiatiques et l’esprit de mensonge qui est leur maître ; je m’y suis attaché pourtant, mais cela ne me suffisait pas. Il m’a paru à propos de ne pas laisser en oubli la bravoure des uns, l’esprit sincèrement romanesque des autres. »

Les scènes de La Danseuse de Shamakha se passent au Caucase. « Il est bien connu, reprit alors le Doukhoboretz en se versant un énorme verre de vin de Kakhétie, que la ville de Shamakha est célèbre pour le choix délicat de ses plaisirs. Ce fut autrefois la résidence d’un prince tatare indépendant. On y entretenait une école de danseuses admirées de tous les pays et célèbres jusque dans les provinces persanes. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 21/09/2011.
Consulté ~14951

Lu par René Depasse

Suggestions

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *